CITATION DU JOUR :   Pluie de février, emplit les greniers   
MENU
Radar de pluie
   
 
Satellite

Phase de lune

La Lune

Actu météo

Pub

Petit message personnel :
Mon ami démarre son entreprise, et je tenais à lui faire un peu de pub.
N'hésitez pas à visiter son site :

16h27fr.png

Calendrier
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
m2yhre
Recopier le code :

Visites

 58853 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Carte de vigilance

     0Vert.png

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

JANVIER 2016

Caractère dominant du mois

Ce premier mois de l'année 2016 est caractérisé par un temps très doux et souvent perturbé, avec une succession de passages pluvieux.

  

Précipitations

Les pluies sont abondantes sur l'ouest de la région, ainsi que sur le Massif Central.
Le cumul est en revanche plus faible sur les Pyrénées et la région toulousaine.

La région toulousaine et le piémont pyrénéen font figure d'exception, avec un cumul des précipitations assez proche de la norme. Il est tombé 50 mm sur la ville de Toulouse et 55 mm dans la vallée de Saint-Lary, dans les Hautes-Pyrénées. Partout ailleurs, les pluies sont bien marquées, avec un cumul qui atteint les 200 mm sur l'ouest du Gers et sur le Lot, soit deux fois et demi la normale. Sur les Monts de Lacaune, le cumul atteint localement les 250 mm et sur l'Aubrac il approche les 300 mm, avec par exemple 292 mm à Laguiole et 293 mm à Lacalm.

2016-01.png  

  

Températures

La douceur a dominé tout au long du mois, avec la prédominance d'un régime océanique. Les températures sont supérieures à la normale de 2 à 3 degrés.

Dans la continuité du mois de décembre, ce mois de janvier est empreint d'une douceur persistante.
La moyenne des températures minimales est supérieure à la normale de 3 degrés sur la majeure partie de la région. Quant aux températures maximales, elles sont aussi nettement au-dessus de la norme, de l'ordre de 1,5 degré sur le Lot et l'Aveyron, jusqu'à 3 degrés en Bigorre et sur la plaine ariégeoise.
Le nombre de jours de gel est particulièrement faible : ainsi à Toulouse, la température est passée sous le zéro degré à 2 reprises, alors qu'en moyenne au mois de janvier, on observe 9 jours avec des gelées matinales en plaine toulousaine. A Gourdon, il a gelé seulement à 4 reprises, pour une normale de 11 jours.
Les températures de l'après-midi sont elles aussi particulièrement remarquables : le 7 janvier, la température a atteint 21°C à Blajan (31) et 22°C à Tournay (65). Puis le 23 janvier, nouvelle bouffée de douceur au pied des Pyrénées, avec 18°C à Luchon (31) et 21°C à Luz-Saint-Sauveur, à 900 mètres dans les Hautes-Pyrénées. Puis le 25 janvier, la douceur a gagné toute la région avec par exemple 20°C à Burlats (81) et à Saint-Géry (46). Le 27 janvier, des températures printanières ont été observées aussi en Aveyron, avec un pic de 21°C à Saint-Côme-d'Olt, au pied de l'Aubrac.

2016-01-1.png   2016-01-2.png

  

Insolation

Le soleil a surtout brillé par son absence au cours de ce mois de janvier.
L'ensoleillement est partout déficitaire, de façon plus prononcée sur le nord de la région.

Le défilé des perturbations océaniques a fortement contrarié l'apparition du soleil sur la majeure partie du territoire de Midi-Pyrénées.
Seules les régions pyrénéennes tirent leur épingle du jeu avec un ensoleillement légèrement déficitaire, proche de la centaine d'heures. Plus on remonte vers le nord, plus le déficit est marqué avec par exemple seulement 62 heures de soleil à Gourdon, soit un déficit proche de 40%.

  

Vent

Le vent de secteur ouest a soufflé fréquemment sur la région avec temporairement de fortes rafales. Dès le 7 janvier, des pointes de 80 km/h sont mesurées le long des Pyrénées et dans le Lot, et des rafales de 100 km/h déferlent sur les Monts de Lacaune. Puis le 11 janvier, au passage de lignes de grains, de très fortes bourrasques affectent l'ensemble de la région, jusqu'à 122 km/h à Lunegarde (46). Puis en fin de mois, après quelques jours de vent d'Autan modéré, c'est à nouveau le vent d'ouest qui provoque de bonnes rafales : 70 km/h à Rodez, Tanus (81) et Pamiers (09) le 31 janvier.

    

Faits marquants

- Tornade du 4 janvier.
Dans un flux d'ouest rapide, une traîne active s'établit sur la région et une cellule orageuse de petite taille balaye le nord du Lot en début de matinée. En s'engouffrant dans la vallée de la Bave, affluent de la Dordogne, cette cellule orageuse se transforme en une tornade qui dévaste le nord de la commune de Loubressac, avant de baisser d'intensité en arrivant sur la commune de Saint-Céré. Sur son passage, plus de 200 arbres sont arrachés et de nombreuses toitures envolées par de très violentes bourrasques estimées à près de 150 km/h.
- Tempête du 11 janvier.
Après une nuit tempétueuse en montagne (rafales de 120 km/h avec des dégâts dans la station de ski de Peyragudes), une traîne très active s'installe dans la journée du 11 janvier avec un vent d'ouest qui se renforce sensiblement. Les averses sont nombreuses l'après-midi et elles sont accompagnées de violentes bourrasques sur une grande partie de la région : 100 km/h à Condom (32) et Toulouse, 110 km/h à Tanus (81) et Millau, 122 km/h à Lunegarde, dans le Quercy.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 15 : Doux et perturbé.

Une vaste zone dépressionnaire présente sur l'Atlantique et les îles britanniques favorise le passage de nombreuses perturbations sur la France. Notre région bénéficie de quelques accalmies, plus durables à proximité des Pyrénées, alors que l'ouest et le nord de la région sont beaucoup plus arrosés. Les journées se suivent et se ressemblent, avec beaucoup de nuages, des pluies ou des averses passagères et des températures très douces. La nuit, la température est souvent comprise entre 5 et 10°C, soit les valeurs normalement observées dans l'après-midi. Les températures maximales atteignent un niveau remarquable, en particulier du 7 au 12 janvier, avec des valeurs souvent comprises entre 14 et 18°C.

   

Du 16 au 22 : Plus frais​.

Un anticyclone s'installe temporairement à proximité de notre région et les premières gelées de l'année sont observées le matin du 16 janvier. Après 2 journées froides et ensoleillées, une nouvelle perturbation gagne tout le territoire le 18 janvier avec de la pluie en plaine et de la neige en montagne (7 cm de neige à Millau). Les jours suivants, la fraîcheur reste d'actualité, avec des brouillards souvent tenaces, notamment en val de Garonne, alors que le soleil est généreux sur les Pyrénées.

  

Du 23 au 31 : Belle douceur.

Après un court épisode pluvieux dans la nuit du 22 au 23, le temps se radoucit très nettement et les journées qui suivent sont souvent ensoleillées, par vent d'Autan modéré. La température dépasse à plusieurs reprises les 20°C sur le piémont pyrénéen et dans les vallées du Massif Central. Puis le temps se dégrade dans la soirée du 28 janvier et la fin du mois se déroule dans une ambiance très douce mais sous un ciel souvent très nuageux, avec des pluies et du vent fort le 31 janvier.

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2016

Caractère dominant du mois

Les perturbations océaniques ont rythmé ce mois de février 2016, remarquablement pluvieux, assez peu ensoleillé, mais plutôt doux.

  

Précipitations

Février 2016 est particulièrement bien arrosé sur la région, en plaine comme aux abords des reliefs. Les cumuls sont de 1,5 à 2,5 fois supérieurs aux normales saisonnières.

Il a beaucoup plu au cours de ce mois, les perturbations atlantiques se sont succédé à un rythme soutenu. On recense plus d'un jour sur deux avec des précipitations supérieures à 1 L/m², 3 jours sur 4 sur le relief pyrénéen.
Les cumuls de précipitations s'échelonnent de 70/80 L/m² dans le Lauragais à 100/150 L/m² en plaine, et jusqu'à 150/200 L/m² sur ou aux abords du relief. Ils représentent de 150% à 250% des normales saisonnières.
Février 2016 se classe ainsi au 2e rang des mois de février les plus arrosés depuis 1947 à Blagnac, derrière 1952, au 6e rang pour Tarbes.
La journée du 13 fut la plus arrosée du mois, ponctuellement plus de 50 L/m² sur le relief, 10 à 30 L/m² sur le reste de la région.

2016-02.png  

  

Températures

Sans être exceptionnelle, la douceur est encore de mise ce mois-ci, marquée principalement sur les températures minimales qui dépassent les normales de 1 à 3 degrés.

La température moyenne est supérieure à la normale sur l'ensemble de la région, avec un excédent qui fluctue entre 1,5°C et 2,5°C.
Pas de coup de chaud pour autant, les maximales ne sont que légèrement excédentaires, avec de fortes fluctuations spatiales (19°C à Blagnac et 11°C à Entraygues (12) le 8) et temporelles : les après-midi printaniers, comme le 5, le 8, le 13 et surtout le 21 (20 à 22°C relevés sur le Massif Central, jusqu'à 24°C à Luchon, au pied des Pyrénées) alternent avec des journées plus hivernales (pas plus de 7 à 9°C le 10, 4 à 6°C le 16).
Cette douceur globale provient essentiellement des températures minimales, excédentaires de plus de 2°C sur une bonne moitié de la région. Les plus douces ont été relevées en tout début de mois : à Auch et Blagnac, les 11,9°C relevés le 1er dépassent la normale du jour d'une dizaine de degrés, et approchent le record mensuel de février.
La période la plus froide se situe du 16 au 20, les gelées matinales sont alors généralisées, en particulier le 17, avec -2 à -3°C en plaine toulousaine, -4°C à Auch (32), -5°C à Souillac (46), -7°C au Mas d'Azil (09). On est cependant loin des -12 à -15°C de 2012 ! De fait, ce mois ne compte que 3 à 5 jours de gel pour la plupart des stations de plaine, contre 7 à 10 en moyenne.

2016-02-1.png   2016-02-2.png

  

Insolation

Corollaire du temps perturbé qui s'est imposé, l'ensoleillement est déficitaire sur la région, en particulier sur les départements de l'Aveyron et du Lot.

La durée d'insolation est déficitaire toute la région, mais le manque est plus marqué au nord, atteignant 40% sur une bonne part du Lot et de l'Aveyron. Cela se traduit à Toulouse par 10 jours avec moins de 30 minutes de soleil quotidien, 11 à Albi ou Rodez, mais seulement 5 à Tarbes.
Inversement, on ne dénombre qu'une seule journée avec un temps d'ensoleillement supérieur à 80 % du jour à Rodez, 4 à Albi, 5 à Toulouse, 6 à Tarbes.

  

Vent

Temps océanique perturbé oblige, février restera comme un mois bien agité : on enregistre 7 jours où le vent a dépassé les 70 km/h à Rodez, 4 à Toulouse, 3 à Montauban, Tarbes ou Albi, 1 à Gourdon.
Les vents de secteur ouest dominent, mais on note quelques épisodes de vent d'autan, dont un assez intense aux abords de la Montagne Noire le 06 (108 km/h relevés à Castres (81)).
Par vent d'ouest, les 100 km/h sont dépassés à deux reprises sur des stations de basse ou moyenne altitude : le 9 (107 km/h à Clarac(31), et surtout dans la nuit du 13 au 14, où 5 stations dépassent ce seuil, la plus forte rafale étant relevée à Millau (12) avec 118 km/h.

    

Faits marquants

- Ni tempête, ni vague de froid, ce mois de février 2016 se fait surtout remarquer par l'abondance des précipitations. Un défilé de perturbations a apporté des cumuls importants en plaine comme en montagne, et permis à l'enneigement pyrénéen, déficitaire en début de mois, de devenir légèrement excédentaire en fin de période.
Ces perturbations se sont souvent accompagnées de vents forts, qu'il s'agisse de vent d'autan (108 km/h à Castres (81) le 6), ou de rafales de vent d'ouest, (80 à 100 km/h à plusieurs reprises en deuxième semaine). Ce temps perturbé n'a pas empêché des épisodes de douceur remarquable, notamment en tout début de mois pour les températures minimales, et le 21 où les 20°C ont été dépassés sur une bonne part de la région.
- Février 2016 conclut ainsi un hiver exceptionnellement doux, le plus chaud enregistré en France depuis 1900, mais devancé sur certains départements de notre région par l'hiver 1989-90. Les températures moyennes sont supérieures aux normales de près de 3 degrés. Aucune chute de neige ne s'est produite en plaine, et le nombre de jours de gel est deux à trois fois plus faible que la normale.
Côté précipitations, après un temps très sec en décembre, moyennement arrosé en janvier, et très pluvieux en février, le cumul des pluies sur les trois mois est proche de la normale.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 14 : Doux mais très perturbé.

Des perturbations de plus en plus actives défilent sur la région. Les tout premiers jours, une couverture de nuages bas, accompagnés de quelques bruines, maintient des températures minimales remarquablement douces sur l'ensemble de la région mais qui n'évoluent guère en journée.
Du 4 au 6 au contraire, un intermède plus ensoleillé accroît l'amplitude journalière des températures : entre les petites gelées matinales et la douceur printanière des après-midi, l'écart dépasse parfois 20°C (24°C à Bazus-Aure (65) le 5) ! Le vent d'autan se renforce le 6 (100km/h dépassés sur le Tarn et l'Aveyron), à l'avant d'une perturbation plus active donnant des pluies plus significatives la nuit suivante, et de la neige en montagne. Le temps reste très agité jusqu'au 14, les rafales de vent d'ouest dépassent fréquemment 80 km/h, voire 100km/h localement. Les précipitations deviennent abondantes, en plaine comme en montagne : 22 mm le 9 à Montauban (82), 47 mm le 13 à Tarbes (65), grésil ou grêle sont observés le 14 sous orage. Les températures sont contrastées, hivernales par vent de nord-ouest, mais frôlant les 20°C au pied des Pyrénées lorsqu'il s'oriente au sud-ouest.

   

Du 15 au 19 : Plus ensoleillé mais frais​.

Avec la hausse du baromètre, le temps devient plus calme mais plus froid, en particulier le matin avec des gelées fréquentes (-2 à -7°C le 17), tandis que les maximales, comprises entre 4 et 7°C le 16, retrouvent progressivement des valeurs plus clémentes.

  

Du 20 au 21 : Parenthèse printanière.

Le 20, les températures grimpent sous un soleil radieux, la douceur culmine le 21 avec le renforcement du vent de sud qui pousse le thermomètre au-delà des 20°C, et jusqu'à 22 à 24°C au pied des Pyrénées.

    

Du 22 au 29 : Retour des perturbations.​

Une brutale chute des températures nous ramène à la normalité de ce mois d'hiver, qui alterne jusqu'au 29 passages ensoleillés et perturbations pluvieuses, moins actives qu'en première quinzaine.

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2016

Caractère dominant du mois

Ce mois de mars se caractérise par des précipitations contrastées, un manque d'ensoleillement généralisé et des températures assez proches des normales.

  

Précipitations

Le cumul des pluies est très hétérogène : important sur le Quercy, le Rouergue, l'Aubrac et les Monts de Lacaune, ainsi qu'en Bigorre, mais à l'inverse très faible en plaine toulousaine et dans le Larzac.

Le début du mois est partout bien arrosé : il a plu tous les jours jusqu'au 7 mars. Puis ensuite les passages pluvieux ont surtout concerné l'ouest et le nord de la région. Le cumul mensuel est très disparate, avec un excédent bien marqué sur une grande partie du Massif Central (sauf le sud de l'Aveyron) et de la Bigorre à la Lomagne, mais en revanche un déficit pluviométrique de la plaine toulousaine au nord de l'Ariège, ainsi que dans le Larzac. Il est tombé seulement 50 mm à Millau et 37 mm à Toulouse-Francazal, mais 131 mm à Tarbes et 163 mm à Comiac, dans le nord du Lot.

2016-03.png  

  

Températures

Les températures quasiment hivernales du début du mois sont compensées par des valeurs très douces en fin de mois et les moyennes sont au final légèrement inférieures à la normale.

Les températures moyennes sont assez proches de la normale, avec cependant un léger déficit, en particulier sur le Massif Central et le piémont pyrénéen.
Le tout début du mois est marqué par une relative douceur, puis du 5 au 12 mars les températures de l'après-midi sont restées très basses, souvent comprises entre 5 et 10°C, soit un niveau hivernal sur l'ensemble de la région.
Les jours suivant, jusqu'au 25 mars, la température a oscillé autour de la moyenne, aussi bien pour les températures nocturnes que pour les températures diurnes.
C'est seulement en fin de mois qu'une bouffée de chaleur a permis à la température de dépasser allègrement les 20°C au coeur de l'après-midi, avec des pointes à 25°C !
La moyenne des températures minimales est très proche de la normale, avec un léger déficit sur le Massif Central et sur les régions proches des Pyrénées, mais un léger excédent dans les plaines.
Quant à la moyenne des maximales, elle est globalement légèrement plus basse que la normale, sauf sur les Pyrénées où le déficit est plus marqué, avec un écart de l'ordre de 2 degrés.

2016-03-1.png   2016-03-2.png

  

Insolation

Le soleil a surtout brillé par son absence au cours de ce mois de mars souvent perturbé. Malgré un fin de mois plus ensoleillée, le déficit d'insolation est très marqué sur toute la région.

Le début du mois se déroule sous une couverture nuageuse souvent compacte et l'ensoleillement est particulièrement faible jusqu'au 11 mars. Puis les jours suivants sont souvent mitigés, avec une alternance de nuages et de belles éclaircies. Sur l'ensemble du mois, le déficit de l'insolation est très important, de 20 à 35% selon les régions. Le soleil n'a brillé que 131 heures à Gourdon (46) et 111 heures à Campistrous (65), sur le plateau de Lannemezan.

  

Vent

Le vent a soufflé majoritairement de secteur ouest à nord-ouest tout au long de ce mois de mars. Les rafales les plus fortes ont été mesurées en régime de traîne, au passage de giboulées, accompagnées localement d'orages et de chutes de grésil. Ainsi dès le 2 mars, le passage de plusieurs lignes de grains provoque des rafales de 80 à 90 km/h sur l'ensemble de la région, jusqu'à 104 km/h à Millau. Puis le 9 mars, les rafales atteignent 95 km/h à Castelsarrasin (82) sous une forte averse de grésil.
Vers la fin du mois, c'est le vent d'Autan qui se réveille : rafales de 98 km/h à Saint-Félix-Lauragais (31) et 104 km/h à Castres (81) le 31 mars.

    

Faits marquants

- Épisode froid du 5 au 12 mars.
A partir du 5 mars, un épisode froid et humide a provoqué des chutes de neige à basse altitude sur le Massif Central et sur les Pyrénées. Les températures sont restées très basses en journée, en particulier le 7 mars : maximum de 5°C à Tanus (81) et de 7°C à Beaucaire (32), soit un déficit de 7 degrés par rapport à la normale. Le lendemain matin, à la faveur d'éclaircies nocturnes, les gelées étaient généralisées : -1°C à Auch, -3°C à Montcuq (46) et -5°C à Montbazens (12). Cet épisode froid a perduré quelques jours, avec encore des gelées fréquentes à l'aube du 12 mars.
- "Chaleur" de la fin du mois.
Après une journée fraîche et maussade le 25 mars, une soudaine embellie, due à un flux de sud en altitude, a permis à la température de gagner 10 à 12 degrés le lendemain, avec des valeurs de 24°C au coeur de l'après-midi à Dourgne (81) et l'Isle-Jourdain (32). Ce temps printanier a persisté les jours suivants, avec encore 23°C à Burlats (81), 24°C à Savignac (09) et 25°C à Maubourguet (65) le 30 mars en milieu d'après-midi.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 10 : Très perturbé.

Le début du mois est marqué par une succession de perturbations pluvieuses, entrecoupées par des intermèdes de temps instable, où éclaircies et fortes averses alternent dans le ciel de Midi-Pyrénées. Les précipitations sont bien marquées, en particulier sur les Hautes-Pyrénées, le Gers et l'ouest du Massif central. En montagne, la neige tombe jusqu'à basse altitude, notamment du 5 au 9 mars, aussi bien sur le relief de l'Aveyron et du Tarn que sur les Pyrénées. Après une relative douceur jusqu'au 4 mars, le froid est de retour les jours suivants, avec des valeurs à peine positives le matin et pas plus de 10°C au meilleur de la journée dans les plaines.

   

Du 11 au 15 : Anticyclonique​.

Un anticyclone s'installe sur les îles britanniques et un flux de nord-est gagne la région. Le temps devient plus sec et le soleil domine, dans une ambiance encore assez froide.
Les gelées matinales sont fréquentes mais la température de l'après-midi gagne quelques degrés au fil des jours, pour atteindre environ 15°C en milieu de mois, un niveau conforme à la saison.

  

Du 16 au 25 : Temps instable.

Le temps se dégrade à nouveau dès le 16 mars, avec un ciel souvent menaçant et des averses qui prennent parfois un caractère orageux. Le 20 mars, des orages donnent par exemple 20 mm à Villematier (31) et 31 mm à Gimont (32). Les jours suivants, l'instabilité s'atténue et le soleil réussit de belles percées. Les températures sont proches de la normales, autour de 5°C le matin et de 15°C l'après-midi.

    

Du 26 au 31 : Printanier.​

Le vent s'établit au secteur sud en altitude et de l'air plus chaud gagne la région. Des perturbations atténuées apportent temporairement quelques ondées, mais les plages ensoleillées permettent à la température d'atteindre un niveau presque estival, avec une belle série entre 20 et 25°C l'après-midi du 28 au 30 mars. Puis le dernier jour du mois, une perturbation apporte de la pluie sur toute la région dans la soirée et la nuit.

   

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2016

Caractère dominant du mois

Un mois d'avril "normal", un peu gris, moyennement arrosé, souvent orageux mais sans excès, et légèrement plus doux que la normale.

  

Précipitations

A peine déficitaires globalement, les précipitations sont très contrastées : les écarts à la normale s'échelonnent de +40% dans le Lot à -50% au sud du Tarn.

A l'échelle de la région, le cumul de pluie est légèrement déficitaire, d'environ 10%. Cette apparente normalité masque de forts contrastes : au nord et à l'ouest, avec 5 à 8 jours de pluie de plus que la normale, le bilan est très excédentaire (de 30 à 50% sur le Lot). Il est nettement déficitaire sur le Val d'Adour (20 à 30%), et surtout sur le Tarn, où le manque atteint 40 à 50%, en dépit d'un nombre de jours pluvieux habituel. Les orages fréquents du 10 au 17 n'expliquent qu'en partie ces disparités : pour la plupart des stations, le cumul quotidien maximal est observé en dehors de cette période, le 4 ou le 21. Le record quotidien de ce mois est toutefois consécutif à l'orage qui s'est abattu le 11 sur l'Aubrac : 38,8 mm relevés à Lacalm (12).

2016-04.png  

  

Températures

Le mois commence et se termine dans la fraîcheur, mais les températures printanières de la période intermédiaire font pencher la balance du côté de la douceur.

Malgré un temps souvent perturbé et un ensoleillement légèrement déficitaire, avril 2016 s'avère plus doux que la normale. L'excédent est faible sur la moitié Nord (0,4 à 0,6°C), plus significatif au sud (jusqu'à 1.3°C à L'Isle-Jourdain). Seuls les postes pyrénéens enregistrent des moyennes nettement inférieures à la normale (-0,7 à -1°C).
Cette douceur se manifeste davantage sur les températures minimales, ainsi les gelées matinales sont absentes en plaine et plus rares que la normale sur les hauteurs.
Les maximales par contre sont déficitaires sur la moitié nord. Leur évolution temporelle est assez homogène sur l'ensemble de la région : après un début de mois qui alterne douceur et fraîcheur au gré des passages perturbés, un flux de sud-ouest persistant en deuxième décade apporte de l'air nettement plus doux, les maximales dépassent souvent 20°C. La douceur culmine le 15, les 25°C sont dépassés sur le Gers, le Tarnet-Garonne, et l'on relève même 27.4°C à Burlats (81).
Changement d'ambiance à partir du 21 : dans un flux perturbé de nord-ouest les températures ne dépassent plus 15 à 16°C. Le dernier jour du mois est presque aussi froid que le premier, mais avec un vent d'ouest nettement plus fort.

2016-04-1.png   2016-04-2.png

  

Insolation

Les nuages dominent en début et fin de mois, mais la deuxième décade, très ensoleillée en dépit de formations orageuses en fin de journée, rétablit presque l'équilibre.

L'ensoleillement est partout déficitaire, mais le manque n'est significatif que sur le Lot, le Gers, la Haute-Garonne et les Hautes Pyrénées, où il atteint de 10 à 20%. Le début et la fin du mois sont très nuageux, mais la décade médiane, très ensoleillée en dépit de son caractère orageux, rétablit  presque l'équilibre.

  

Vent

Ce mois d'avril ne s'est pas montré plus venté qu'à l'accoutumée, même si des rafales dépassant 100 km/h ont été observées à deux reprises, le 16 lors du passage d'une ligne orageuse sur le Gers, le Tarn-et-Garonne et le Lot, puis le 20 sur le Lauragais au cours d'un fort épisode d'Autan. Le nombre de jours avec rafales supérieures à 60 km/h est généralement conforme à la normale, de l'ordre de 3 à 5 en plaine, 10 à 15 sur les hauteurs de la bordure méditerranéenne.
Les vents de secteurs ouest à nord-ouest dominent au niveau du sol, en dépit d'un flux d'altitude orienté au sud-ouest durant toute la deuxième décade.

    

Faits marquants

- Orages du 16.
L'instabilité devient critique, 6 départements sont placés en vigilance orange dans la matinée.
Une ligne orageuse axée nord-sud balaie la région d'ouest en est entre 17h et 20h. Les précipitations, intenses mais de courte durée, ne donnent pas de cumuls exceptionnels mais on relève tout de même 19 mm à La Salvetat-Peyralès (12) ou à Bourg-de-Visa (82). Des chutes de grêle sont signalées sur l'axe reliant ces deux postes, ainsi qu'en Haute-Garonne. Mais c'est la violence du vent qui caractérise cet épisode : les rafales ont dépassé 80 km/h de la Bigorre au Rouergue, et atteint 105 km/h à Le Montat (46), 106 km/h à Lauzerte (82), 113 km/h à Lahas (32).
- Vent d'Autan le 20.
Le flux de sud se renforce en altitude, générant un fort vent d'Autan : 78 km/h sont relevés à Blagnac, 92 km/h à Fraïsse-Murat (81), 112 km/h à St Félix-Lauragais (31).
- Bise réfrigérante le 30.
Le mois se conclut dans une ambiance presque hivernale : un fort vent d'ouest (90 km/h dépassés de l'est du Gers aux Monts de Lacaune) accentue la fraîcheur de températures dignes d'un début mars (pas plus de 12,7°C relevés à Blagnac).

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 9 : Souvent perturbé.

Pas un jour sans pluie sur la région en ce début de mois, mais les zones touchées diffèrent suivant les jours et la direction du flux : Massif Central et Pyrénées Ariégeoises le 1er, le 2 et le 5, ligne orageuse sur la bordure ouest le 3, arrosage généralisé le 4, essentiellement pyrénéen le 7 et le 8, pluies faibles pour tous le 9. Cette alternance permet à chacun de bénéficier d'une ou deux journées bien ensoleillées et plus douces, mais globalement ce début de mois est assez gris.

   

Du 10 au 20 : Ensoleillé, chaud mais orageux​.

Avec l'installation d'un flux de sud-ouest en altitude, une masse d'air chaude mais instable gagne la région. Les journées sont bien ensoleillées et les températures dépassent souvent 20°C, mais des orages éclatent en soirée. Sur le nord et l'ouest de la région, cette décade est la plus arrosée du mois, mais les cumuls de pluie ne sont pas exceptionnels. Aucun secteur n'est épargné et des chutes de grêle sont régulièrement observées. Le 16, ces orages s'accompagnent de rafales de vent approchant et dépassant localement 100 km/h du Gers au Lot. Après un intermède sec et plus frais le 18 et le 19, des précipitations remontent d'Espagne dans un flux de sud renforcé.

  

Du 21 au 30 : Gris et frais.

Le 21 la température perd 8 à 10°C, et la journée est bien arrosée sur l'ensemble de la région. Un régime perturbé d'ouest à nord-ouest s'installe, et la température reste inférieure aux normales de saison jusqu'en fin de mois. Les précipitations se raréfient du 24 au 28, mais les nuages dominent, l'ensoleillement est largement déficitaire sur la décade. Le mois s'achève par une journée bien peu printanière, où la température ne dépasse pas 9 à 11°C sur le Lot et l'Aveyron, 11 à 13°C plus au sud, sous un fort vent d'ouest dont les rafales de 70 à 90 km/h attisent la sensation de froid. Histoire de nous rappeler que l'adage "En avril, ne te découvre pas d'un fil" s'applique jusqu'au 30 !

   

Source : Météo France

   

   

   

MAI 2016

Caractère dominant du mois

Sur la moitié nord-est de la région, mai 2016 est un peu plus frais que la normale et très pluvieux, alors que le sud a connu un mois conforme à la norme, avec néanmoins beaucoup de vent.

  

Précipitations

Les cumuls pluviométriques mensuels sont proches des moyennes de saison du Midi Toulousain aux Pyrénées, mais l'arrosage a été largement excédentaire du Tarn-et-Garonne à l'Aveyron.

Les cumuls pluviométriques sont très proches des normales saisonnières sur une large moitié sud de la région, pour 8 à 10 jours de pluie, et légèrement déficitaires de la Bigorre à l'Ariège.
En revanche, les précipitations sont environ 2 fois plus importantes que la moyenne sur le Lot, l'est du Tarn, ainsi que sur l'Aveyron, pour 12 à 14 jours de pluie. L'excédent est encore plus important sur les Monts de Lacaune : 250 à 300 mm soit trois fois la normale !
A Rodez, ce mois de mai 2016 se classe au troisième rang des mois de mai les plus arrosés depuis 1971.

2016-05.png  

  

Températures

Les températures moyennes sont globalement un peu fraîches pour la saison, de seulement quelques dixièmes de degrés et essentiellement pour les valeurs maximales.

Les températures moyennes connaissent un très léger déficit (quelques dixièmes de degrés) par rapport aux normales de la saison sur la plupart des stations de la région. Pour les valeurs maximales, ce déficit est un peu plus sensible sur le relief du Tarn et de l'Aveyron, ainsi que sur les Pyrénées. L'écart atteint 1 degré à Millau (12), 2 degrés à Luchon (31) et Saint-Lary (65).
Dans les plaines, on dénombre 3 à 5 jours où le mercure a dépassé la barre des 25 degrés, seulement 2 jours à St Girons, et 1 jour à Rodez.
Au seuil de 20 degrés, on atteint les 19 jours à Montauban, 17 jours à Toulouse, 16 à Auch ou Condom, mais seulement 12 à Tarbes, 7 à Rodez.
Mai 2016 a commencé par un petit coup de froid, avec des gelées en moyenne montagne, et des températures minimales de 1°C à Rodez, 2°C à Tarbes, 3°C à Albi et 5°C à Toulouse le premier mai. Puis la température s'est ensuite nettement réchauffée pour arriver au premier pic de chaleur de l'année le jour de l'Ascension, le jeudi 5 mai : 27°C à Albi (81), 28°C à Entraygues (12) et 29,5°C à Souillac (46).
Après une période assez fraîche, un nouveau pic de chaleur le 21 mai a permis de dépasser souvent les 30°C : 31 à Montauban, 32 à Saint-Géry (46) et 33 à Maubourguet (65). En fin de mois, la fraîcheur est revenue, avec l'une des journées les plus froides du mois le 31 mai : 13°C à Tanus, 15°C à Gourdon et 17°C à Toulouse !

2016-05-1.png   2016-05-2.png

  

Insolation

L'ensoleillement est assez proche de la normale, avec un léger déficit sur le nord et l'est de la région. C'est le début du mois qui est le plus ensoleillé.

Si Mai 2016 a connu son lot de pluie et de mauvais temps, l'ensoleillement est très proche de ce qu'on observe habituellement en cette saison. On mesure 190 à 210 heures de soleil suivant les stations.
La première semaine est généralement très ensoleillée sur l'ensemble de la région. La seconde particulièrement maussade. Le reste du mois est plus mitigé avec une alternance de journées de soleil puis de mauvais temps.

  

Vent

Le vent a été particulièrement présent, notamment dans le domaine de l'Autan, du 5 au 9 mai. Les rafales les plus violentes sont mesurées à Saint-Félix-Lauragais (31) : 106 km/h le 5 mai, ainsi qu'à Villefranche-de-Rouergue (12) : 106 km/h le 9 mai.
On dénombre sur le mois 10 jours de vent fort (supérieur à 60 km/h) à la station de Blagnac (31), ce qui constitue le total le plus élevé jamais enregistré en mai depuis le début des mesures. Le total est de 5 jours à Montauban et 6 Albi, plus fort total enregistré depuis 1990.
A noter aussi la journée du 22, avec de fréquentes rafales de nord-ouest dépassant 80 km/h sur la partie sud de la région.

    

Faits marquants

- Autan violent.
Le phénomène le plus marquant du mois est sans doute le long épisode de vent d'autan du 5 au 9 mai, avec des pointes à plus de 100 km/h à plusieurs reprises dans le Tarn, l'Aveyron et le Lauragais (101 à Millau, 102 à Tanus, 103 en région castraise, 106 à Villefranche-de-Rouergue et Saint-Félix-Lauragais) et un vent qui a soufflé en continu, de jour comme de nuit, entre 70 et 90 km/h sur toute l'agglomération toulousaine.
- Pluies abondantes.
Un épisode pluvieux remarquable s'est produit sur les Monts de Lacaune du 8 au 11 mai. Sur cette période de 4 jours, on relève 134 mm à Labastide-Rouairoux (81) et 227 mm à Fraisse-Murat (81) à 1000 mètres d'altitude.
En fin de mois, le samedi 28, des orages violents affectent la région en fin d'après-midi, avec des grêlons de la taille de balles de ping-pong à l'est de Toulouse et des pluies diluviennes en divers secteurs : 40 mm à Blajan (31), 67 mm à Villecomtal (12) et 70 mm à Durfort (82).
- Brusque variation de température.
Pour illustrer le caractère très changeant de ce mois, citons également comme élément marquant la forte baisse des températures qui s''est produite du 21 au 22 mai : par exemple à Montauban, température maximale de 30,6°C le 21 mai et seulement 17,6°C le lendemain !

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Bien ensoleillé.

Un temps anticyclonique s'établit, avec une fraîcheur marquée les 2 premiers jour, puis des températures très douces l'aprèsmidi par la suite. Le ciel est bleu, avec quelques nuages sur le Massif Central et le vent est très discret.

   

Du 5 au 9 : Autan​.

Une dépression se creuse près du Portugal et le vent d'autan se met en place dans un domaine très large, jusque vers le Lot et l'Aveyron. Les rafales sont violentes, parfois supérieures à 100 km/h. Le ciel est souvent voilé, puis de plus en plus couvert avec un épisode pluvieux très marqué sur le sud du Massif central à partir du 8 mai. Les températures, bien chaudes en début de période, sont en baisse au fil des jours.

  

Du 10 au 19 : Frais et perturbé.

L'épisode pluvieux se poursuit sur le sud du Tarn et de l'Aveyron, alors qu'un temps instable s'établit ailleurs. Puis le flux bascule au nord-ouest, le temps se rafraîchit et des passages perturbés traversent l'ensemble de nos contrées, avec des pluies plus marquées sur le relief et sur le nord de la région.

    

Du 20 au 21 : Beau temps.​

Belle parenthèse anticyclonique avec un soleil radieux et des températures en hausse sensible, parfois supérieures à 30°C le 21 mai.

    

Du 22 au 31 : Orageux.​

Après le passage d'une perturbation active accompagnée de pluie et d'orages le 22 mai, le temps hésite les jours suivants : éclaircies et nuages se succèdent avec des averses parfois fortes et orageuses.
Les températures repartent temporairement à la hausse, puis des lignes d'orages localement violents traversent la région le 28 mai. Les 2 derniers jours du mois sont marqués par de nouvelles pluies et des températures de plus en plus fraîches.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2016

Caractère dominant du mois

Ce mois de juin est marqué par une alternance de séquences estivales et de périodes fraîches et perturbées. Les précipitations et les températures sont en moyenne proches de la normale.

  

Précipitations

Le cumul des pluies moyenné sur la région est peu ou prou dans la norme, mais des contrastes marqués apparaissent en fonction des secteurs touchés par des orages.

L'étude du cumul mensuel fait apparaître des pluies plus marquées sur le sud du Tarn, sur le Lot et sur les Pyrénées. Dans les plaines, elles sont très hétérogènes, avec des noyaux de précipitations importants dans le Frontonnais, le Ségala ou l'Armagnac, dus à des épisodes orageux plus nombreux. En revanche, certains secteurs sont très secs, comme l'Astarac et le Volvestre où il est tombé seulement une trentaine de litres par mètre carré en un mois. Les pluies orageuses les plus abondantes sont observées le 4 juin (58 mm à Augirein en Ariège, le 17 juin (42 mm à Burlats dans le Tarn) et le 24 juin (27 mm à Golfech dans le Tarn-et-Garonne).

2016-06.png  

  

Températures

Les valeurs nocturnes sont un peu plus élevées que la normale, a contrario des températures de l'après-midi qui sont un peu plus basses, notamment près du Massif central.

Dans la continuité du mois précédent, les températures se situent tout près des normales, avec un léger excédent pour les minimales et un léger déficit pour les maximales, déficit malgré tout un peu plus marqué sur le nord de la région.
Les journées les plus chaudes sont observées d'une part en début du mois, avec plus de 30°C le 8 et le 9 juin dans diverses localités du Gers et du Tarn, puis d'autre part autour du solstice d'été. Ainsi, le 22 et le 23 juin, les températures sont partout supérieures à 30°C, avec des pointes de 33°C en Aveyron, 34°C sur le piémont ariégeois et localement 35°C dans le Gers, le Lot et le Tarn-et-Garonne.
Entre ces 2 périodes estivales, une longue séquence de fraîcheur a concerné l'ensemble de la région.
Le 16 juin, la température n'a pas dépassé 17°C à Montréal (32) et Lunegarde (46). Puis les jours suivants, la fraîcheur a persisté, avec par exemple seulement 17°C à Rodez et 20°C à Toulouse le 19 juin au coeur de l'après-midi.

2016-06-1.png   2016-06-2.png

  

Insolation

Le soleil a souvent eu du mal à s'imposer, mais les belles journées ensoleillées autour du solstice d'été ont permis d'atteindre les valeurs de saison pour le sud de la région.

Le soleil a brillé pendant 200 à 220 heures sur le sud de la région, soit des valeurs très proches de la normale. En revanche, plus au nord, le déficit est assez marqué, avec par exemple seulement 182 heures de soleil à Gourdon, soit un déficit de l'ordre de 25%. c'est surtout en milieu de mois que le manque de soleil s'est fait sentir, avec plusieurs journées maussades, grises et humides.

  

Vent

Le vent a soufflé le plus souvent de secteur ouest à nord-ouest. Les rafales les plus fortes sont mesurées en milieu de mois, au passage de lignes de grains les 13 et 15 juin. Des pointes de 80 à 85 km/h sont alors enregistrées sur une grande partie de la région, jusqu'à 103 km/h à Fraisse-Murat, à 1000 mètres d'altitude dans les Monts de Lacaune.
Le vent d'Autan n'a pas soufflé souvent, avec simplement quelques rafales de 60 à 80 km/h dans son domaine les 22 et 23 juin.

    

Faits marquants

- Neige sur les Pyrénées.
En milieu de mois, un flux de nord-ouest s'est établi sur la France et notre région s'est retrouvée dans le couloir des perturbations, dans une ambiance bien fraîche pour la saison.
Des chutes de neige ont alors affecté les Pyrénées, dès 2000 mètres d'altitude. Ainsi, le 17 au matin, on relevait 5 cm de neige au refuge de Vénasque (2250 mètres). Puis le 19 au lever du jour la température indiquait -4°C, avec 10 cm de neige, au refuge du Portillon (2570 mètres).
- Vague orageuse de la Saint-Jean.
Après 2 journées de forte chaleur, le temps devient plus instable le vendredi 24 juin. Le ciel est chaotique dès le matin et la menace orageuse se précise en fin de journée. Des orages affectent une grande partie de la région, avec de fortes pluies et des inondations dans la région de Figeac, dans le Lot. De puissantes cellules orageuses ont aussi balayé la Basse Ariège dans la soirée, avec de fortes pluies (27 mm en quelques minutes à Brie), de violentes bourrasques de vent et de la grêle sur les communes de Saverdun et Mazères, provoquant de gros dégâts aux cultures de sorgho et de tournesol.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 5 : Instable.

A l'arrière d'une perturbation qui a traversé la région le dernier jour du mois de mai, s'établit un temps variable, avec un ciel nuageux, de courtes périodes ensoleillées et de faibles précipitations, qui prennent un caractère orageux sur les Pyrénées. Les températures, très fraîches en début de mois, se radoucissent progressivement pour atteindre 23 à 25°C en fin de période.

   

Du 6 au 9 : Estival​.

L'amélioration se confirme, avec de belles journées ensoleillées, suivies d'une évolution orageuse dans la soirée du 6 et du 7. Les températures atteignent un niveau digne du plein été, autour de 30°C le 8 et le 9 juin.

  

Du 10 au 19 : Frais et perturbé.

Une perturbation pluvio-orageuse traverse toute la région, avec des pluies bien marquées sur le Tarn et le nord de la Haute-Garonne. Elle est suivie d'un temps frais avec des éclaircies les 2 jours suivants. Puis le temps se dégrade à nouveau, avec des averses et de fortes rafales de vent d'ouest sur toute la région. Ces averses sont parfois accompagnées d'orages à partir du 15. Les températures sont basses pour la saison et la neige est de retour en haute montagne les 17 et 18 juin.

    

Du 20 au 23 : Beau et chaud.​

Une poussée anticyclonique favorise une amélioration rapide et des conditions estivales s'installent sur toute la France pour le solstice d'été. Le ciel est souvent tout bleu et les températures en profitent pour dépasser allégrement les 30°C. En fin de période, un vent d'Autan modéré s'établit du pays castrais à la plaine toulousaine.

    

Du 24 au 30 : Variable.​

Le temps devient lourd le vendredi 24 juin et plusieurs lignes orageuses traversent la région, accompagnées parfois de grêle en Ariège. Les jours suivants, un flux d'ouest apporte de nombreux passages nuageux mais le temps est sec. Puis en fin de mois, après une belle journée ensoleillée le 28, le temps tourne à nouveau à l'orage en soirée sur les Pyrénées et le sud de la région.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2016

Caractère dominant du mois

Ce mois de juillet se caractérise par une alternance de périodes fraîches et de coups de chaleur, avec des averses orageuses plus fréquentes sur un axe Tarbes-Toulouse-Millau.

  

Précipitations

Les pluies sont inégales, avec un temps très sec sur le Bas Armagnac, le Lot et l'Aubrac, mais un excédent important sur une large bande centrale, de la Bigorre au Larzac.

Ce mois de juillet est le plus sec depuis 1985 à Gramat (46), mais le plus arrosé depuis 1988 à Ondes (31) ! Les précipitations, essentiellement orageuses, se concentrent sur les Pyrénées et leurs abords, ainsi que sur un axe allant du Béarn au sud de l'Aveyron, y apportant une fois et demi à deux fois la normale mensuelle de juillet, souvent en 3 ou 4 journées seulement. A contrario, la sècheresse est marquée au nord de cet axe, avec des déficits atteignant 60 à 70% à l'ouest du Gers, 80 à 90% au nord du Lot et de l'Aveyron. Régime sec également pour la Montagne Noire et les Monts de Lacaune, qui n'ont reçu que la moitié des pluies escomptées.

2016-07.png  

  

Températures

Les températures moyennes sont très proches des normales, avec un léger excédent dans le Quercy et a contrario un déficit de l'ordre de 1 degré dans les vallées pyrénéennes.

Les moyennes de températures sont très proches des normales.
L'écart ne dépasse généralement pas 1°C, avec un dégradé nord/sud perceptible pour les maximales : les journées ont été un peu plus chaudes qu'à l'accoutumée sur le Tarn-et-Garonne, le Lot et l'Aveyron, alors que les vallées pyrénéennes enregistrent un léger déficit.
Cette apparente normalité masque d'importantes variations : le mois alterne périodes fraîches et pics de chaleur de courte durée. Le thermomètre dépasse 35°C pour la première fois le 10, mais la journée la plus chaude est celle du 19 : les maximales atteignent 37°C dans les vallées pyrénéennes, et dépassent 39°C dans le Lot (jusqu'à 40°C à Anglars, 41.5°C à Souillac !), tandis que le vent d'Autan apporte une fraîcheur relative sur son domaine (31°C à St-Félix-Lauragais (31)).
Ces deux pics encadrent la période la plus fraîche du mois : le 12 la température plafonne à 17°C au pied des Pyrénées, et reste en deçà de 20°C sur une large moitié sud de la région. Du 13 au 16, ce sont les nuits qui sont particulièrement fraîches, les records de juillet sont battus dans plusieurs stations le 15 : 5.7°C à Villefranche-de-Rouergue (12), 7.3°C à Castelnau-Magnoac (32).

2016-07-1.png   2016-07-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé davantage que de coutume sur la quasi-totalité du territoire.
Seul le département des Hautes-Pyrénées connaît un léger déficit de 5 à 10%.

Juillet 2016 est plutôt ensoleillé. La plupart des stations ont enregistré une durée d'insolation supérieure à la normale de 5 à 10%. Seules les Pyrénées Atlantiques font exception, en raison d'une première décade un peu plus grise que d'ordinaire, alors que le début de mois est largement ensoleillé ailleurs. La deuxième décade offre à toute la région 5 jours consécutifs d'ensoleillement optimal, après des journées bien grises. Le soleil est plus timide en fin de mois.

  

Vent

En dépit de son caractère orageux, juillet 2016 n'est pas plus venteux qu'à l'ordinaire. Les vitesses moyennes relevées sont conformes aux normales, et bon nombre de stations n'ont enregistré aucune rafale supérieure à 60 km/h, ce qui est plutôt inhabituel même en été. Seules les stations de la bordure méditerranéenne ont dépassé ce seuil plus d'une journée dans le mois. Les plus fortes rafales (moins de 70 km/h) ont souvent été relevées le 14, hors situation orageuse, par flux de nord-ouest. C'est la direction dominante du vent durant ce mois, mis à part un épisode d'Autan modéré du 17 au 19.

    

Faits marquants

- Arrosage localement copieux.
Plusieurs vagues orageuses actives se succèdent sur la région. Les cumuls quotidiens atteignent souvent 30 à 40 mm, parfois beaucoup plus : 84 mm le 10 à Arreau-Bordères (65), 51.8 mm le 22 à Lauzerte (82). A l'opposé, plusieurs stations du Lot enregistrent moins de 10 mm sur le mois (6,6 mm à Cressensac).
- Fraîcheur du 12 au 15.
Après les orages, toute la région frissonne sous les nuages le 12, avec des maximales qui s'échelonnent de 17 à 22°C du sud au nord. Les nuits suivantes sont de plus en plus fraîches, le thermomètre flirte avec records le 15 sur le Gers ( 5,6°C à Ste Anne) ou l'Aveyron (4,8°C à Monteils).
- Forte chaleur le 19 juillet.
Du 15 au 19, un soleil implacable amène le thermomètre jusqu'à des valeurs caniculaires : 36,5°C sont relevés dès le 17 à Souillac, 38°C le lendemain, 41,5°C le 19 ! Ce jour-là, il fait 30,2°C à Loudervielle (65), à près de 1600m d'altitude, et plus de 37°C sur tout l'ouest de la région, des vallées pyrénéennes au nord de l'Aveyron. Le sud-est échappe à la fournaise grâce à un vent d'Autan modéré.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 5 : Perturbé.

Après un premier jour estival, le temps se dégrade durablement les jours suivants. Les nuages dominent sur toute la région et ils donnent des ondées passagères, dans une ambiance assez fraîche.
Une amélioration passagère se produit le 4 juillet, avec des températures proches de 30°C, mais des pluies orageuses se déclenchent dans la soirée et la nuit suivante. Le 5, le temps est variable, avec des températures agréables.

   

Du 6 au 10 : Temps estival​.

Le temps est calme, avec des passages nuageux le matin, puis beaucoup de soleil dans la journée.
Les températures en profitent pour grimper au fil des jours et un pic de forte chaleur se produit le 10 juillet, jour le plus chaud du mois en région toulousaine avec 35 à 36°C. Cette chaude journée se termine par des orages généralisés sur le chaîne pyrénéenne et les pluies gagnent vers la plaine en cours de nuit.

  

Du 11 au 13 : Orageux.

Plusieurs épisodes orageux affectent essentiellement un axe Bigorre-Larzac et les températures sont en baisse sensible, notamment le 12 juillet où elles sont souvent inférieures à 20°C au meilleur de l'après-midi. Le 13, les averses sont encore nombreuses sur le sud de la région, puis une amélioration se dessine par le nord dans l'après-midi.

    

Du 14 au 20 : Soleil radieux.​

Sous l'effet d'une poussée anticyclonique, les conditions météorologiques s'améliorent nettement avec un ciel souvent tout bleu du 15 au 19 juillet. La fraîcheur est très marquée au début de cette période, avec des nuits bien froides pour la saison les 15 et 16 juillet.
Puis la chaleur est de retour les jours suivants. Elle atteint son paroxysme le 19 juillet, avec des températures qui atteignent ponctuellement les 40°C dans le Quercy, alors que la chaleur est plus modérée dans le domaine de l'Autan.

    

Du 21 au 31 : Instable.​

Les nuages sont de retour, un épisode orageux actif affecte notre région le 22 en 2 vagues successives, les pluies sont localement abondantes. Du 23 au 29, le temps est souvent nuageux près des Pyrénées, plus ensoleillé au nord où les températures redeviennent estivales avant une ultime salve orageuse le 30.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2016

Caractère dominant du mois

Ce mois d'août se caractérise par des précipitations extrêmement faibles, avec seulement quelques orages localisés. L'ensoleillement est remarquable et la température est un peu plus élevée que la normale.

  

Précipitations

Seules les Pyrénées atteignent par endroits le cumul normal d'un mois d'août. Partout ailleurs, la sécheresse a sévi durablement, avec de nombreuses régions où il est tombé moins de 10 mm.

Un temps anticyclonique s'est installé en août sur l'ensemble de la région. Les cumuls de précipitations mensuels sur le département sont très inférieurs à la normale, avec moins de 10 mm de pluie sur nombre de régions, comme le Quercy, le Lauragais, le nord du Gers et le sud du Tarn.
C'est le mois d'août le plus sec depuis la généralisation des mesures en 1959.
Seule une petite partie de la Bigorre, ainsi que l'est du relief ariégeois échappent à cette sévère sécheresse, avec un cumul proche de la normale.
Quelques orages ponctuels, notamment ceux du 4 et du 15 août expliquent ces exceptions locales.

2016-08.png  

  

Températures

Les températures nocturnes sont assez proches de la normale, avec des contrastes marqués d'un lieu à un autre.
Quant aux valeurs maximales, elles sont partout plus chaudes que la normale.

Les températures minimales sont assez proches de la normale, avec des nuits fraîches en début de mois, puis des nuits plus chaudes tout au long de la deuxième quinzaine. Le bilan mensuel fait apparaître des contrastes marqués dus aux nombreuses nuits claires : en Aveyron, moyenne de 11°C à Monteils (dans la vallée) et de 14°C à Colombiès (sur les hauteurs).
Quant aux températures maximales, elles sont au-dessus de la normale, avec un écart qui atteint 2 degrés sur le Quercy et l'Armagnac et autour de 1 degré sur une grande partie de la région.
Deux épisodes de fortes chaleur sont observés, d'une part autour du 15 août, puis à nouveau en fin de mois, avec des températures très élevées du 22 au 27 août. Au cours de cette dernière période, des températures caniculaires sont observées en divers points de la région. Ainsi à Souillac (46), on relève 3 jours de suite 38,5°C du 23 au 25, puis 37°C les 2 jours suivants. En Ariège, à Pamiers, les 37°C sont aussi atteints les 23 et 24 août, ainsi qu'à Entraygues, en Aveyron. Dans le Gers, c'est le dernier jour de cette période de canicule, le 27 août, qui est le plus chaud : 37°C à Mirande et 39°C à Ramouzens !

2016-08-1.png   2016-08-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé très largement, avec un cumul mensuel qui dépasse parfois les 300 heures. C'est le mois d'août le plus ensoleillé depuis 2003.

A la faveur de conditions anticycloniques durables, le soleil a brillé très largement au cours de ce mois estival. Les journées de ciel bleu du matin au soir sont très nombreuses, autour de 15 jours sur l'ensemble du mois, un peu moins sur les régions pyrénéennes. Le cumul de l'ensoleillement dépasse de 20 à 30% la normale et place ce mois au 2ème rang des mois d'août les plus ensoleillés, juste derrière août 2003.

  

Vent

Le vent est resté très discret tout au long du mois, avec une orientation majoritaire au secteur nord-ouest. Quelques journées un peu plus ventées sont néanmoins observées par endroits.
Le 5 août, à l'arrière d'une faible perturbation, des rafales de 70 km/h sont mesurées sur le relief du Tarn, alors que la Tramontane souffle fort près de la Méditerranée.
Puis le 15 août, des rafales d'orages affectent les Pyrénées en fin d'après-midi.
En fin de mois, le 25 août, un vent d'autan modéré occasionne quelques pointes de 65 à 70 km/h sur le Lauragais et le Castrais.

    

Faits marquants

- Orage de grêle du 15 août.
Après une journée bien chaude, avec des températures autour de 32°C dans les vallées ariégeoises, de puissants orages se forment en fin d'après-midi sur le Haut-Couserans et le Vicdessos. De violentes averses de grêle s'abattent sur le secteur, avec un paysage qui blanchit en quelques minutes. Des trombes d'eau affectent en particulier la commune d'Aulus-les-Bains (58 litres par mètre carré en moins de 30 minutes) où les maisons et les termes se retrouvent inondés.
- Vague de chaleur du 22 au 27 août.
La période la plus chaude se situe à la fin du mois d'août, avec des températures caniculaires pendant plusieurs jours consécutifs. Au cours de cette période, les températures ont dépassé les 35°C sur la quasitotalité de la région, avec des pointes entre 37 et 39°C sur l'Armagnac et le Quercy, ainsi que sur le piémont ariégeois. Cette vague de chaleur est due à la persistance d'une bulle anticyclonique sur la France et à la présence d'un léger courant de sud en altitude qui a permis à de l'air tropical de franchir les Pyrénées et de s'étendre à l'ensemble du territoire.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 11 : Mitigé.

Dans un régime faiblement anticyclonique de secteur ouest, les journées sont contrastées, avec une alternance de belles séquences ensoleillées et de périodes plus nuageuses, avec quelques faibles ondées en plaine et des averses orageuses en montagne. Les températures oscillent autour de la normale, avec quelques pointes de chaleur les 3, 7 et 8 août et des journées beaucoup plus fraîches, notamment du 9 au 11 août.

   

Du 12 au 17 : Beau et chaud​.

L'anticyclone des Acores se prolonge sur la France et un temps estival s'installe pendant plusieurs jours. Le soleil brille souvent du matin au soir, dans un beau ciel bleu, simplement troublé par quelques nuages plus développés l'après-midi en montagne où des orages isolés se déclenchent dans la soirée. La température est très chaude, souvent proche de 35°C au coeur de l'après-midi.

  

Du 18 au 21 : Fraîcheur.

Le ciel est souvent couvert le 18 août, dans une ambiance plus fraîche. Puis le lendemain, le soleil est plus généreux mais le temps se gâte dans la nuit et une perturbation pluvieuse s'attarde dans la matinée du 20 août. Le 21 août, le temps est encore un peu frais, mais les éclaircies sont de retour.

    

Du 22 au 27 : Forte chaleur.​

Le beau temps s'installe, avec de l'air très chaud. Le soleil cogne fort tous les jours et la température dépasse souvent les 35°C au coeur de la fournaise. Le vent est discret, sauf en Lauragais et sur le sud du Tarn où s'établit temporairement un petit souffle d'autan.

    

Du 28 au 31 : Nuages.​

En présence d'un vent d'ouest modéré, des nuages bas affectent essentiellement le sud de la Garonne, accompagnés par moments d'un peu de bruine. Puis le beau temps se rétablit pour les 2 derniers jours du mois, avec une température très agréable, autour de 30°C en milieu d'après-midi.

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2016

Caractère dominant du mois

Dans la continuité du mois d'août, septembre 2016 s'est montré très chaud, très sec par endroits, et bien ensoleillé.

  

Précipitations

Un épisode fortement pluvieux en milieu de mois a permis aux sols aveyronnais de retrouver un taux d'humidité quasi normal. Plus à l'ouest la sècheresse perdure ou s'est aggravée.

Malgré un arrosage conséquent en milieu de mois, septembre reste sec sur une bonne partie de la région : le déficit dépasse 50% sur le Tarn-et-Garonne et une bonne partie du Gers, il atteint 70 % le long d'un axe Lot/Ariège. Le piémont pyrénéen a bénéficié d'un arrosage presque normal.
Sur une bonne partie de l'Aveyron, l'épisode du 13-14 ramène le cumul mensuel à des valeurs normales ou localement excédentaires, mais l'humidité des sols y reste cependant légèrement déficitaire en fin de mois. Sur l'Aubrac, une partie du Tarn-et-Garonne et du Gers, les sols demeurent très secs, sur le Lot, ainsi qu'en Basse-Ariège ils deviennent extrêmement secs.

2016-09.png  

  

Températures

En dépit d'une période fraîche en milieu de mois, septembre 2016 est le quatrième mois le plus chaud depuis 1950, avec des températures très estivales du 1er au 13, et encore élevées en fin de mois.

Sur l'ensemble de la région, la température moyenne du mois est supérieure à la normale.
L'excédent, faible près des Pyrénées, dépasse 2°C sur toute la bordure ouest de la région, et place septembre 2016 au 4e rang des mois les plus chauds depuis 1950.
Ce sont surtout les températures maximales qui expliquent cette surchauffe, tout particulièrement celles du début de mois : du 1er au 13, la température dépasse 30°C sur l'ensemble de la région durant au moins 9 jours (11 pour Castelsarrasin (82), 12 pour St Géry (46)). La moyenne des maximales sur cette période est ainsi la plus forte jamais relevée sur la plupart des stations. En plaine, les records absolus de septembre sont frôlés le 12 : 36.0 à Montauban contre 36.1 en 2005. Près des Pyrénées, la journée la plus chaude est celle du 7, avec 34 à 35°C dans les vallées, et 32.2°C à Gavarnie, à 1400 m d'altitude !
Les températures minimales sont également excédentaires, mais beaucoup plus proches des normales : l'écart dépasse rarement 2°C, il est quasi nul près des Pyrénées. C'est aussi en début de mois qu'elles sont les plus douces, en particulier lors des épisodes d'Autan : la nuit du 12 au 13,  la température se maintient au-dessus de 22°C à Lavaur (81), ou à Blagnac (31).

2016-09-1.png   2016-09-2.png

  

Insolation

Avec une insolation quasi optimale près d'un jour sur deux, le bilan est excédentaire sur le mois, malgré une grisaille souvent tenace en deuxième décade.

Le soleil s'est montré très généreux en septembre sur la région. La durée quotidienne d'insolation dépasse 80% de la valeur optimale presque un jour sur deux (17 jours à Rodez). Sur le mois, le bilan est donc excédentaire de 10 à 20%, la bordure méditerranéenne de la région étant la moins favorisée.
C'est surtout la première décade qui a été très ensoleillée, mais la fin de mois a également réservé de très belles journées.

  

Vent

Lors l'épisode orageux du 13 au soir, les rafales de vent ont dépassé 70 km/h sur la quasi totalité de la région, Lot excepté, et 110 km à l'ouest du Gers.
En dehors de ces jours agités,le vent s'est montré relativement discret.
Il a soufflé principalement de secteur ouest à nord-ouest. Quelques brefs épisodes d'Autan se sont produits : modéré le 7, assez fort le 12 et le 13, avec des rafales voisines de 90 km/h au pied de la Montagne Noire, puis à nouveau modéré le 24 et 25.

    

Faits marquants

- Fortes chaleurs du 1er au 13.
L'épisode estival de début de mois est inédit non par son intensité (seules les stations ouvertes récemment ont battu leur record absolu de septembre), mais par sa constance : en dehors des journées plus perturbées du 5 et du 8, la plupart des stations ont relevé quotidiennement des maximales supérieures à 30°C. Sur ces 13 jours la moyenne des températures maximales dépasse ainsi presque partout le précédent record de 2006.
- Épisode orageux du 13 au 14.
Après un début de mois plutôt anticyclonique, un flux de sud se met en place le 13,générant un passage perturbé remarquable à plusieurs titres :
Fortes rafales de vent le 13.
Une ligne orageuse aborde l'ouest des Pyrénées-Atlantiques et du Gers en fin d'après-midi le 13. Elle s'accompagne de violentes rafales, jusqu'à 90 km/h à Condom (32), 111 km/h à Le Houga(32).
Fortes précipitations sur l'Aveyron le 14.
Le long un axe St-Affrique/Rodez, l'épisode apporte de 60 à 80 litres d'eau par m2 (77 l/m2 à Villecomtal).
Chute brutale des températures.
Les maximales affichent souvent une quinzaine de degrés de moins que le 13.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Temps estival.

Dans la continuité du mois d'août, septembre 2016 débute par une période anticyclonique, sèche, très ensoleillée et très chaude : les 30°C sont dépassés presque tous les jours en plaine, et jusqu'en moyenne montagne le 7. La chaleur culmine le 12, avec des températures supérieures à 35°C relevées sur toute la bordure ouest de la région. La nuit suivante est particulièrement douce, les minimales approchent ou dépassent 20°C. Durant cette période, les précipitations se limitent à quelques petites averses sur le relief le 7 et le 8, orageuses et débordant jusqu'au Gers et en plaine toulousaine le 9.

   

Du 13 au 16 : Orageux et frais​.

Dans la soirée et la nuit du 13, une douche froide met fin brutalement à l'été, apportant la pluie tant attendue : des orages accompagnés de violentes rafales de vent frappent l'ouest du Gers en soirée, la dégradation gagne l'ensemble de la région au cours de la nuit et perdure le lendemain. Elle apporte arrosage inégal : conséquent à l'ouest d'un axe St Girons/Castelsarrasin, abondant voire intensif à l'est de Albi/Figeac (cumuls supérieurs à 60 mm sur un bon tiers de l'Aveyron), plus limité entre les deux. Elle induit un abaissement spectaculaire des températures, les maximales perdent entre 14 et 16°C en 24h (jusqu'à 18.5°C à St Girons (09)).
Les jours suivants restent frais pour la saison, avec quelques orages du Muretain à la Lomagne le 15, et des pluies faibles généralisées le 16.

  

Du 17 au 30 : Sec et doux en plaine.

Les conditions redeviennent anticycloniques mais jusqu'au 20 l'atmosphère est humide et le ciel souvent gris donne des pluies faibles sur le relief. La dernière décade est plus ensoleillée, excepté un passage orageux le 25, qui arrose surtout le relief. Les températures redeviennent très agréables l'après-midi, les 30°C sont atteints le 24 sur les départements de l'ouest, puis dépassés le 29. Mais les nuits sont plus longues et les matinées plus fraîches et brumeuses. L'automne est arrivé.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2016

Caractère dominant du mois

Ce mois d'octobre est caractérisé par la prédominance de conditions anticycloniques et par la persistance de la sécheresse sur la majorité du territoire.

  

Précipitations

Les pluies sont ponctuellement supérieures à la normale dans le Comminges, le Frontonnais et le Quercy, ainsi que sur les Monts de Lacaune, mais elles sont nettement déficitaires partout ailleurs.

Dans la continuité du mois de septembre, la sécheresse a perduré sur la majeure partie de la région. Le déficit dépasse les 50% sur la Bigorre, l'ensemble du Gers et la moitié ouest du Lot, ainsi que sur une large bande axée de l'Ariège à l'Aubrac. Le nombre de jours de pluie significative est particulièrement faible, autour de 5 en moyenne, soit deux fois moins que la normale.
Un épisode pluvieux et orageux a cependant donné ponctuellement de fortes pluies dans la journée du 13 octobre : il est ainsi tombé en 24 heures 64 mm à Arbas (31), 70 mm à Montricoux (82), 91 mm à Villariès (31) et près de 200 mm à Fraisse-Murat (81) !

2016-10.png  

  

Températures

Les températures sont très proches de la normale, avec un léger déficit sur la moitié nord de la région et un léger excédent sur la moitié sud.

Le début et la fin du mois sont marqués par des températures très douces, mais la fraîcheur a dominé en milieu de mois, d'où un bilan mensuel assez proche des valeurs de saison. La température moyenne est légèrement inférieure à la normale sur la moitié nord de la région (-0,8 degré à Rodez et -0,2 degré à Montauban), mais légèrement supérieure sur la moitié sud (+0,3 degré à Toulouse et +0,4 degré à Saint-Girons).
Les premières gelées sous abri apparaissent le 10 octobre, avec -0,5°C à Anglars (46), -0,8°C à Bioule (82) et -1,5°C à Montans (81). Des gelées plus généralisées se produisent le 21 et le 22 octobre, avec par exemple -1°C à Savenès (82) et -3°C en Aveyron, à Monteils et Laissac.
Quant aux températures maximales, elles fluctuent tout au long du mois autour de la normale, avec des pics de douceur remarquable. Ainsi, le 4 octobre, la température atteint 28°C à Toulouse, 29°C à Auch et 30°C à Pamiers, dans l'Ariège. Puis vers la fin du mois, des valeurs souvent proches de 25°C sont à nouveau observées en de nombreuses localités, avec un niveau estival atteint le 29 octobre : 27°C à Cos (09) et Tarbes (65), et 28°C à Saint-Gaudens (31) !

2016-10-1.png   2016-10-2.png

  

Insolation

Avec un ensoleillement mensuel de l'ordre de 150 heures en moyenne sur la région, le niveau atteint est très proche de la normale, avec cependant un excédent de soleil en Aveyron.

Les journées grises et les journées ensoleillées sont à peu près équitablement réparties au fil des jours, avec un ciel souvent bien dégagé en début et en fin de mois. Le cumul mensuel est très proche de la normale sur l'ensemble de la région, sauf en Aveyron où le soleil a brillé pendant 159 heures à Millau, avec notamment une série de 5 jours de ciel bleu du 27 au 31 octobre.

  

Vent

Le vent a soufflé temporairement assez fort, en particulier dans le domaine de l'autan. Les rafales les plus fortes sont observées à l'occasion de deux salves qui ont duré à chaque fois environ 48 heures. La première les 12 et 13 octobre : 80 km/h en Lauragais, 90 km/h dans le Castrais et 97 km/h sur le viaduc de Tanus, dans le nord du Tarn. Puis la deuxième les 23 et 24 octobre, avec des rafales de 80 à 90 km/h dans le Tarn et l'Aveyron.
En montagne, c'est le 23 octobre que sont relevées les plus violentes bourrasques, avec un vent de sud-ouest de 144 km/h au Pic du Midi de Bigorre.

    

Faits marquants

- Épisodes cévenols.
A deux reprises au cours du mois sont apparues les conditions requises pour des pluies abondantes sur les versants méditerranéens du Massif Central. En milieu de mois, une dépression se creuse sur le nord de l'Espagne et un courant de sud chargé d'humidité vient déverser des trombes d'eau de la Montagne Noire au relief du Larzac à partir du 12 octobre. A la station de Fraisse-Murat, dans les Monts de Lacaune, il tombe 250 mm en 48 heures, dont près de 200 mm pour la seule journée du 13 octobre. Après un répit de quelques jours, une nouvelle dépression se creuse sur  le Portugal et le flux de sud apporte à nouveau des pluies persistantes sur le sud du Massif central, avec un cumul de 50 à 70 mm en 24 heures les 23 et 24 octobre.
- Amplitude diurne.
La journée du 22 octobre est marquée par un fort contraste de température entre le matin et l'après-midi.
Après une nuit claire, les gelées sont fréquentes au lever du jour, en particulier dans le Quercy et l'Aveyron. Puis au coeur de l'après-midi, à la faveur d'un ensoleillement permanent et d'un léger souffle de secteur sud, les températures approchent partout les 20°C. A Monteils (12), on passe de -3°C à 18°C, et à Bioule (82) de -1°C à 21°C, une amplitude très rare à cette période l'année.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Douceur.

Après un début de mois sous les nuages et accompagné de quelques averses, le temps s'améliore nettement à partir du 3 octobre, avec un soleil généreux et des températures qui deviennent estivales, souvent comprises entre 25 et 30°C au coeur de l'après-midi.
Puis le temps se dégrade en fin de période, avec de rares ondées orageuses.

   

Du 8 au 11 : Fraîcheur​.

Un puissant anticyclone s'installe sur les pays scandinaves et le vent du nord rafraîchit l'atmosphère sous un ciel partiellement voilé. Les températures sont en baisse sensible, et les premières gelées apparaissent près du Massif Central dès le 10 octobre.

   

Du 12 au 14 : Perturbé​.

Une dépression remonte de l'Espagne vers le sud de la France et un épisode cévenol apporte des pluies abondantes sur les versants sud du Massif Central, alors que des orages affectent une bande centrale de la région, du Comminges au Quercy, où de fortes averses se produisent dans la soirée du 13. Le lendemain, la pluie est encore présente vers les Monts de Lacaune et un temps plus calme s'établit sur l'ouest de la région.

   

Du 15 au 22 : Anticyclonique​.

Un temps stable s'établit pour plusieurs jours, avec des brouillards matinaux, puis un ciel partagé entre éclaircies et passages nuageux. Le 20 octobre, une perturbation moribonde apporte quelques gouttes de pluie, puis un temps frais et ensoleillé s'établit suivants, avec des gelées matinales  et des températures maximales autour de 16°C.

   

Du 23 au 25 : Doux et venté​.

Une dépression se creuse sur le Portugal et le temps se radoucit très nettement, par vent de secteur sud.
Les rafales d'autan sont fortes avant le passage d'un front pluvieux le 24 octobre. Les pluies sont abondantes sur les Monts de Lacaune.

   

Du 26 au 31 : Anticyclonique.

Un anticyclone très puissant vient se positionner sur la France et les brouillards sont nombreux et parfois persistants dans les plaines. Le soleil brille jusqu'à la fin du mois sur le Massif Central et les Pyrénées, avec des températures printanières.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2016

Caractère dominant du mois

Contrairement au mois précédent, novembre 2016 s'est montré assez pluvieux. Venues tantôt de l'ouest, tantôt du sud, les perturbations successives ont apporté un temps souvent gris mais plutôt doux.

  

Précipitations

Les arrosages sont fréquents (plus d'un jour sur trois) mais inégaux : le relief reçoit jusqu'à deux fois plus d'eau que la normale, mais les cumuls sont légèrement déficitaires en plaine.

L'arrosage est globalement un peu supérieur à la normale mais assez inégal : très largement excédentaire (jusqu'à 80 %) sur les Pyrénées Centrales, le sud du Lot ou de l'Aveyron, mais proche de la normale voire légèrement déficitaire du Volvestre au Gers, sur l'ouest du Tarn, le centre de l'Aveyron ou le nord du Lot. Les précipitations sont venues de l'ouest en première décade, du sud-ouest ou sud-est du 20 au 25, avec en particulier un épisode méditerranéen débordant sur le Tarn et l'Aveyron du 21 au 25. Les plus forts cumuls quotidiens ont ainsi été enregistrés le 23 avec 77 mm à Angles (81), 93 mm à Gavarnie (65), où le cumul du mois s'élève à 318 mm !

2016-11.png  

  

Températures

Le mois est globalement un peu plus doux que la normale, sauf sur les Pyrénées. L'excédent ne dépasse guère 1°C, il est plus marqué pour les températures minimales.

Avec une température moyenne presque partout supérieure à la normale, novembre 2016 est statistiquement doux.
Mais ce n'est sans doute pas l'impression qu'il laissera dans les mémoires : à l'exception des deux premières journées, bien ensoleillées, la période la plus douce, en deuxième partie de mois, est aussi la plus perturbée, pluvieuse et venteuse.
Le résultat global est principalement dû à un refroidissement nocturne limité par la couverture nuageuse ou les brouillards : l'écart à la normale est effectivement plus marqué sur les températures minimales, sauf sur les Pyrénées, plus épargnées par la grisaille. Les minimales ont souvent approché les 0°C en fin de mois, mais peu de stations de plaine ont enregistré des températures négatives, alors qu'il y a en moyenne 3 à 5 jours de gel en novembre. Cette douceur nocturne culmine le 21 : la température ne s'abaisse pas en dessous de 15°C à Dourgne (81), ou Montlaur-Privat (12).
Plus logiquement, le 1er est la journée la plus chaude du mois, avec des températures maximales comprises entre 20 et 24°C en plaine. Et la plus froide se situe en fin de mois avec guère plus de 7 à 8°C le 28 sous les brouillards ou nuages bas.

2016-11-1.png   2016-11-2.png

  

Insolation

Contrarié soit par les nuages, soit par le brouillard, l'ensoleillement est partout déficitaire, l'écart à la normale s'échelonne de 5 à 15%.

Sans être sinistre, novembre 2016 est plus gris que la moyenne avec un déficit de 5 à 15%. Les fréquentes perturbations ne sont pas seules en cause, les périodes anticycloniques occasionnant brouillards et nuages bas que le soleil tarde parfois à dissiper. Le déficit est cependant plus marqué en première décade sur la façade ouest, soumise aux influences océaniques, et en troisième décade côté Méditerranée dans le flux de sud-est.

  

Vent

Deux périodes perturbées différentes se succèdent dans ce mois de novembre assez riche en vents forts : du 4 au 13, prédominance de vents d'ouest à nord-ouest, le plus souvent faibles à modérés.
Mais dans la journée du 9, le flux s'accélère le long des Pyrénées : les rafales dépassent 90 km/h de Campistrous (65)à Cos (09). Çà souffle fort également côté Méditerranée : 101 km/h à Fraïsse-Murat (81).
Après une accalmie de quelques jours, un puissant flux de sud s'installe du 19 au 23. Si l'Autan reste modéré en plaine toulousaine, les 100 km/h sont nettement dépassés sur les hauteurs : 114 km/h le 23 à Labastide-Rouairoux (81), 107 km/h à Lauzerte (82).

    

Faits marquants

- Neige à moyenne altitude en début de mois.
Une perturbation venue d'Espagne gagne la région le 5 dans une ambiance bien rafraîchie : des flocons tombent jusque vers 1100 m sur les Pyrénées, 15 à 20 cm de neige sont déposés au-dessus de 2000 m. Les chutes de neige se poursuivent jusqu'au 8 et gagnent le Massif Central : 8 cm sont relevés le 9 à Laguiole (12), à 1000 m d'altitude.
- Du 21 au 23 : temps très agité.
Un fort vent de sud s'installe en montagne (111 km/h à Aston (09) le 21), et déferle dans les vallées bien orientées (80 km/h à Luchon). De violentes rafales de sud-est balaient également les Causses aveyronnais (98 km/h à Cornus). S'atténuant à peine le 22, le vent redouble d'intensité le 23  : on relève 121 km/h à Millau (12), 118 km/h à Fraïsse-Murat (81). Les précipitations sont abondantes sur les massifs frontaliers des Pyrénées, la hauteur de neige dépasse 1m au lac d'Ardiden (65) le 23. La bordure méditerranéenne de la région est également très arrosée : 106 mm en deux jours à Lacaune (81).
- Bilan de l'automne.
Ce mois de novembre assez perturbé ne compense pas les excès de septembre, sec et très chaud : moyennées sur la saison les précipitations restent nettement déficitaires, et les températures supérieures aux normales.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Calme.

Dans la continuité du mois d'octobre, la région bénéficie de conditions anticycloniques. Le temps est ensoleillé après dissipation d'une grisaille parfois tenace. Les températures, encore très douces le 1er (24.2°C à Auch (32)), décroissent rapidement : pas plus de 11.8°C à Blagnac le 3 sous un brouillard persistant.

   

Du 4 au 13 : Perturbations d'ouest​.

Les perturbations défilent sur la région, dans une ambiance qui se rafraîchit encore. La neige tombe jusqu'à 1100m d'altitude sur les Pyrénées le 5. Le 7 et le 8, elle blanchit l'Aubrac, et le thermomètre ne dépasse pas 4 à 5°C sur les causses aveyronnais, 8 à 11°C ailleurs. Un  radoucissement se fait sentir les jours suivants, peu perceptible sous les fortes bourrasques accompagnant les averses du 9 et du 10. Le temps est moins agité les 3 jours suivants, mais encore pluvieux, notamment sur la bordure méditerranéenne.

   

Du 14 au 17 : Bref répit​.

Avec la hausse du baromètre, le temps redevient sec, souvent gris en plaine mais très ensoleillé sur les Pyrénées.

   

Du 18 au 25 : Pluie, vent et douceur​.

Le défilé de perturbations reprend par l'ouest, affectant surtout le nord de la région. Du 20 au 25 le flux s'oriente au sud, apportant de l'air beaucoup plus doux (23.7°C le 21 à St Girons (09)). Le temps est très perturbé du 21 au 23, avec des précipitations abondantes sur le relief exposé : Pyrénées Centrales, Aubrac, sud-est de l'Aveyron et du Tarn. Le vent se montre souvent violent, en montagne mais aussi sur les Causses aveyronnais. Le 23, une ligne orageuse accompagnée de rafales dépassant souvent 100km/h balaie la région en soirée.
L'activité s'atténue le 24 et le 25, les précipitations se restreignent à la bordure méditerranéenne.

   

Du 26 au 30 : Retour au calme.

Le vent s'apaise, mais la grisaille est souvent au menu, parfois accompagnée de bruine. Le soleil, toujours bien présent en montagne, peine à reprendre l'avantage en plaine.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2016

Caractère dominant du mois

Le dernier mois de l'année 2016 est marqué par des conditions anticycloniques durables, d'où des précipitations très faibles, de fréquents brouillards et un soleil généreux.

  

Précipitations

Les pluies sont insignifiantes, avec un cumul inférieur à 10 mm sur une grande partie du territoire. Seule la région des Monts de Lacaune a connu un arrosage un peu plus conséquent.

Avec la présence d'un anticyclone quasiment permanent, les perturbations n'ont affecté qu'à la marge la région Midi-Pyrénées. Les systèmes perturbés moribonds qui ont réussi à s'infiltrer un peu avant Noël n'ont apporté que quelques pluies éparses. Le cumul mensuel est bien faible, très souvent inférieur à 10 mm et parfois inférieur à 5 mm au sud de la Garonne. Comme l'indique le graphique, décembre 2016 est le plus sec après 2015, avec une moyenne régionale de seulement 10% de la normale ! Seule exception, les Monts de Lacaune : en début de mois, dans un flux  de sud, des pluies plus significatives ont donné un arrosage autour de 50 mm dans la journée du 4 décembre.

2016-12.png  

  

Températures

Les températures sont contrastées, avec des nuits un peu plus froides que la normale et des températures maximales nettement plus élevées que la moyenne habituelle de décembre.

Une des conséquences de la présence de conditions anticycloniques durables est la grande amplitude thermique qui a prévalu au fil des jours.
Les nuits claires ont favorisé un rayonnement nocturne bien marqué, avec la formation de brouillards dans les plaines et l'apparition de nombreuses gelées.
La moyenne des températures minimales est donc inférieure à la normale sur une majorité de stations de mesure.
En revanche, la présence d'un soleil souvent généreux l'après-midi a favorisé des températures très douces pour la saison. L'écart à la normale pour les maximales est partout compris entre 2 et 3 degrés.
Vers la fin du mois, ces températures ont atteint un niveau remarquable : le 28 décembre, il a fait 18°C à Lunegarde, dans le Lot, 19°C à Saint-Girons en Ariège et un splendide 21°C à Castelnau-Magnoac, à la limite du Gers et des Hautes-Pyrénées.

2016-12-1.png   2016-12-2.png

  

Insolation

Malgré des brouillards matinaux très fréquents, le soleil a brillé largement au fil des jours et en montagne c'est le mois de décembre le plus ensoleillé des trente dernières années, avec près de 200 heures de soleil !

Dès le début du mois le soleil s'est imposé durablement, malgré la présence de brouillards matinaux localement givrants dans les plaines.
Puis le ciel plus nuageux avant Noël a réduit un peu l'ensoleillement, mais le cumul mensuel est partout très supérieur à la normale et il atteint même un niveau record sur l'Aubrac et les Pyrénées, avec par exemple 192 heures à Saint-Girons, soit presque 2 fois plus que la normale !

  

Vent

Le vent n'a pas soufflé bien fort au cours de ce mois de décembre. En l'absence de perturbations actives, aucune rafale de vent d'ouest n'a été relevée. C'est le vent de secteur sud qui a dominé, avec une composante sud-est sur le Tarn et le Midi toulousain, dans le domaine du vent d'autan. C'est en début et milieu de mois que le vent d'autan a soufflé plus sensiblement, avec des rafales autour de 65 km/h à Toulouse et 80 à 90 km/h sur les collines du Lauragais le 4 et le 16 décembre.

    

Faits marquants

- Nombre de jours de brouillard.
Les conditions anticycloniques ont dominé pendant tout le mois de décembre et le nombre de jours avec brouillard est particulièrement élevé dans les plaines de la région. Il atteint 14 jours à Gourdon et Albi, 22 jours à Montauban et Toulouse, 23 jours à Auch ! Ces dernières valeurs (22 et 23  jours) constituent des records absolus tous mois confondus, les précédents records, qui étaient respectivement de 19 et 20 jours, datent de décembre 1971 pour Toulouse et décembre 2015 pour Montauban.
- Amplitude thermique.
Nuits claires et journées ensoleillées constituent le cocktail indissociable de fortes amplitudes de température.
A plusieurs reprises, cette situation s'est reproduite au cours de ce mois de décembre. Dès le 4 décembre, on relevait au point du jour -7°C à Massat (09) et 17°C en milieu d'après-midi, soit 24 degrés d'amplitude. Autre exemple, le 28 décembre : -4°C au lever du jour et 21°C à 15 h à Castelnau-Magnoac (65), soit une amplitude de 25 degrés dans la journée !

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 18 : Anticyclonique.

En début de mois, un anticyclone puissant s'installe sur le nord de la France et nous apporte de l'air continental : les nuits sont froides et se terminent souvent dans le brouillard, puis le temps est partout très ensoleillé l'après-midi. Puis les 4 et 5 décembre, le vent d'autan devient sensible, les nuages gagnent le sud de la région et des pluies affectent le sud du Massif Central. Les jours suivants, le vent devient à nouveau plus discret et le même scénario se reproduit de jour en jour : brouillard le matin puis douceur et soleil radieux sur toute la région. Du 10 au 15, les brouillards sont plus tenaces et ils persistent parfois toute la journée dans les vallées du Tarn et de la Garonne, avec des températures en baisse sensible en journée. A partir du 16, l'anticyclone se décale un peu et le vent d'autan se lève, apportant quelques nuages vers le Lauragais et la plaine toulousaine,  dans une ambiance très douce.

   

Du 19 au 26 : Nuages​.

Une petite dépression circule sur l'Espagne et le ciel devient de plus en plus nuageux, avec de petites ondées éparses. Puis le minimum s'éloigne vers la Méditerranée et le soleil est de retour le 21 décembre, dans une atmosphère plus froide pour le premier jour de l'hiver. Les jours suivants, deux perturbations moribondes apportent un ciel souvent très nuageux : de faibles pluies ou bruines affectent une grande partie de la région, alors que le soleil résiste sur les Pyrénées.

  

Du 17 au 30 : Anticyclonique.

Un puissant anticyclone s'installe à nouveau sur le pays, centré sur la Lorraine où la pression atteint 1047 hPa, un niveau rarement atteint. Les brouillards sont de retour dans les plaines et leur dissipation devient aléatoire, en particulier en val de Garonne : le brouillard se dissipe parfois à midi, puis il retombe à 15 h. Les températures nocturnes sont froides et l'après-midi elles restent très fraîches sous la grisaille, mais atteignent près de 20°C sur le Massif Central et le piémont pyrénéen.

   

Source : Météo France