Citation du jour :   Quand il pleut à la Saint-Philippe, le pauvre n'a pas besoin du riche   
Radar de pluie
   
 
Satellite

Phase de lune

La Lune

Actu météo

Pub

Petit message personnel :
Mon ami démarre son entreprise, et je tenais à lui faire un peu de pub.
N'hésitez pas à visiter son site :

16h27fr.png

Calendrier
Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Visites

 74702 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

JANVIER 2009

Caractère dominant du mois

C’est un mois plutôt froid, souvent neigeux en montagne. La seconde quinzaine est perturbée et pluvieuse, avec le passage d’une tempête le 24.

  

Précipitations

Après quinze jours sans précipitations significatives, un flux océanique apporte des pluies régulières et parfois fortes sur le Tarn. La neige est au rendez-vous en altitude.
Les cumuls de précipitations de la dernière décade dépassent souvent les 100 mm. sur le relief. Les quantités cumulées sur le mois affichent un excédent de 30 à 40 % par rapport aux normales de saison.

Le temps est plutôt sec durant la première quinzaine de janvier.
Hormis un passage faiblement neigeux le 7 jusqu’en plaine. Il faut attendre le 18 pour avoir des pluies significatives. Les perturbations océaniques se succèdent alors sur notre région, donnant des épisodes de neiges qui blanchissent souvent le relief et la montagne. La dernière décade est largement excédentaire, avec des journées de fortes pluies qui se suivent du 22 au 24. Le 22 il est tombé 43 mm. en 24 heures à Cordes. Le 23 on relève 48 mm. de pluies cumulées en 24 heures à Rouairoux, ce qui représente environ le tiers des précipitations d’un mois de janvier habituel. Les cumuls de ces 3 journées sont souvent supérieurs à 100 mm. pour les communes situées en altitude.
Cela contraste avec le déficit d’eau de la première décade.
Au final, les précipitations de ce mois de janvier sont normales sur les hauts cantons des Monts de Lacaune à Murat sur vebre. Elles sont excédentaires de près de 30 à 40% sur les autres régions de notre département.

2009-01.png  

  

Températures

Elles sont très irrégulières: passant de la douceur en début de mois à un épisode hivernal jusqu’au 9 janvier. Elles remontent par la suite, pour osciller vers des valeurs de saison. La montagne garde des températures inférieures aux valeurs habituelles.

Le début du mois de janvier est marqué par de la douceur avec des maximales comprises entre 10 et 15 degrés sur le Tarn.
L’hiver reprend rapidement ses droits du 3 au 9, avec une période froide. Les gelées sont généralisées toutes les nuits, le mercure baisse le 9, jusqu’à –6,2 degré à Albi, -7,6 à Castres et -8 à Lacaune. La journée du 7 janvier est la plus froide car elle est sans dégel en plaine et sur les hauteurs.
A partir du 10, les températures remontent, pour osciller autour des valeurs de saison. Les gelées nocturnes sont plus faibles et irrégulières ; les températures maximales sont limitées par les perturbations qui traversent notre région durant la dernière décade.
En moyenne ce mois est plus froid, de 0,5 degrés en plaine par rapport aux valeurs normales. Sur le relief et en montagne, il manque de 1 à 2 degrés pour les valeurs maximales et 0.5 degrés pour les températures minimales.
La température la plus basse du mois : le 07 janvier : -9,4°C à Murat sur vebre, -7,4°C à Lavaur et -6,8°C à Tanus.
La température la plus élevée du mois : 17,3°C à Lautrec le 30, 15,5°C à Montels dans le Gaillacois le 01 janvier.

  

Insolation

Le déficit de soleil est de près de 15%, surtout durant la dernière décade.

Le soleil s’est montré discret durant ce mois. Une première décade en demi-teinte et le temps perturbé de la troisième décade, en donne l’explication. Au final il manque 17 heures par rapport aux valeurs habituelles de janvier.

  

Vent

Le vent d’Est est dominant jusqu’au 18, souvent faible. On note le 15 au 18 du vent d’Autan sans dépasser 70km/h dans le Sud Tarn. Le vent s’oriente ensuite à l’Ouest. Avec le passage de la tempête Klaus, ses rafales atteignent le 24, de 100 à 120km/h en plaine et 130 à 150 km/h sur le relief. Le Tarn est en « vigilance orange », avec de nombreux dégâts matériels.
Le vent se calme ensuite, avant un nouvel épisode de vent d’Autan en toute fin de mois.

    

Faits marquants

- Le 24 janvier, la tempête « Klaus » traverse le Tarn. Les vents soufflaient en rafales de 100 à 120 km/h en plaine et 130 à 150 km/h sur le relief, occasionnant de nombreux dégâts matériels.
- Une vague de froid, du 3 au 9 janvier, donne de fortes gelées la nuit. Le mercure reste négatif durant toute la journée du 7 janvier.
- La neige fait une brève apparition en plaine le 7 et 8. Par contre le relief et la montagne sont recouverts de plusieurs centimètres de neige. Il a neigé durant 7 journées dans les monts de Lacaune.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 9 : Anticyclonique et froid.

Les hautes pressions centrées sur les Iles Britanniques puis sur l’Europe centrale, se prolongent vers le Sud-Ouest de la France.
Dans un courant de Nord-Est généralement sec une perturbation de faible activité donne un peu de neige le 7.
La nébulosité est très fluctuante.
Il faut souvent attendre la fin de matinée et la dissipation des nuages bas et des brouillards pour voir le soleil.
Le vent est faible de secteur Est dominant.
Les températures, sont d’abord douces, puis une offensive hivernales s’accompagne d’air polaire du 3 au 9. Les gelées sont quotidiennes, parfois fortes jusqu’en plaine. Les maximales restent négatives le 7 janvier.

  

Du 10 au 17 : Lent radoucissement​.

Les pressions restent supérieures à 1013 hpa mais le flux se radoucit en venant au Sud-Est.
Les passages nuageux et la grisaille nocturne laissent place à de belles éclaircie en journée.
Le vent est faible mais on note deux journées d’Autan modéré dans le Sud du Tarn.
Les températures se radoucissent en journée, oscillant autour des 10 degrés. La nuit on observe de faibles gelées jusqu’en plaine.

  

Du 18 au 26 : Flux d'Ouest perturbé.

Les pressions baissent rapidement, pour atteindre un minimum de 984 hpa le 24 janvier.
Un courant océanique doux mais perturbé s’installe sur notre région.
Des passages pluvieux souvent actifs se suivent, alternant avec un ciel d’averses. Les cumuls de pluie sont proches de 60 mm en plaine et de 150 mm sur le relief en quelques jours. La neige recouvre le relief du Tarn.
Le vent de Sud-Est s’oriente au Sud-Ouest puis au Nord-Ouest avec de fortes rafales.
Les températures sont clémentes même légèrement supérieures aux valeurs de saison.
Le 24 janvier une dépression très creuse engendre la tempête Klaus. Les rafales de vent atteignent 100 à 120 km/h en plaine et jusqu’à 150 km/h sur les hauteurs du Tarn.

    

Du 27 au 31 : Retour au calme.​

Les pressions remontent et le flux s’oriente au Sud-Ouest puis Sud-Est. Les brouillards matinaux sont suivis de belles d’éclaircies. Le ciel du Tarn retrouve à nouveau le soleil.
En toute fin de mois une perturbation méditerranéenne apporte de violentes rafales de vent d’Autan et de fortes pluies sur l’extrême Sud-Est du département.
Les températures chutes le 27, puis redeviennent douces jusqu’en fin de mois.

    

Phénomènes divers

Brouillard : On note 7 journées de brouillard à Albi durant ce mois.
Orages : Le 24 en matinée le tonnerre retentit localement sur le Tarn.
Grêle : Pas de chute de grêle observée durant ce mois de janvier.

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2009

Caractère dominant du mois

Temps sec et froid.

  

Précipitations

Quelques pluies en début de mois, parfois sous forme de neige jusqu’en plaine puis le temps devient sec du 12 à la fin du mois.
Au bilan le déficit en pluviométrie est assez important, de 35 à 65%.
Depuis le début de l’année, le bilan est normal, après une fin janvier particulièrement pluvieuse.

Des épisodes pluvieux de faible intensité en début de mois suivi d’un temps nettement plus sec et anticyclonique.
La neige s’est invité à quelques reprises jusqu’en plaine les 3, 7 et 10 entretenant un manteau neigeux quasi continu sur les pistes de ski de fond des Monts de lacaune.
Le cumul de chute de neige fraîche depuis le début de l’hiver dépasse désormais le mètre sur la ville de Lacaune !
Seul l’extrême sud-est tarnais a connu un épisode de pluies abondantes avec 40 à 100 mm de précipitation en 48 h les 1 et 2 février.
Au bilan, le déficit en pluviométrie est généralisé, assez limité dans les monts de Lacaune de l’ordre de 10% mais allant jusqu’à 70% sur le Gaillacois et la Grésigne.
Ce manque d’eau est atténué par les fortes pluies de la fin du mois de janvier et le bilan depuis le début de l’année est quasi normal en plaine comme en montagne.

2009-02.png  

  

Températures

Il a fait froid durant ce mois de février avec des températures plus froides qu’en décembre ou janvier dernier. Les gelées sont très fréquentes, le mercure s’abaissant jusqu’à -11°C à Lacaune en milieu de mois.
En journée, il faut attendre les 3 derniers jours du mois pour avoir un peu de douceur dans une ambiance très printanière.

La fraîcheur s’est maintenu tout le long du mois et il a fallu attendre le 25 février pour voir le mercure franchir la barre des 15 degrés en plaine en flirtant avec les 20 degrés dans une ambiance plus printanière. Durant le début du mois, les perturbations océaniques se succèdent avec une alternance de journées froides et hivernales et de journées plus douces.
A partir du 12, les conditions deviennent anticycloniques et beaucoup plus stables ; les nuits claires favorisent les gelées nocturnes et le vent de nord limite la chaleur diurne avec un mercure souvent inférieur à 10 degrés en plaine et tout juste positif sur les sols enneigés des Monts de Lacaune et de la Montagne Noire.
En toute fin de mois, un douceur quasi printanière remonte d’Espagne et le mercure, bien que proche de 0 degrés à l’aube, flirte avec la barre des 20 degrés l’après-midi du Lauragais à l’Albigeois, jusqu’à 15 degrés en montagne.
Les plus fortes gelées ont lieu en milieu de mois avec -11 degrés à Lacaune le 15 sur un sol encore enneigé, -5 à -7°C dans les vallées du Thoré ou du Cérou.

  

Insolation

Les perturbations se succèdent en début de mois, laissant peu de place au soleil, ensuite l’anticyclone permet au soleil de dominer la situation.

Le soleil est resté très discret durant la première moitié du mois avec un ciel souvent couvert et tout juste 2 à 4 h de soleil par jour. Ensuite, les hautes pressions atmosphériques favorisent un agréable retour du soleil excepté les 22 et 23 ou la grisaille persiste toute la journée. Avec 131 h de soleil, l’excédent est de 10 h, loin des 197 h de soleil enregistrées en 1998...

  

Vent

C’est le vent d’Ouest qui s’est fait le plus remarquer avec juste un peu de vent d’Autan en tout début et toute fin de mois (les 1, 2 puis le 28). Ce vent d’ouest à nord-ouest n’a pas soufflé très fort, ne dépassant les 60 km/h que ponctuellement en plaine le 10.
Il faut monter sur les Monts de Lacaune pour observer des vitesses proches de 100 km/h ce même jour.

    

Faits marquants

- Ce mois de février est marqué par une très grande différence de précipitation entre le nord-ouest très sec et le sud-est pluvieux ou le rapport est proche de 1 à 10 entre Puycelci et Rouairoux !
- Les températures sont un peu fraîches, légèrement inférieures à celles de janvier.
- Dernier fait remarquable : le vent d’Autan qui a brillé par son absence du 3 au 27.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 2 : Autan et douceur.

A l’avant d’une perturbation hivernale, un flux de sud-Ouest apporte une certaine douceur sur la région ainsi qu’un temps bien ensoleillé grâce au vent d’Autan qui atteint les 60 km/h en plaine, jusqu’à 90 km/h sur les hauteurs Castraises.
Les pluies sont abondantes aux versants méditerranéens du relief dépassant les 50 mm en 24 h.

  

Du 3 au 12 : Perturbé​.

Les pressions atmosphériques restent bien basses durant toute la période avec une succession de perturbations océaniques poussées par un vent de nord-ouest froid.
Le temps est la plupart du temps couvert avec de nombreux passages pluvieux voire neigeux. Il neige jusqu’en plaine les 3 et 7 en montagne les 10, 11, 12.
Le vent d’ouest à nord-ouest souffle régulièrement et parfois assez fort avec des rafales entre 60 et 80 km/h du 10 au 12.
Les températures, sont un peu fraîches en journée pour la saison faute de soleil mais elles sont rarement négatives la nuit avec une couverture nuageuse importante.

  

Du 13 au 21 : Soleil.

Le baromètre est à la hausse avec des conditions anticycloniques durables. Le soleil fait sont grand retour mais le flux de nord maintient des températures assez froides avec de fortes gelées nocturnes du 15 au 17 où le mercure approche les -10 degrés en montagne et -5°C en plaine.
Le soleil est généreux mais insuffisant pour faire monter la température.

    

Du 22 au 23 : Maussade.​

Les nuages sont nombreux durant ces deux jours poussés par une vent de nord-ouest.
Les conditions générales restent anticycloniques et les pluies sont anecdotiques.

    

Du 24 au 28 : Fin de mois printanier.

Les pressions sont toujours très élevées avant de baisser le 28 à l’approche d’une perturbation océanique pour le début du mois de mars.
Dans un courant d’ouest puis de sud-ouest, l’ambiance se radoucit et le mercure dépasse pour la première fois du mois la barre des 15 degrés en plaine.
La nébulosité est très faible et le fort ensoleillement de la fin du mois permet d’avoir un bilan positif en durée d’insolation malgré le déficit du début du mois.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Malgré la présence de l’anticyclone des Açores durant les deux tiers du mois, les brouillards ont été assez rares, cantonnés aux fonds de vallées et abords des points d’eau sur la plaine. En montagne, les nuages bas accrochent le relief limitant la visibilité en début de mois.
Orages : Les averses du 10 ont été accompagnées de quelques impacts de foudre sur le relief, phénomène assez rare l’hiver.
Grêle : Les épisodes de grêle sont très rares l’hiver et ce mois de février n’a pas dérogé à la règle…
On observe quelques averses de grésil ou de neige roulée notamment le 10 à Castres.

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2009

Caractère dominant du mois

Ce mois de mars est sec, plutôt frais malgré une insolation généreuse.

  

Précipitations

Jusqu'au 12 des giboulées se produisent.
Il fait sec du 12 au 21 puis des petits passages pluvieux alternent avec des périodes sèches. Au bilan, ce mois de mars est sec. Il manque par exemple 54 % des précipitations tombant habituellement sur l’albigeois.

Ce mois de Mars 2009 est très sec.
Sur Albi/Le Séquestre il se situe au sixième rang des mois les moins arrosés depuis le début des mesures en 1977.
Le déficit est de 55% sur ce poste.
Depuis le 01 janvier il manque au total 44 mm pour atteindre la normale.
Ce manque d’eau est confirmé dans tout le département.
Du Rabastinois à la Grésigne il n’est tombé que de 15 à 20 mm.
Sur le relief le déficit est de 60 % dans le secteur de Lacaune, et de 40 % du coté de Montredon-Labessonnié.
Dans le Pays Castrais le manque se situe autour de 27%.
Enfin la région de Dourgne est, en quelque sorte, l’exception qui confirme la règle puisque avec 50,6 mm on se situe à 1 mm seulement de la normale.
Enfin ce mois de mars peut être divisé en trois au niveau de la répartition temporelle des pluies.
Une période arrosée du 1er au 11, une période sèche quasiment partout du 11 au 23, suivie d’une nouvelle période arrosée.

2009-03.png  

  

Températures

Il manque 1°C en plaine, au plus 2°C dans le Sidobre en température moyenne mensuelle pour être conforme à la saisons.

C’est ainsi qu’à Albi le Séquestre, en température moyenne mensuelle, il a fait 20,1°C. C’est la valeur la plus basse enregistrée depuis 1989 !
Ce qui est également perçu en montagne en prenant la même période de référence de 18 années. La température moyenne mensuelle à Lacaune est de 15,7°C, loin derrière le record de la canicule de 2003 où elle était de 23°C.
En nombre de jours où la température maximale a dépassé les 30°C, nous nous apercevons que nous n’avons pas eu un seul jour à Albi où cela a été le cas, à contrario du mois de juillet 2006 disposant de 27 jours de chaud. Le contraste de ces deux mois jumelés est saisissant !
Il a fait le plus chaud le mercredi 23 avec 27,3°C à Montredon Labessonnié, 29°C à Trévien et c’est le jeudi 31 au matin qu’il a fait le plus froid à Lautrec avec 7,7°C et 8,7°C à Burlats.

  

Insolation

Les maximales, un peu fraîches sur la première décade, remontent ensuite avec un premier pic le 13 et un deuxième le 19. Les minimales se situent la plus part du temps sous les valeurs habituelles.

Le soleil s’est montré généreux avec les tarnais au cours de ce mois puisqu’il brillé une trentaine d’heures de plus qu’à l’habitude.
La deuxième décade a été particulièrement ensoleillée.
On note aussi 8 journées d’insolation continue.

  

Vent

Le vent d’Ouest a largement dominé au cours de ce mois, principalement au passage des perturbations qui ont affecté le Tarn en début et en fin de mois.
L’Autan s’est manifesté de temps à autre, notamment le 01 et le 04 mars. Il a alors atteint 80 km/h dans le Pays Castrais.
C’est à la station de Fraïsse-Murat que le vent a soufflé le plus fort, le 06 mars avec des rafales à 104 km/h de Nord-Ouest.

    

Faits marquants

- La neige tombe jusque vers 600 mètres le 5 et 300 mètres le 6 sous forme d’averses. L’épaisseur maximale atteint 5 cm aux Cammazes et 2 cm à Lacaune.
- On signale aussi des chutes de grésil dans la Montagne Noire et le Lauragais ces mêmes jours.
- Il neige encore dans la nuit du 28 au 29, au-dessus de 900 m, sans donner de couche significative.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 11: Perturbé et frais.

Les pressions, faiblement anticycloniques en début de période, baissent ensuite très nettement, pour atteindre 989 hpa le 6. Elles remontent lentement ensuite.
Dans un courant d’Ouest à Nord-Ouest les passages faiblement perturbés se succèdent.
Il pleut pratiquement un jour sur deux, sous un ciel nuageux à très nuageux. Il neige jusque vers 600 mètres le 05 et 300 mètres le 06.
Après un très bref épisode d’Autan, le vent, d’Ouest en plaines et vallées, Nord-Ouest en altitude, est marqué. On note quelques pointes à plus de 100 km/h à la station de Fraïsse-Murat au cours de cette période.
Les températures minimales sont à peu près de saison. On observe quelques faibles gelées en plaine, les 3, 7 et 10 avec des valeurs comprises entre -1 et -2 degrés.
Du fait de la couverture nuageuse importante, les maximales sont inférieures aux valeurs de saison, de 2 degrés en général.

  

Du 11 au 21 : Sec​.

Les pressions restent très anticycloniques, ne descendant jamais en dessous de 1018 hpa.
Dans un courant d’Est à Nord-Est plutôt faible, les seuls nuages sont de petits cumulus. Cette période est très ensoleillée avec presque une centaine d’heures de soleil.
Le vent, surtout de secteur Ouest, est modéré. Dans les Monts de Lacaune on mesure quelques rafales entre 60 et 70 km/h. L’Autan a soufflé le 17 et le 18 dans le Sud tarnais et sur le relief. Il est toutefois resté de faible intensité.
Les températures maximales remontent nettement. Elles sont agréables le 13 avec par exemple 24 degrés à Castres et 23 à Castanet. Il fait jusqu’à 20 degrés le 18 à Lacaune et entre 23 et 25 sur les zones de plaine les 18 et 19.

  

Du 22 au 31 : Perturbé.

Les pressions restent élevées jusqu’au 23 avant de baisser graduellement jusqu’au 28 puis de remonter jusqu’en fin de mois.
Dans un courant de Nord-Ouest puis Nord, des passages nuageux apportent des pluies faibles. Un passage un peu plus marqué se produit le 28 avec entre 5 et 10 mm en général et, très localement, plus de 15.
Le vent d’Ouest domine largement. Sur les hauteurs on approche à nouveau les 100 km/h et sur la plaine des pointes entre 50 et 60 km/h sont fréquentes.
Les dernières gelées de l’année se produisent de l’Albigeois au Lauragais alors que du coté des maximales on a souvent du mal à franchir la barre des 15 degrés. La journée du 28 est particulièrement fraîche avec à peine plus de 10 degrés à Albi, 7 à Tanus et 5 à Lacaune.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Il est surtout présent en montagne, du aux nuages des perturbations qui accrochent le relief.
Grêle : Des chutes de grésil sont signalées dans la Montagne Noire le 5 et le 6, ainsi que dans le Lauragais.

   

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2009

Caractère dominant du mois

Mois d’avril exceptionnellement pluvieux.

  

Précipitations

Passage de nombreuses perturbations venant de l’Atlantique associées en seconde partie du mois du caractère orageux.
Le mois se termine par un excèdent de 2, voire trois fois la dose normale de précipitations sur le mois !

Cela commence gentiment.
La première décade est légèrement excédentaire, c’est durant la deuxième et troisième décade que des quantité d’eau s’abattent à profusion.
Le surplus sur le mois s’échelonne géographiquement de 150 à plus de 250% de la quantité normale !
Les secteurs disons les moins arrosés restent le Rabastinois et le Vaurais avec seulement 1,5 fois la quantité mensuelle ! Valeurs identique dans des secteurs auxquels nous pourrions nous attendre à des valeurs plus fortes à savoir la partie orientale de la Montagne Noire, et le Sidobre.
A contrario, les secteurs les plus arrosés sont la plaine du Sor, les environs de Puylaurens, l’Albigeois et une partie du Gaillacois du côté de Sainte Croix.
Enfin pour se fixer l’exceptionnel de la pluviométrie de ce mois d’avril 2009 : C’est le mois d’avril le plus pluvieux jamais enregistré à Albi le Séquestre par ses 202 mm !
Il prend sur l’année le titre de deuxième mois le plus arrosé de tous les temps. C’est le mois de juin 1992 qui avec ses 262 mm tombés à Albi reste le record mensuel absolu.

2009-04.png  

  

Températures

Par la douceur océanique, les minimales offrent un plus de 1 voire 1,5°C par rapport à la moyenne mensuelle et malgré une courbe en dents de scie des températures maximales, ces dernières moyennées sur le mois présentent également un solde légèrement positif.

La moyenne mensuelle des températures se situe dans la normalité, voire un léger plus.
Par les nombreux passages pluvieux, les températures nocturnes ont été particulièrement douces, notamment le vendredi 10 au matin avec les 12,8°C à Dourgne.
Seulement trois journées ont été relativement froides il s’agit des 4, 19 et 23. Elles finissent sur le mois par un plus de 1,5°C à Albi avec ses 7,3°C.
Il n’y eut que deux jours de gel à Lacaune et un seul jour à Murat-Fraïsse.
Quant aux maximales, par ce temps pluvieux et instable, elles fluctuent terriblement d’un jour à l’autre et présentent une courbe en dents de scie. C’est ainsi qu’elles passent de 24°C le lundi 6 à Albi à 11°C seulement le lendemain soit une chute de 13°C !
A noter seulement 2 jours de températures supérieures à 25°C relevées à Burlats.
Par ses 15,3°C sur le mois, elles accusent un déficit de 0.5°C à Dourgne mais un plus de 0,3°C à Albi par ses 16,8°C.
Il a fait le plus chaud à Montans le 06 avec 25,5°C et le plus froid à Murat le dimanche 12 avec -0,3°C.

  

Insolation

Il en découle par voie de conséquences un manque de 43 h d’ensoleillement à Albi sur le mois.

Le manque d’ensoleillement est évident sur les trois décades ; les 7 journées où le soleil a brillé plus de 8 heures n’a pas suffit.
Par ses 135 heures sur le mois, il manque 43 heures à Albi pour atteindre la normalité qui est de 178 heures.

  

Vent

Pas de doute, avec toutes ces perturbations venant de l’océan c’est le vent d’Ouest qui a soufflé le plus fréquemment.
Il n’en reste pas moins que c’est le vent d’Autan qui a soufflé le plus fort sur le Tarn, à 101 km/h pour être le plus précis à Dourgne et à Labruguière le vendredi 10.

    

Faits marquants

- La neige tombe le dimanche 12 dans les Monts de Lacaune, limite pluie neige située vers les 700 m, donnant une épaisseur au sol de 4 cm.
- Orage violent à Puylaurens le mardi 15 donnant des hauteurs d’eau de 30 à 40 mm, précédées d’une averse sèche de grêle.
- Un deuxième épisode de pluies orageuses particulièrement violentes a eu lieu le mardi 21 en fin d’après-midi donnant des trombes d’eau de Dourgne à Roquecourbe.
- Par sol gorgé d’eau et poursuite des pluies ; le Tarn, l’Aveyron, le Viaur et le Célé sont en vigilance crues du 26 au mercredi 29.
- L’Autan souffle à 100 km/h le vendredi 10 dans le Castrais et du Ségala aux Monts d’Alban.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Coups d'essai.

Le vent d’Ouest apporte de l’Atlantique de faibles pluies, prenant un caractère d’averses le 3.

  

Du 4 au 6 : Brouillards, puis Autan​.

Avant la prise l’Autan le 6 par des rafales de 60 km/h, brumes et brouillards envahissent la plaine tarnais les 04 et 05. Ce qui n’empêche pas le soleil de briller et de connaître la journée la plus chaude du mois le 06.

  

Du 7 au 8 : Pluies et brumes mêlées.

Il pleut toute la journée du 07 de manière constante et significative, le lendemain par l’humidité régnante la grisaille s’ajoute aux pluies encore présentes.
Fraîcheur garantie par le vent de Nord-Ouest soufflant à 40 km/h à Labastide Rouairoux.

    

Du 9 au 10 : Autan.​

L’Autan se remet à souffler de plus en plus fort, dépassant le 10 les 60 km/h en plaine et les 100 km/h ailleurs, générant ce jour là des pluies à caractère cévenol.

    

Du 11 au 13 : Pluies froides.

Les pluies tombent sans arrêt : 55 mm, valeur maximale de pluies tombées en 24h du mois atteinte le 11 à Lacaune suivie le lendemain de la journée la plus froide du mois !

    

Le 14 : Interlude​.

Le vent d’Autan assèche l’atmosphère qui s’éclaircit.

    

Du 15 au 21 : Orages.​

La séquence orageuse dure 7 jours donnant des orages particulièrement violents le premier jour à Puylaurens le 15 avec de la grêle et le dernier jour le 21 du pied de la Montagne Noire aux portes du Sidobre provoquant inondations et coulées de boue. Les températures évoluent grandement d’un jour sur l’autre.

    

Du 22 au 24 : Frais, mais ensoleillé.

Enfin le temps se calme, l’atmosphère est fraîche par le vent de Nord-Ouest soufflant en rafales le 23 dans la vallée du Thoré.

    

Du 25 au 26 : Autan en transit​.

Reprise temporaire de l’Autan sous un ciel plombé et des pluies plus importantes le 26 sur le versant méditerranéen des Monts de Lacaune.

        

Du 27 au 29 : Giboulées de Mars.

Les averses sont nombreuses, orageuses le 28 dans le Gaillacois avec fortes rafales de Nord-Ouest dans le Mazamétain.

    

Le 30 : Vent d'Ouest, pluies le soir​.

Vent d’Ouest, pluies le soir Ciel voilé en journée avec retour de la pluie en soirée se poursuivant la nuit.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Ils ont été abonnés les samedi 4 et 18 et localisés dans la plaine du Tarn.
Orages : Dont une séquence comprise entre le 15 et le 21 et une journée solitaire le mardi 28.
Grêle : Le mercredi 15 à Graulhet, Montels, Trévien , Vaour, Cordes, causant des dégâts à Puylaurens.
Le 16 à Anglès. Le 19 aux Cammazes. Le 21 à Castres et à Vabre.

   

Source : Météo France

   

   

   

MAI 2009

Caractère dominant du mois

Mai 2009 est un mois chaud, ensoleillé et peu arrosé.

  

Précipitations

Le ciel s’est montré plutôt avare en pluie.
Avec 38,8 mm tombé sur Albi on atteint seulement 44% de la valeur normale.
Le constat est similaire sur la quasi totalité des autres régions tarnaises, tant plaine que montagne.
Quelques secteurs, l’Est de la ville de Castres en particulier, s’en sortent un peu mieux, grâce aux orages de fin de mois.

Mai 2009 a démenti la réputation des mois de mai tarnais, habituellement très arrosés.
Sur Albi il n’est tombé que 38,8 mm soit 44 % de la valeur normale.
Sur l’ensemble de la plaine tarnaise le constat est le même avec des précipitations comprises dans une fourchette de 30 à 50 mm, soit entre 40 et 60 % de déficit.
On note toutefois une exception, l’Est de la ville de Castres, où il est tombé autour de 70 mm du fait d’un orage violent le 31.
En montagne ce n’est guère mieux voire parfois pire. Il est tombé 71 mm à Lacaune bien loin des 111 mm habituels.
Le secteur de Murat-sur-Vébre est particulièrement sec avec seulement 35.5 mm soit un tiers de la valeur moyenne.
Ces pluies sont tombées de manière très irrégulière.
La première décade est sèche presque partout. Au cours de la deuxième on note deux jours de pluies soutenues et deux ou trois jours avec des pluies faibles. Enfin la troisième décade est à nouveau sèche, excepté au Sud-Est d’une ligne Castres/ Lacaune, où des orages, parfois forts, se produisent le dernier jour du mois .

2009-05.png  

  

Températures

Mai 2009 est le mois le plus chaud enregistré sur Albi depuis le début des mesures en 1977.
Il est à égalité avec mai 1989. L’excédent sur les températures moyennes est de 3°C.

Mai 2009 est le mois de mai le plus chaud que nous ayons connu dans l’Albigeois depuis le début des mesures en 1977 à égalité avec 1989.
L’excédent de température est de 2,3°C sur les minimales et de 3,7°C sur les maximales.
Le thermomètre a dépassé les 25°C à 15 reprises alors que cela ne se produit en moyenne que 7 fois en mai.
Nous avons toutefois eu quelques journées un peu fraîches, en particulier vers le milieu du mois, où le thermomètre ne dépassait guère 5 à 6 degrés le 16 au matin après s’être contenté de 15 à 16 l’après-midi précédent.
Sur le reste du département le constat est identique avec des températures presque partout supérieures ou égales aux valeurs de référence.
La température la plus froide est à mettre à l’actif de Lacaune, avec seulement 1,4°C le 16 au matin.
La plus chaude a été mesurée à Castres le 29 avec 31,5°C.

  

Insolation

Avec un peu plus de 238 heures l’insolation de ce mois se situe une dizaine d’heures au-dessus de la valeur normale.

Si ce mois de mai a été chaud, on le doit en partie à une insolation plutôt généreuse. Les premières et deuxièmes décades se situent au-dessus de la normale, la troisième étant légèrement déficitaire.
Au total on a enregistré 238 heures et 7 minutes de soleil, 10 heures de plus qu’à l’habitude.

  

Vent

Si c’est majoritairement le vent d’Ouest qui a soufflé, l’Autan s’est fait remarquer à plusieurs reprises. On note sa présence du 8 au 13, puis du 22 au 25 et du 29 au 31.
Il a soufflé à plus de 100 km/h le 11 sur le Causse de Labruguière.
C’est d’ailleurs la plus forte vitesse enregistré dans le Tarn au cours de ce mois.
Au bilan mai 2009 est globalement venté.

    

Faits marquants

- Quelques orages ont touché notre département au cours de ce mois.
Ils ont été parfois violents, comme le 31 dans le secteur de Lagarrigue. A l’aéroport de Castres-Mazamet, un peu en marge des plus forts noyaux de précipitations il est tombé 34 mm en moins d’une heure.
- Cet orage s’est ensuite propagé du coté d’Anglès où il est tombé 28 mm en peu de temps.
- Le tonnerre a aussi grondé sur le Tarn le 11, le 20 et le 25 sans toutefois donner beaucoup d’eau.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 10 : Sec.

Les pressions restent supérieures à 1020 hectopascals jusqu’au 7 avant de baisser progressivement.
La nébulosité est changeante, passant du ciel clair à un ciel couvert avec de petites averses en montagne. Les précipitations sont la plupart du temps faibles.
Le vent d’Ouest à Nord-Ouest domine jusqu’au 8.
L’Autan prend le relais jusqu’au 10. Il est assez fort dans le Castrais et au pied de la Montagne Noire.
Les températures minimales sont parfois fraîches, notamment le 3 et le 5. Les maximales sont d’un bon niveau. Elles dépassent les 30 degrés en plaine le 7.

  

Du 11 au 17 : De la pluie​.

Les pressions tournent autour de 1013 hectopascals.
Le ciel est presque tout le temps très nuageux, hormis le 16 où le soleil domine. C’est dans cette période que se produisent la majorité des précipitations du mois. Des averses se produisent le 13 et il pleut abondamment le 14. Il tombe entre 10 et 15 mm en plaine et entre 20 et 30 en montagne.
L’Autan est assez vite remplacé par le vent de Nord-Ouest.
Les températures baissent graduellement, passant de 25 degrés en plaine le 11 à 15 environ le 15. Le 16 au matin il ne fait que 1.4 degrés. En fin de période les thermomètres repartent à la hausse.

  

Du 18 au 26 : Chaud et peu arrosé.

Les pressions remontent autour de 1020 hectopascals avant de redescendre un peu.
Soleil et nuages alternent dans notre ciel. Ces derniers sont peu actifs. Ils nous apportent seulement quelques petites averses le 26 qui ne donnent que peu d’eau.
Le vent d’Autan est présent plusieurs jours, sans excéder 60 à 70 km/h.
C’est durant ces quelques jours qu’on enregistre les températures les plus élevées du mois, avec souvent plus de 25 degrés du Lauragais au Carmausin et jusqu’à 31 le 25. Il fait chaud aussi en montagne avec jusqu’à 29 à Paulinet et 24 à Fraïsse-sur-Agoût.

    

Du 27 au 31 : Plus frais.​

Les pressions remontent jusqu’au 28, culminant à plus de 1030 hpa. Elles baissent en fin de mois.
La nébulosité est changeante et le dernier jour, sous un ciel couvert, des orages assez violents touchent le Sud-Est du Tarn, notamment le secteur de Lagarrigue.
Le vent est faible, sans direction prédominante.
Les températures chutent  brutalement le 27 avant de remonter.
Elles terminent le mois autour de 25 en plaine.

Phénomènes divers

Orages : On notera tout d’abord l’orage du 31 dans le secteur de Lagarrigue, avec des précipitations abondantes, supérieures à 40 mm en peu de temps.
Le tonnerre a été entendu aussi le 11 du Rabastinois à la Grésigne, le 20 autour d’une ligne Gaillac-Carmaux et le 25 dans les secteurs de Salvagnac, Vaour, Lavaur et Cordes.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2009

Caractère dominant du mois

Chaud, plutôt sec malgré quelques orages.

  

Précipitations

Les pluies sont très irrégulières et le plus souvent sous forme orageuses. Les quantités d’eau tombées sont plus importantes durant la première décade.

Après une période sèche en début de mois, les pluies orageuses du 05 juin ont apporté une lame d’eau moyenne de 15 à 25 mm, plus localement 30 à 35 mm du Lautrecois aux monts d’Alban.
Des précipitations plus faibles et irrégulières sont observées jusqu’au 8 juin. Le reste du mois est plutôt sec, peu arrosé, hormis sous formes d’averses orageuses localisées.
On relève un cumul mensuel en juin de 41 mm à Albi, 45 à Lavaur, et 37,5 mm à Lacaune. Au final, on note un déficit du cumul de précipitations du mois de juin de 40 à 50% sur le Nord du Tarn et de 50 à 60% sur le Sud du département et les hauteurs des monts de Lacaune, par rapport aux valeurs moyennes d’un mois de juin.

2009-06.png  

  

Températures

La chaleur est au rendez-vous, avec des températures moyennes supérieures de 1 degré pour les valeurs minimales et de 2,5 degrés pour les maximales en plaine tarnaise.
On enregistre 7 journées très chaudes avec des températures maximales supérieures à 30°C.

Le mois commence par un petit épisode chaud, avec des températures qui plafonnent vers 30°C en plaine.
Après les pluies orageuses du 5 juin, le refroidissement est net du 6 au 11 juin. Les températures sont le plus souvent inférieures aux valeurs de saison en journée.
Du 12 au 20 juin les températures remontent vers des pics proches des 35°C, malgré un bref refroidissement à 25 degrés en plaine tarnaise en journée du 15 juin.
Le mercure chute à nouveau à partir du 20 juin. Le passage d’une perturbation, avec la rotation des vents au Nord-Ouest explique ce rafraîchissement.
Les températures la nuit sont inférieures à la barre des 10 degrés.
Le temps se radoucit progressivement par la suite, pour retrouver des valeurs très chaudes et estivales, en fin de mois, avec des maximales qui approchent à nouveau les 35°C.
Températures maximales : Postes les plus chauds du mois : Castres 36,8°, Montans 36,6°, Florentin 36,5°, Lacaune 31,3°.
Températures minimales : Postes les plus froids du mois : Lacaune 5.9°, Albi 8.8°, Cuq-Toulza 10°.

  

Insolation

Dans ce contexte, le soleil a largement brillé, avec un excédent de 48 heures d’insolation, par rapport aux durées moyennes d’un mois de juin. Ce bonus d’ensoleillement est concentré sur la dernière décade du mois.

Le soleil brille généreusement dans le ciel du Tarn durant la première et la troisième décade de juin. La ciel durant la seconde décade est passagèrement plus nuageux. Au final, on enregistre un excédent de 48 heures par rapport aux valeurs d’insolation habituelles d’un mois de juin.

  

Vent

Les vents ont généralement soufflé de l’Ouest en restant faibles à modérés. Les orages ont apporté des accélérations significatives des vitesses. La plus forte rafale atteint 90 km/h. Elle est enregistrée à Castres Labruguière le 05 juin au passage d’un orage.
On peut noter que ce mois s’est déroulé sans aucune journée de vent d’Autan dans le sud du Tarn.

    

Faits marquants

- La chaleur : à Albi 21 jours chauds (avec des températures maximales supérieures à 25°C) au lieu des 13 habituellement et 7 journées avec des températures maximales supérieures à 30°C au lieu de 4 habituellement.
- Les orages du 05 juin ont apporté un arrosage de 15 à 25 litres par m², localement jusqu’à 35 litres du Lautrecois aux monts d’Alban, après une dizaine de jours sans pluies significatives.
- La durée d’insolation en juin est en augmentation depuis les 10 dernières années.
Ce mois de juin ne le dément pas avec 272 heures mais il est en 6 ème place, derrière le record de juin 2006 avec 322 heures d’insolation.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Un temps calme.

Les hautes pressions centrées au sud de l'Islande se prolongent vers la France.
Notre région est soumise à un flux de Nord-Est faible à tendance anticyclonique.
Le temps est sec et le ciel est le plus souvent bien ensoleillé.
Le vent est variable en direction et faible en force.
Les températures sont estivales en journée, supérieures de 3 à 5 degrés aux normales de saison pour les valeurs maximales.

  

Du 5 au 10 : Perturbé et orageux​.

Les pressions atmosphériques baissent. Des dépressions gagnent jusqu'au nord de la France par l'Espagne et le Golfe de Gascogne. Elles sont associées à des perturbations pluvio-orageuses qui traversent notre région dans un flux de Sud-Ouest.
Le temps est souvent perturbé, les périodes ensoleillées sont peu durables.
Les orages sont nombreux, localement violents en particulier le 5 juin et accompagnés par de fortes averses.
Le vent d’Ouest à Sud-Ouest est faible à modéré mais souffle en rafales sous les orages atteignant jusqu’à 90 km/h dans le Castrais le 05 juin.
Les températures durant la nuit sont de saison mais en journée les valeurs maximales sont en nette baisse, souvent inférieures aux normales.

  

Du 11 au 30 : Chaleur, orages locaux.

L'anticyclone des Açores se renforce vers l'Espagne et la France. Il se caractérise le plus souvent sur notre région sous forme d'un marais barométrique, avec de l'air chaud et souvent sec.
Le temps sec et ensoleillé prédomine mais des orages ponctuels se forment en particulier près du relief de la montagne Noire aux monts de Lacaune. Ils débordent localement jusqu'en plaine tarnaise.
Le vent est variable et faible, orienté temporairement au Nord-Ouest modéré à assez fort du 20 au 25 juin.
Les températures fluctuent fortement en demeurant souvent chaudes pour la saison.
On note des pics vers 35 à 36 degrés le 13 juin et en fin de mois. Les températures minimales sont restées souvent supérieures de 4 à 7 degrés aux valeurs habituelles.
On note du 20 au 23 juin, une courte période relativement moins chaude. Ensuite, les températures s'élèvent régulièrement et durablement jusqu'en fin de mois.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Du brouillard est observé en plaine le 01 juin et sur le relief le 19, 20, 26 juin. Il se dissipe rapidement.
Orages : Le tonnerre a grondé au cours de 7 journées sur le Tarn. Ces orages étaient actifs le 5, 15 et 26 juin.
Grêle : De la grêle est observée le 8 juin durant des orages qui ont touché les régions de Vaour et Valence d’Albigeois.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2009

Caractère dominant du mois

Sec, chaud et ensoleillé.

  

Précipitations

Le déficit hydrique continue de se creuser.
Avec 21 mm à Albi, 16 à Lavaur et 26 à Lacaune il se situe pour juillet entre 50 et 70 %.

Après mai et juin, juillet 2009 est à nouveau un mois déficitaire.
Les secteurs les plus secs sont ceux de Salvagnac, Lavaur et Graulhet qui affichent un manque de 65 % environ.
Dans les Monts de Lacaune le déficit est compris entre 50 et 60 %.
La montagne Noire s’en sort un peu mieux avec un manque de 30 à 40 % seulement.
L’Albigeois enfin, n’a vu tomber que la moitié des pluies habituelles.
Sur l’année le cumul est normal, voire un peu excédentaire, mais depuis le début du mois de mai il manque la moitié de l’eau tombant habituellement.
La plupart des précipitations sont tombées entre le 16 et le 20, souvent sous forme d’orage.
On note aussi quelques averses le 2, le 6 et le 13.
La troisième décade, par contre, est sèche.

2009-07.png  

  

Températures

Ce mois de juillet est caractérisé par de fréquents pics de chaleurs, alternant avec des périodes plus fraîches. Avec plus de 30°C de température moyenne en journée Castres a été le ville la plus chaude du département.

Juillet 2009 est un mois chaud. A la station d’Albi/Le Séquestre les maximales se situent 2°C audessus des normales de saison et les minimales affichent un excédent de 0,8°C.
Avec plus de 30°C de température moyenne en journée Castres a été la ville la plus chaude du département.
La valeur la plus élevée a été enregistré le 29 avec 37,5°C sous abri, loin toutefois du record de juillet 1983 à plus de 40°C.
Les autres villes du département ne sont pas en reste avec par exemple 29,7° C de température journalière moyenne à Lavaur et Gaillac.
En montagne il a aussi fait très chaud. A Lacaune la moyenne des maximales est de 25,4°C avec un pic à 31°C. A Tanus il a fait en moyenne 26,5°C.
Le phénomène météorologique le plus spectaculaire au niveau des températures reste la brutale chute du thermomètre de 36 à 18°C en 24 heures à Albi entre le 16 et le 17. Un tel événement n’avait jamais été observé depuis l’ouverture de la station en 1977.

  

Insolation

Le soleil s’est montré particulièrement généreux avec les tarnais puisque sur Albi il a brillé près de 50 heures de plus que d’habitude.

Ce mois de juillet a été très ensoleillé.
Avec près de 310 heures l’excédent par rapport à la normale est de 50 heures.
A noter aussi qu’Albi à connu 70 heures de soleil de plus que la capitale régionale Toulouse. Cette insolation est assez uniformément répartie sur le mois.

  

Vent

Le vent d’Ouest a été largement majoritaire au cours de ce mois.
C’est le 20 qu’il a atteint son intensité maximale avec 90 km/h à Murat-sur-Vèbre et 60 à 70 km/h sur la plaine.
Malgré tout c’est l’Autan qui reste le plus fort, avec 100 km/h le 21 à Castres-Mazamet Aéroport, au cours d’une des rares journées où il a soufflé.

    

Faits marquants

- On retiendra de ce mois de juillet son manque d’eau, ses fréquents pics de chaleurs et son insolation très supérieure à la normale.
- Hormis les épisodes orageux autour du milieu du mois les précipitations ont été rares.
- Juillet 2009 est le septième mois de juillet le plus sec depuis l’ouverture de la station d’Albi/Le Séquestre.
- A noter que la troisième décade a été sèche partout.
- La température diurne moyenne de 29,9°C sur Albi situe ce mois de juillet parmi les 8 plus chauds depuis le début des mesures en 1977.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Assez ensoleillé.

Les pressions restent comprises entre 1010 et 1020 hectopascals.
Le ciel est peu nuageux à nuageux, mais ces nuages sont peu actifs. Ils donnent un peu de pluie le 2, le 6 et le 13 et quelques coups de tonnerre. Dans tous les cas les quantités d’eau sont faibles avec une exception, le secteur de Puylaurens, Cuq-Toulza et Dourgne qui voient tomber une dizaine de millimètres.
Le vent vient en général de l’Ouest ou du Nord-Ouest.
Il est peu marqué avec toutefois quelques rafales à 50 ou 60 km/h sur le relief.
Les températures restent supérieures à 25°C sur la plaine et connaissent deux pics à près de 35, le 01 et le 13.

  

Du 14 au 21 : Orageux​.

Les pressions sont supérieures à 1015 hectopascals la plupart du temps. Elles connaissent une faiblesse temporaire entre le 16 et le 17 et retombent autour de 1010.
La nébulosité est plus changeante alternant entre éclaircies et passages nuageux assez importants. Les orages sont assez fréquents, notamment le 16, et c’est durant ces orages que la majeure partie des pluies de ce mois se produisent.
C’est toujours le vent d’Ouest qui domine avec par moments de brefs épisodes de vent d’Autan, dont le 21 où il culmine à 100 km/h sur le Causse de Labruguière.
Les températures présentent une amplitude très forte. Elles affichent 36°C sur la plaine le 16 et tombent à seulement 18°C le 17.
Elles remontent ensuite progressivement pour atteindre 36°C le 21 sur Albi.

  

Du 22 au 31 : Sec.

Les pressions passent par un minimum le 22, à 1004 hectopascals. Elles évoluent ensuite en dents de scie, mais restent presque toujours supérieures à 1015.
Le ciel est en général peu nuageux , le soleil domine et ces dix jours sont secs partout.
Le vent d’Ouest à Nord-Ouest est majoritaire. On note aussi de nouveaux et brefs épisodes d’Autan, le 27 avec des pointes à 80 km/h et le 29 à 60 km/h.
Les températures oscillent entre 27 et 36 degrés pour les maximales et entre 13 et 21 pour les minimales.

    

Phénomènes divers

Orages : Les orages ont été assez fréquents sur le département, le tonnerre ayant grondé 12 jours mais en des lieux différents. Ils ont souvent été peu intenses. C’est entre le 16 et le 17 qu’ils ont été les plus forts et ont aussi apporté une grande partie des pluies de ce mois.
Grêle : Des chutes de grêle faible ont été signalées dans les secteurs de Vabre le 14 et d’Anglès le 16.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2009

Caractère dominant du mois

Chaud, sec et ensoleillé...

  

Précipitations

Les pluies se résument à 3 passages pluvio-orageux, ponctuellement intenses.
Le bilan du mois est très localement normal mais plus souvent déficitaire de 20% dans les Monts d’Alban à 70% dans la vallée du Thoré.

En ce mois d’août 2009, les pluies sont tombées en 3 épisodes localement violents, et donc peu bénéfiques aux sols asséchés depuis le mois de mai.
Le mois commence par un orage accompagné de fortes pluies, de grêle et de vents violents, causant de gros dégâts sur le vignoble du pays Cordais, le 1er. Le temps est ensuite faiblement perturbé jusqu’au 9, puis le ciel ne donne plus une seule goutte d’eau jusqu’au 23… sauf sur le secteur de Fraïsse/Agoût où un orage ponctuel et isolé donne une forte averse le 18.
Un dernier passage pluvio-orageux les 24 et 25 ne suffira pas en général à combler le manque d’eau, malgré son intensité sur le pays Castrais.
Le bilan mensuel fait apparaître un déficit important dans la vallée du Thoré et sur le plateau d’Anglès (70%), autour de 50% sur la plaine tarnaise, de 20 à 30% sur les Monts d’Alban. Seuls les postes de Trévien, Castres et Fraïsse/Agout reçoivent la hauteur d’eau normale pour un mois d’août.
Après 3 mois déjà secs, le déficit de l’été s’accentue donc et atteint 43% à Albi, 53% à Lacaune pour les mois de juin, juillet et août. Sur les 12 derniers mois, le cumul des pluies est normal.

2009-08.png  

  

Températures

Le Tarn a connu une vague de chaleur entre le 10 et le 25, avec un pic à 40°C sur la plaine le 19.
Le début et la fin du mois ont été normaux mais la moyenne mensuelle se situe 2 à 3 degrés au-dessus des valeurs de saison, en plaine, ce qui fait de ce mois d’août le plus chaud de ces 40 dernières années... derrière 2003.

Ce mois d’août a été marqué par une vague de chaleur, surtout au cours de la 2ème décade, dont quelques jours de canicule.
Du 1er au 10, les températures connaissent des variations importantes d’un jour à l’autre, en particulier les maximales.
Jusqu’au 23, les thermomètres affichent des valeurs nettement supérieures à la moyenne en journée et les nuits se réchauffent également à partir du 13. Le Tarn subit un pic de chaleur du 18 au 20, avec plus de 20 degrés la nuit et de 35 degrés l’après-midi.
Le maximum est enregistré le 19 où la barre des 40 degrés est souvent atteinte sur la plaine tarnaise, et on relève près de 25 degrés à Labruguière la nuit suivante. Les records de 2003 ne sont cependant pas égalés.
Après une journée « rafraîchissante » le 25, les températures sont à nouveau chaudes en fin de mois mais de façon plus raisonnables.
Les dernières nuits sont même fraîches et l’on relève souvent moins de 10 degrés le 30 au matin.
Le bilan du mois affiche un excédent de 1 à 3 degrés en moyenne sur le département, la nuit, de 3 à 5 degrés en journée.
Ce mois d’août se positionne au 2ème rang des mois les plus chauds à Albi, sur les 33 années de mesures, au 3ème rang à Lacaune sur 49 années de mesures.
La moyenne des températures de cet été 2009 (juin-juillet-août) est la 3ème valeur la plus chaude à Albi, derrière 2006… et 2003.
Sur ces 3 mois, le nombre de jours à plus de 30 degrés à Albi s’élève à 46, au lieu de 29 en moyenne… et 65 en 2003 qui reste l’année « record ».

  

Insolation

Le soleil a été généreux, surtout à partir du 12, et a offert aux Albigeois 40 heures de présence de plus que la moyenne.
Sur les 21 années de mesures, août 2009 est au 2ème rang des mois les plus ensoleillés.

L’ensoleillement est largement excédentaire :
on a enregistré à Albi 307 heures de soleil, soit 42 heures de plus que la moyenne d’août.
Jusqu’au 10, le ciel est capricieux, puis il se met au beau fixe jusqu’à la fin du mois, ne s’assombrissant à nouveau que le 25 et le 28.
C’est le 2ème mois le plus ensoleillé de ces 21 dernières années... derrière 2003 !

  

Vent

Des rafales violentes de vent d’Ouest ont été enregistrées au moment de l’orage du 1er août, autour de 100 km/h le long de la zone la plus active, du plateau Cordais au Ségala.
Le 24, l’Autan souffle assez fort puis cède la place à des rafales de vent d’Ouest, accompagnant l’aggravation orageuse.
Le vent d’Autan a soufflé 3 fois à plus de 60 km/h à Labruguière, ce qui est normal pour un mois d’août.

    

Faits marquants

- La série des mois secs et chauds a commencé en Mai.
Août 2009 prolonge donc cette période très estivale et accentue la sécheresse malgré les orages du 1er, du 18 et du 25, qui ont touché des secteurs du Tarn différents.
- Le 1er août, les pluies orageuses ont été intenses et accompagnées de grêle et de vent violent sur le plateau Cordais et le Ségala.
- Le 18, un orage isolé a touché le secteur de Fraïsse/Agout, donnant 45 mm en moins d’1 heure.
- Le 25, c’est le pays Castrais qui a reçu 50 mm en 50 minutes, avec des inondations de rues et de caves.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 10 : Orageux, puis faiblement perturbé.

Entre les 2 passages dépressionnaires du 1er et du 9, un courant de Nord-Ouest puis de Sud-Ouest s’installe.
La nébulosité est très variable, très chargée les 7 et 9 mais beaucoup plus discrète du 4 au 6… et le 1er avant l’orage.
Le vent d’Ouest domine largement sur la période. Il est modéré sauf le 1er.
Les températures sont elles aussi très fluctuantes, oscillant autour de la moyenne en journée.
Les nuits sont plutôt fraîches en début de mois, surtout le 4, puis plus chaudes, en particulier les 6 et 7 (> 20°C) car plus nuageuses.

  

Du 11 au 24 : Sec et très chaud​.

L’anticyclone des Açores protège la région puis un courant de Sud-Ouest à partir du 19 précède le passage d’une dépression les 24 et 25.
La nébulosité est faible sur la période et le soleil brille généreusement.
Le vent d’Ouest alterne avec le souffle de l’Autan, qui s’impose, assez fort, les 19 et 20.
Les températures se positionnent au-dessus des normales de saison dès le 11 en journée, à partir du 13 la nuit. Du 18 au 20, les seuils de canicule sont atteints sur la plaine tarnaise, avec des minimales à plus de 21 degrés et des maximales à plus de 35 degrés.

  

Du 25 au 31 : Après l'orage, retour du beau temps.

Dans un courant d’Ouest à Nord-Ouest anticyclonique, le temps estival s’impose jusqu’à la fin du mois.
La nébulosité est importante le 25 au passage de la perturbation, puis le soleil règne en maître dans le ciel tarnais.
Le vent d’Ouest à Nord-Ouest est modéré puis cède la place à un fort vent d’Autan le 31.
Le mois se termine dans la chaleur malgré une baisse des températures, les 25 et 29.
Les nuits sont plus fraîches après le 29.

      

Phénomènes divers

Brouillard : Août n’est pas la saison propice à ce phénomène.
Des brouillards localisés ont été observés du 7 au 10, puis du 26 au 28, provoqués par des nuages bas accrochant les hauteurs.
La plaine n’a été concernée que le 26, sous l’influence d’une grisaille océanique.
Orages : L’été est plus favorable aux développements orageux et ceux-ci ont été au rendez-vous.
Généralisés les 1er, 9 et 24-25, localisés les 5-6 à la frontière de la Haute-Garonne ou sur le versant sud des Monts de Lacaune du 16 au 18, ils surviennent le plus souvent à la fin d’une journée chaude (sauf le 9, fin de nuit).
Avec 4 jours en 2009 pour 5 jours en moyenne à Albi, ce mois d’août n’a rien d’exceptionnel. Le record reste pour 1999, avec 11 jours d’orage.
Grêle : L’orage du 1er août a été accompagné de grêle de la Grésigne au Ségala. Des grêlons de 2 à 5 cm ont causé de nombreux dégâts d’Itzac à Trévien.
Le 18, la grêle s’est mêlée à la forte averse du côté de Fraïsse/Agout.

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2009

Caractère dominant du mois

Beaucoup de soleil et peu de pluie.

  

Précipitations

Le mois est globalement sec avec la quasi totalité des précipitations qui se sont produites durant la seule période dépressionnaire du mois du 17 au 19. Les pluies se composent essentiellement d’averses orageuses avec de la grêle le 18, sans faire de dégâts importants.

Le temps sec de l’été s’est poursuivi tout au long de ce mois de septembre avec juste une situation perturbée à se mettre sous la dent.
En effet la grande majorité des pluies se sont produites du vendredi 18 au dimanche 20 sur la plaine tarnaise, juste pour l’ouverture de la foire de Castres.
Ces averses souvent orageuses ont apporté en moyenne 30 à 50 litres d’eau par mètre carré en plaine, et jusqu’à 60 sur le Sidobre et le plateau Cordais touché par des orages plus soutenus le 18.
Les cumuls de précipitations sont très variables en fonction des averses mais ils sont en majorité inférieurs aux normales saisonnières avec un déficit approchant souvent les 50%.
On observe quelques faibles pluies sous les nuages bas en début de mois, par contre la fin septembre est presque estivale avec un retour de la chaleur et une troisième décade totalement sèche en de nombreux postes de mesure.​

2009-09.png  

  

Températures

Elles dépassent fréquemment les 25 degrés en journée et même 30 degrés du 6 au 12 sur la plaine.
Les nuits sont très douces en début de mois puis le ciel étoilé et l’absence de vent fait baisser les températures.

Les conditions estivales se sont poursuivies une bonne partie du mois et il faut attendre l’arrivée d’une perturbation instable de sud-ouest pour voir le ciel se couvrir et enfin le mercure descendre et rester durablement sous la barre des 25°c du 19 au 22.
A l’opposé, les températures ont atteint des valeurs particulièrement élevées durant la seconde semaine en dépassant à de nombreuses reprises les 30 degrés sous abri, les pics de chaleurs étant de 33 degrés à Castres le 6 et à Albi le 8.
Les moyennes mensuelles sont légèrement supérieures aux normales saisonnières avec un excédent de 1 à 2 degrés. Nous sommes loin des vagues de chaleur de 1985 et 1987 où le mercure dépassa à de nombreuses reprises les 35 degrés sur la plaine tarnaise.
La quasi absence de vent d’Autan et les conditions anticycloniques font chuter les températures la nuit et favorisent aussi la formation de brouillards nocturnes en fin de mois.
Avec 55 jours où les températures ont dépassé 30 degrés à Albi, l’été 2009 se place comme le deuxième été le plus chaud depuis 1976 ; après l’été caniculaire de 2003.
Les pluies et nuages bas du 19 au 22 rafraîchissent un peu l’atmosphère mais la chaleur revient en fin de mois pour se poursuivre un peu au mois d’octobre…

  

Insolation

Le soleil s’est montré généreux pour cette fin d’été avec un excédent de 10%. Avec 1115 h d’insolation contre une moyenne de 1000 h, l’été 2009 se classe comme le deuxième le plus ensoleillé depuis 1989, après 2003.

Le soleil s’est montré une nouvelle fois généreux avec seulement deux périodes nuageuses, du 1 au 4 puis du 18 au 22. L’insolation est excédentaire de 10% par rapport à la normale et l’été 2009 termine sur la seconde marche du podium des étés les plus ensoleillés après 2003.

  

Vent

Les conditions anticycloniques ont largement dominé durant ce mois et le vent est resté très discret avec essentiellement des brises thermiques remontant les vallées l’après-midi.
Le vent d’Autan n’a atteint les 60 km/h qu’à trois reprises à Labruguières.
La rafale la plus forte du mois enregistrée est de 89 km/h à Murat-Fraïsse en vent de nord-ouest le 04 octobre.

    

Faits marquants

- Ce mois de septembre nous permet de faire un bilan de l’été 2009 :
- Cet été fut donc particulièrement chaud et ensoleillé avec des précipitations déficitaires sans pouvoir parler de sécheresse exceptionnelle.
- Depuis ces trente dernières années, seul 2003 fut plus chaud et plus ensoleillé que 2009.
- Le nombre de jours de pluie est très faible mais nous avons tout de même eu de bonne averses orageuses qui ont permis, en association avec les pluies abondantes du printemps, de limiter l’impact de la chaleur et du soleil.
- Les orages du 18 marquent la fin de l’été avec des pluies localement abondantes sur la plaine tarnaise sans être généralisées.

    

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Nuages, petites pluies.

Le temps est variable avec des nuages de plus en plus nombreux et des averses parfois orageuses longent les frontières nord tarnaises le 1er.
Le vent d’Ouest à nord-ouest apporte de nombreux nuages bas mais les précipitations sont faibles en quantité, souvent de l’ordre du millimètre.
Les températures sont encore chaudes les 1 et 2 puis elles descendent plus franchement du 3 au 4 tout en restant assez agréables.

  

Du 5 au 17 : Beau et chaud​.

Les pressions anticycloniques s’installent durablement sur la région avant de baisser du 15 au 17.
Le temps sec et ensoleillé domine avec une moyenne quotidienne de plus de 10 h de soleil durant ces 12 jours.
Seuls quelques averses isolées sont observées en fin de période sur le relief.
Les températures, sont estivales, dépassant fréquemment la barre des 30 degrés en plaine en journée. Il fait un peu frais la nuit les 5 et 6 .

  

Du 18 au 20 : Pluies orageuses.

Le temps chaud et sec prend fin de manière assez classique pour la saison avec dans un premier temps la levée du vent d’Autan puis l’arrivée d’une perturbation orageuse poussée par un vent d’ouest à sud-ouest.
Le vent d’Autan dépasse les 60 km/h sur les hauteurs tarnaises à l’avant des orages le 18 puis il devient variable avec de fortes rafales sous les averses les plus soutenues.
Les températures, restent très douces la nuit sous les nuages mais elles plafonnent en journée pour les mêmes raisons.
La foire de Castres débute donc sous la pluie et les nuages.

    

Du 21 au 27 : Brouillards matinaux.​

Le temps agité des derniers jours se calme rapidement mais ce sont les brouillards et nuages bas qui envahissent le département le matin et parfois toute la journée sur le Vaurais et le Rabastinois, le relief profitant de plus agréables éclaircies.

    

Du 28 au 30 : Beau et chaud.

Le mois se termine sous un soleil généralisé avec à nouveau des températures dignes d’un mois d’août, approchant les 30 degrés l’après-midi en plaine, 25 sur Lacaune.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Le temps sec et chaud jusqu’au 15 limite fortement les formations brumeuses mais les pluies du 17 au 20 apportent beaucoup d’humidité favorisant le retour de brouillards nocturnes du 20 au 27. Il faut souvent attendre le milieu de journée pour voir le soleil percer dans le Vaurais et le Rabastinois.
Orages et grêle : Le tonnerre gronde à la frontière nord du Tarn le 1 puis on observe 4 journées très instables du 17 au 20 avec de nombreux orages localement forts et porteur de grêle sur Técou et Cadalen le 18 ainsi que sur la Montagne Noire.
Ces orages représentent la quasi-totalité des précipitations du mois.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2009

Caractère dominant du mois

Mois excessivement pluvieux avec gelées les plus précoces à la mi-octobre et vent d’Autan soufflant fort au 2/3 du mois donnant un épisode de pluies cévenoles.

  

Précipitations

La dose mensuelle est acquise pratiquement partout;Excepté les quarts Nord-Ouest et Nord-Est du département où il subsiste un manque de 20 à 30% de la Grésigne au Ségala Tarnais.

Le plein d’eau du mois a été apporté essentiellement par deux séquences extrêmement pluvieuses.
Celles du 08 octobre dans le Réalmontais et le Sidobre qui ont connu des pluies quasi-diluviennes et celle du 20 au 22, plus classiques et dénommées pluies cévenoles.
Revenons à l’épisode du jeudi 08. Il est tombé en 24h : 63 mm à Montredon Labessonnié, 92 mm à Saint Pierre de Trivisy et 157 mm à Réalmont. Ce qui donne pour ce dernier poste disposant d’une longue série de données pluviométriques... une durée de retour plus que centennale !
En revanche, pas d’incidents notables à noter lors de l’épisode de pluies cévenoles du 20 au 22 : La valeur cumulée de 148 mm à Murat-Fraïsse est en deçà de valeurs cumulées exceptionnelles.
Enfin pour clore ce chapitre, à signaler les périodes sèches adjacentes aux pluvieuses dont la plus longue de 10 jours du dimanche 11 au mardi 20 à Castanet, Senouillac, Lac les Montagnès.

2009-10.png  

  

Températures

Si nous nous en tenons à la température moyenne mensuelle, celle-ci présente un solde légèrement positif ; excepté sur le versant Nord des Monts de Lacaune où il manque 0,1°C pour être dans la normalité. En fin de compte ce sont les fortes valeurs des températures maximales de la première décade qui masquent la période froide de la mi-octobre !

Chaud, froid, doux... Ces trois qualificatifs du temps révèlent la forte variabilité de la température durant le mois :
La températures moyenne mensuelle par son calcul arithmétique cache la forte fluctuation de la température quotidienne que cela soit au point de vue températures maximales ou minimales.
Retour en arrière :
Episode 1 (du 01 au 08).
C’est ainsi que le mois débute par un temps chaud, voire quasi estivale avec des températures dépassant les 30°C. Ce seuil a été dépassé trois jours à Burlats les 6,7 et 8 avec valeur la plus haute relevée dans le Tarn, à égalité avec Florentin le mardi 06 avec 32°C ! A noter également
les températures de 27, 28°C atteintes dans le Sidobre à Montredon Labessonnié les 05 et 06.
Episode 2 (du 09 au 19).
Lente descente vers des valeurs négatives.
Ce n’est qu’à partir du mardi 13 que la chute est sensible avec des températures devenant négatives les jeudi 15 et vendredi 16 puis du dimanche 18 au lundi 19. De nos postes thermométriques, il a fait le plus froid le vendredi 16 au Verdier avec -3,8 °C. A Lacaune, poste situé à 805 m, les valeurs sont du même ordre : -3°C notés les 15, 16 et 19.
Episode 3 ( du 20 au 31).
L’atmosphère se radoucit grâce à l’Autan avec des valeurs dépassant les 25°C en fin de mois dans la plaine du Tarn ainsi que dans le Mazamétain.
C’est ainsi que nous avons relevé 27°C le vendredi 30 à Burlats, 26°C le mardi 27 à Castres.

  

Insolation

Le soleil a brillé plus que la normale les trois décades durant, terminant sur le mois par un excédent de 41%.

Le soleil a été gagnant durant les trois décades :
- Les fortes pluies de la première se déroulant plutôt en soirées et durant les nuits.
- Le soleil arrive à briller entre les averses de la deuxième décade.
- En troisième décade, par temps anticyclonique, le soleil est seulement masqué en matinée par les brouillards de plaine.

  

Vent

C’est plutôt le vent d’Ouest qui a eu le vent en poupe.
Le vent d’Autan se contentant seulement de 5 jours : Précédant les pluies orageuses du 08 et d’être l’élément déclencheur des pluies cévenoles du 20 au 22. Peu de vent à remarquer la dernière semaine du mois, les conditions anticycloniques prédominant.
Le vent le plus fort du mois a été observé à Labruguière le 20 et à Dourgne le 21, par vent d’Autan, de 101 km/h.

    

Faits marquants

- Débordements du Blima à Réalmont le 08 octobre au soir :
Par des pluies orageuses, il est tombé 152 mm dont 88 mm en une heure de 19h30 à 20h30. Le vent approchant des 100 km/h sur le Causse de Labruguière.
- De mémoire d’Albigeois, il n’avait jamais gelé auparavant un 15 octobre : -0,1°C relevé à Albi ce 15 octobre 2009, précédent record -2,0 le 20 octobre 1980.
- L’Autan a soufflé à plus de 100 km/h les mardi 20 et mercredi 21 au pied de la Montagne Noire ; cela en relation avec un épisode de pluies cévenoles du mardi 20 au jeudi 22 ayant donnée 148 mm à Murat-Fraïsses .

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Presque l'été !

Quelques rares averses le jeudi 01 sur les Monts de Lacaune, un vendredi matin très nuageux à couvert et un vent de Nord-Ouest sensible les deux premiers jours du mois dans la vallée du Thoré et les sommets de notre relief.
Nous avons droit ensuite à un temps très ensoleillé et chaud, finissant le lundi 5 et le mardi 6 par du vent d’Autan, de 50 km/h le lundi à Labruguière.

  

Du 7 au 10 : Orages violents et averses​.

Cela finit souvent comme cela après une période chaude : Ce sont les orages qui dissipent cette énergie emmagasinée les jours précédents. Cela débute le mercredi 07 au soir par de faibles pluies après les dernières rafales d’Autan de 100 km/h au pied de la Montagne Noire.
Le paroxysme est atteint le jeudi soir par des pluies extrêmement violentes qui s’abattent dans le Réalmontais. A noter également les fortes rafales de vent de Nord-Ouest les accompagnant avec localement de la grêle.
Le temps se calme quelque peu les vendredi 09 et samedi 10 par des averses portées par vent d’Ouest -somme toute d’un niveau classique !

  

Du 11 au 13 : Retour au calme.

Quelques pluies et bruines éparses le dimanche 11 et le lundi 12 amenées par un vent de Nord-Ouest-modéré sur les hauteurs.
Le mardi 13 : Temps sec mais… les températures minimales commencent à chuter !
C’est ainsi qu’au Séquestre, elles passent de 15°C au petit jour du lundi 12 à seulement 5°C le mardi matin.

    

Du 14 au 19 : Coups de froid !​

Hé Oui ! Avec à la clef de nouveaux records pour le premier jour de gelées précoces.
Les conditions anticycloniques sont là avec du vent de Nord-Ouest plus sensible sur les hauteurs. Il n’en faut pas plus pour que les températures nocturnes deviennent négatives.
Il a pratiquement gelé les matinées du jeudi 15 au lundi 19. Quelques valeurs du vendredi 16 : -1,4°C à Albi, -3°C à Cadalen, Rouairoux ,Lacaune.

    

Du 20 au 23 : Douceur et pluies !

Vent d’Autan du 20 au 22 associé à un épisode de pluies cévenoles. Le temps se caractérise ensuite du 23 au 24 par du vent de Nord-Ouest et des averses.

    

Du 24 au 31 : Conditions anticycloniques​.

Le temps gris et humide du 24 par de la bruine ne dure pas ! 
Du 25 au 30 : Longue période calme se traduisant par du vent faible, un soleil dominant, de la rosée et parfois des bancs de brouillards dans les vallées en matinées.
Pour le samedi 31 : Il suffit de cloner le temps du samedi 24 pour l’avoir !

    

Phénomènes divers

Brouillard : 7 à 10 jours observés sur le versant Nord des Monts de Lacaune, 6 jours dans le Sidobre, Monts d’Alban et Grésigne et proche de 4 jours en plaine, surtout en troisième décade.
Orages : Deux journées seulement mais quelles journées ?! Le mercredi 7 au soir avec du vent fort à Labruguière et le 8 octobre par des orages particulièrement violents touchant le Réalmontais.
Grêle : Une seule journée, le jeudi 8 octobre, notée par les observateurs du Réseau Climatologique d’État à Réalmont, précédant les pluies quasi diluviennes.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2009

Caractère dominant du mois

Pluvieux, puis doux et ensoleillé, mais avec des contrastes et des excès sur la durée du mois. Le vent a soufflé fort également.

  

Précipitations

Un début de mois très pluvieux et perturbé est suivi par une période sans précipitations significatives, presque sèche du 12 au 28.
La fin de mois se caractérise par un temps plus agité avec le retour d’averses faibles.

Il pleut beaucoup durant la première décade. Les cumuls quotidiens sont importants, ils atteignent jusqu’à plus de 25 mm en plaine et 50 mm en montagne. Les cumuls sur la période sont de 150 à 200% des normales mensuelles.
Ensuite, du 12 au 28 s’installe un temps sec, sans précipitations significatives.
En fin de mois, l’arrivée de perturbations océaniques apportent un nouvel arrosage du département, sous forme de pluies suivies d’averses, faibles en plaine, modérées le long du relief.
Au final, les cumuls mensuels de ce mois de novembre sont excédentaire de 200% dans l’Albigeois et de 150% dans les monts de Lacaune, 110% dans le Vaurais.
C’est le troisième mois de novembre le plus arrosé à Albi depuis 1977 avec 114 mm, derrière les 117 mm en 1996 et 115,2 mm en 1999 ce qui est très supérieur aux 55 mm. qui tombent en moyenne en novembre.
En comparaison, nous avons connu des mois de novembre moins pluvieux à Albi, avec un cumul mensuel à peine de 3,7 mm relevé en novembre 2007 et 6 mm en 1978.

2009-11.png  

  

Températures

En moyenne elle sont supérieures de plus de 2°C aux valeurs habituelles durant ce mois. Du 12 au 25 les températures sont très douces, quasi printanières durant certaines journées.

Après la douceur relative en tout début novembre, le temps fortement perturbé entraîne une baisse régulière des températures jusqu’au 11, qui est la journée la plus froide du mois.
Un épisode de vent d’Autan prend le relais jusqu’au 21 novembre. Les températures remontent brusquement puis gardent des valeurs quasi printanières tant le jour que la nuit.
La barre des 20 degrés est souvent dépassée en plaine et en montagne.
On observe jusqu’à 20,9°C à Lacaune et près de 24°C dans le Sud Tarn.
Durant la dernière décade, un temps plus frais et agité se met en place.
Les températures baissent progressivement pour retrouver des valeurs de saison.
La moyenne mensuelle des températures qui est supérieure de plus de 2°C aux valeurs habituelles et le faible nombres de gelées sont remarquables.
Températures minimales :
Postes les plus froids : -1,1°C est relevé le 11 novembre à Lacaune,
-0,6°C à Couffouleux le 25. A Albi le mercure n’est pas descendu en dessous de 1,7°C durant ce mois. La douceur nocturne est remarquable du 16 au 20 dans le castrais, avec des températures qui restent supérieures à 14°C.
Les valeurs extrêmes connues : -9,4°C à Albi et -13°C à Lacaune le 23/11/1998.
Températures maximales :
Postes les plus chauds : Dourgne avec un maximum de 24,6°C observé le 17, Castres 23°C et 21,4°C à Albi le 16.
Les valeurs extrêmes connues :
25,2°C le 08/11/1985 à Albi et 23°C le 02/11/1981 à Lacaune.

  

Insolation

Le temps est perturbé avec très peu d’insolation durant la première décade. Par la suite, le ciel est davantage ensoleillé mais cela ne suffit pas pour atteindre les valeurs habituelles de novembre. On garde un petit déficit de 10% pour la durée d’insolation avec 85 heures.

Le soleil est souvent absent durant la première décade à cause d’un début de mois perturbé.
L’ensoleillement s’améliore nettement durant la seconde avec un soleil généreux. La troisième est conforme aux moyennes.
Au final, le déficit d’insolation est de 10%, avec 85 heures à Albi.

  

Vent

Le vent souffle de l’Ouest en début de mois avec des rafales à plus de 100 km/h le 3 dans le Sud Tarn et le relief, 69 km/h à Albi le 9. Le vent d’Autan, soufflant du Sud-Est, prend le relais avec des pointes proches des 100 km/h dans le Castrais. Le mois se termine avec moins de vent fort et une nouvelle rotation au secteur Ouest.

    

Faits marquants

- Les précipitations, parfois fortes, se concentrent jusqu’au 11 novembre. Le cumul sur la 1ère décade est le double de la normale mensuelle.
- La neige fait son apparition sur les hauteurs des monts de Lacaune le 8 et les 29, 30.
- Les températures en novembre sont très douces. Les moyennes mensuelles sont supérieures de plus de 2 degrés aux valeurs de saison. Des valeurs de 24°C sont atteintes l’après-midi du 17 novembre dans le Sud du Tarn.
- A peine une à deux gelées sont observées en plaine tarnaise.
Le brouillard se pose durant une seule matinée dans l’Albigeois.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 11 : Des perturbations océaniques.

Les pressions baissent régulièrement pour atteindre jusqu’à 1003 hpa.
Un courant d’Ouest puis Nord-Ouest s’installe sur la région.
Les perturbations souvent actives se succèdent, avec des passages pluvieux soutenus ou des giboulées.
Le ciel est très nuageux à couvert et il pleut tous les jours, avec une accalmie le 9 et 10 novembre.
Le vent d’Ouest est soutenu, temporairement fort avec des rafales de 80 à 100 km/h sur les hauteurs exposées du Tarn.
Les températures, d’abord très douces le 1er novembre, chutent régulièrement pour devenir inférieures aux valeurs de saison le 10. Des flocons de neige tombent le 8 novembre sur les monts de Lacaune.

  

Du 12 au 25 : Temps calme et doux​.

Les pressions remontent en oscillant autour des 1015 hpa, puis deviennent franchement anticycloniques à partir du 18 novembre entre 1020 à 1025 hpa.
Dans un courant de Sud-Ouest en altitude, notre région est en marge de l’activité des perturbations, qui circulent sur le nord de la France. Elle bénéficie également du foehn des Pyrénées, apportant une grande douceur.
Le ciel est peu nuageux à voilé en altitude, avec des belles périodes ensoleillées. Le versant méditerranéen du Tarn est passagèrement sous la grisaille et les nuages bas portés par le vent marin.
Le vent est orienté au Sud à Sud-Est avec un épisode de vent d’Autan d’une durée de 5 jours. Ses rafales atteignent alors jusqu’à 90 à 100 km/h dans le Castrais.
Les températures sont quasi printanières, nettement supérieures aux valeurs de saison.

  

Du 26 au 30 : Plus frais et agité.

Les pressions faiblissent lentement, dans un courant de Sud-Ouest, pour atteindre jusqu’à 1000 hpa. En fin de mois, de l’air frais envahit la région, dans un flux de Nord-Ouest.
Jusqu’au 28, le temps calme et encore assez ensoleillé résiste, malgré quelques ondées éparses le 27. En fin de mois le temps se dégrade, des pluies puis des averses gagnent notre région. Le ciel est très nuageux à couvert et la neige fait à nouveau son retour en montagne, au-dessus de 800m. d’altitude.
Le vent s’oriente à l’Ouest puis Nord-Ouest en devenant modéré sur le relief du Tarn.
Les températures sont en baisse. D’abord lente en début de période, puis en chute en fin de mois. Elles terminent en dessous des valeurs habituelles d’un mois de novembre dans le Tarn.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Ils sont généralement nombreux durant le mois de novembre, sauf en 2009. On observe à peine 1 journée avec du brouillard dans l’Albigeois.
Orages : Le tonnerre a été discret durant ce mois il n’a pas été entendu sur le département.
Grêle : La grêle est observée le 4 novembre sur les hauteurs des monts de Lacaune à Anglès.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2009

Caractère dominant du mois

Décembre 2009 joue le mauvais élève, en dessous de la moyenne à la fois en température, en pluie (surtout en montagne) et en ensoleillement.

  

Précipitations

Il pleut souvent mais les quantités sont faibles dans l’ensemble, sauf le 3 et le 31. Le bilan du mois est déficitaire, autour de 80 à 90% sur la plaine, 60% à Lacaune. La neige blanchit les sols en montagne du 14 au 21, et tombe jusqu’en plaine les 14 et 18.​

Il a plu souvent au cours de ce mois de décembre mais en petites quantités dans l’ensemble, en particulier du 5 au 27.
Les journées du 3 et du 31 ont vu passer l’essentiel des pluies du mois, avec 15 à 30 mm sur l’ensemble du Tarn à chaque fois.
En tout début de mois, la neige se mêle parfois à la pluie sur les hauteurs tarnaises mais reste éphémère.
En revanche, les sols restent blancs en montagne, du 14 au 20, sous les premiers assauts de l’hiver.
Il neige même jusqu’en plaine le 14 et les 18 et 19, où l’on mesure jusqu’à 3 à 5 cm au sol.
La hauteur d’eau mensuelle est finalement inférieure à la moyenne et atteint 80 à 90% de la normale sur la plaine tarnaise, 60% dans les Monts de Lacaune.
L’année 2009 se termine avec un bilan qui varie entre 90% à Lacaune ou Rabastens et 115% à Réalmont où l’excédent de 120 mm est tombé au cours du violent orage du 8 octobre. Les postes de Mazamet, Dourgne, Graulhet, Valence, Albi et Cordes affichent un cumul annuel quasiment normal.
Seul le mois d’avril a été partout très arrosé.

2009-12.png  

  

Températures

Après une 1ère décade douce, l’hiver fait sa première offensive entre le 13 et le 20. On relève jusqu’à -10 degrés à Gaillac et Puycelci le 20 au matin. Malgré une fin de mois plus clémente, la moyenne mensuelle est inférieure à la normale de 0,5 à 1 degré.

L’ambiance très douce de cet automne persiste en ce début de mois de décembre. Même si cette douceur s’accompagne de pluies océaniques en tout début de mois, elle est aussi due à un ensoleillement généreux le 11 et le 12.
L’hiver s’installe ensuite assez brutalement du 13 au 20 et nous inflige même 2 journées sans dégel jusqu’en plaine tarnaise, ce qui n’arrive en moyenne qu’1 jour tous les 3 ans.
C’est le 20 au matin que l’on relève les valeurs les plus froides du mois avec -10°C à Gaillac et Le Verdier.
A Albi, cette 2nde décade est aussi froide que celle de 1985, en 2nde position derrière 2001, qui garde le record pour cette période.
La douceur revient après le 21 et la journée la plus chaude du mois est même enregistrée le 30, avec près de 19°C à Lautrec.
Ni la première décade, douce surtout la nuit, ni la troisième décade, avec des journées douces, ne parviennent à compenser le déficit du milieu du mois… et le bilan final est légèrement inférieur à la moyenne : de -0,2 à -0,4°C d’Albi à Dourgne et Lacaune pour les températures minimales, de -0,4 à -0,9°C de Dourgne à Albi puis Lacaune, pour les maximales.
L’année 2009 se termine comme elle a commencé, par un mois dont la température moyenne est à peine un peu fraîche. Cependant, une belle série de mois excédentaires, de mai à novembre, font de 2009 une année très douce, qui se place au 4ème rang des 49 années de mesures à Lacaune avec 10,5 degré de moyenne, soit 1 degré au-dessus de la normale, au 5ème rg/33 ans à Albi, au 6ème rg/49 ans à Dourgne.

  

Insolation

L’ensoleillement est plutôt timide, surtout en début et en fin de mois, et il manque 30 heures de soleil à Albi.

L’ensoleillement a été très irrégulier.
Quelques belles journées entre le 11 et le 20 n’ont pas suffit à atteindre le quota mensuel et décembre 2009 se place au 3ème rang des mois les moins ensoleillés.
L’année fut cependant lumineuse avec 140 heures de plus que la moyenne.

  

Vent

Sur l’Albigeois, l’atmosphère a été calme. Le vent n’a jamais dépassé les 60 km/h, ce qui arrive en moyenne 2 jours en décembre.
La vitesse moyenne du vent a même plafonné à 7 km/h.
Sur le pays Castrais, l’Autan a été fidèle, en soufflant 8 jours à plus de 60 km/h, contre 7 en moyenne.

    

Faits marquants

- Décembre 2009 commence par un passage pluvieux conséquent les 3 et 4 et la neige fait son apparition en montagne, après un automne très doux.
- En milieu de mois, le Tarn connaît un épisode hivernal.
Les températures sont très froides et le département est placé en vigilance orange pour les chutes de neige du 17 au 19, qui blanchissent les sols jusqu’en plaine.
- Le vent d’Autan fait ensuite sentir son souffle… et ses rafales atteignent 104 km/h sur le Causse de Labruguière, le 21.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 11 : Doux et nuageux.

Dans un courant de nord-ouest dominant, les perturbations se succèdent en début de mois.
La nébulosité est souvent chargée et la 1ère décade est très peu ensoleillée. La période se termine cependant par une belle journée, le 11.
Les vents d’ouest et de sud-est alternent. L’Autan souffle modérément à l’avant des perturbations pluvieuses.
Les températures, dans la lignée de la douceur automnale, restent au-dessus des valeurs de saison, de 2 degrés environ.

  

Du 12 au 20 : Hivernal​.

Dans un courant de nord-ouest à nord-est, l’air froid de Scandinavie s’installe sur la région.
La nébulosité est très changeante.
De belles journées les 12, 17 et 21, alternent avec une  grisaille persistante, en particulier du 13 au 16.
Le vent d’ouest à nord-ouest domine mais reste faible à modéré.
Il accentue cependant la sensation de froid sur les hauteurs.
Les températures sont hivernales.
La période est, derrière 2001, la plus froide à Albi depuis le début des mesures en 1976.

  

Du 21 au 31 : Fin de mois pluvieuse.

Dans un courant de sud-ouest dominant, la douceur revient. Le flux est à l’ouest du 25 au 28.
La nébulosité est importante et les éclaircies sont rares, sauf les 25, 30 et 31. Le bilan de la période est à nouveau déficitaire.
Le vent d’est à sud-est s’impose sur le Tarn. L’Autan souffle même en tempête sur le pays castrais du 21 au 24.
Les températures traduisent le retour de la douceur. La journée la plus chaude du mois se produit le 30 !

    

Phénomènes divers

Brouillard : Ce phénomène, classique pour la saison, a été observé 5 fois à Albi, ce qui est conforme à la moyenne de décembre.
Les hauteurs ont connu des brouillards de mauvais temps en début de mois, puis les conditions anticycloniques des 9, 10 et 11, et plus passagèrement du 27, ont favorisé les brouillards généralisés.
Les chutes de neige ont également réduit la visibilité, en particulier le 18.
Orages et grêle : L’hiver n’est pas leur saison, mais lorsque les températures atteignent 16 à 18 degrés fin décembre, c’est plutôt anormal. Aussi, le 30, un orage nous a surpris du Vaurais aux Monts d’Alban.
Il fut accompagné de grêle, notamment dans le secteur de Graulhet où l’on observa des grêlons de 2 cm de diamètre.

   

Source : Météo France