En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Texte à méditer :   Si octobre est chaud, février sera froid   
Radar de pluie
   
 
Satellite

Phase de lune

La Lune

Actu météo

Pub

Petit message personnel :
Mon ami démarre son entreprise, et je tenais à lui faire un peu de pub.
N'hésitez pas à visiter son site :

16h27fr.png

Calendrier
Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Visites

 93824 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

JANVIER 2011

Caractère dominant du mois

C’est un mois de janvier contrasté, froid et assez sec.

  

Précipitations

Ce mois est peu arrosé, avec seulement 6 jours de pluies significatives. De plus on observe une période sèche du 14 au 27.
Le cumul mensuel est en déficit de 20 à 30% en plaine Tarnaise et de 50 à 60% sur le relief.

C’est un mois assez sec, marqué par seulement deux passages pluvieux situés vers le 10 et le 29 janvier, séparés d’une période sèche de 13 journées. Au niveau du cumul mensuel, le déficit est de 20 à 30% en plaine Tarnaise et de 50 à 60 % sur le relief. Pour exemple, il est tombé durant le mois de janvier, 47 mm à Albi au lieu de 57 mm et 64 mm à Lacaune au lieu de 144 mm normalement.
En montagne, on observe des averses faibles de neige le 2, 21 et 27 janvier. En fin de mois, du 28 au 29, un épisode de neige plus organisé, apporte 10 à 15 cm au-dessus de 700 m d’altitude de la montagne Noire aux monts de Lacaune. On observe jusqu’à 25 cm de neige au sol sur les sommets des monts de Lacaune pour le bonheur des skieurs de fond.

2011-01.png  

  

Températures

En moyennes les températures minimales sont inférieures de -0,5 à -2°C par rapport aux normales et les températures maximales sont légèrement inférieures de 0 à 11°C.

C’est un mois de janvier plutôt froid, avec en moyenne des températures nocturnes inférieures de -0,5 à -2°C par rapport aux normales et des températures diurnes légèrement inférieures de 0 à -1°C. Les plus fortes variations sont enregistrées sur les postes de mesures de notre relief.
A Albi, on observe 13 jours avec des gelées, parfois fortes comme le 24 janvier, 18 jours dans les Monts de Lacaune.
Ces valeurs contrastent avec des périodes plus douces, du 5 au 8 et du 14 au 19, qui correspondent à des températures maximales souvent supérieures à la barre des 15°C en plaine Tarnaise.
La température minimale la plus basse du mois :
-11°C à Lacaune (805 m), -9°C à Florentin le 24.
A Albi: -8,6°C le 24, le record est de -20,4°C le 16/01/1985.
La température minimale la plus élevée du mois :
9,8°C à Puycelci, 8,2°C à Albi, le 13.
La température maximale la plus élevée du mois :
18°C à Burlats, 17°C à Lacaune (805 m) le 14 janvier.
A Albi 16°C le 14, le record est de 19,5°C le 13/01/1993.
La température maximale la plus basse du mois :
-5,1°C à Lacaune (805 m) le 22,
-1°C à Montredon Labessonnié (566 m). A Albi 1,6°C le 25, le record est de -9,4°C le 15/01/1985.

  

Insolation

Le soleil a brillé plus que la normale durant ce mois, avec un excédent de 16 heures par rapport à la moyenne. C’est le cas du 14 au 24 avec une forte insolation, par contre du 7 au 13 les nuages ont dominé le ciel.

L’insolation est excédentaire durant ce mois. En effet le soleil a brillé largement du 14 au 24 janvier.
La couverture nuageuse est restée importante en début et fin de mois et du 9 au 13, avec des passages perturbés successifs. En conséquence la première décade est légèrement déficitaire.

  

Vent

Les vents d’Autan a soufflé du 5 au 9 et du 27 au 29 avec des rafales maximales à 85 km/h dans le pays Castrais. Le vent s’oriente à l’Ouest Sud-Ouest faible à modéré lors des passages perturbés du 9 au 12 et du 20 au 22.
En dehors de ces périodes, le vent était souvent variable en direction et faible en force, avec des conditions anticycloniques à faible gradient.

    

Faits marquants

- Contraste des températures :
du 4 au 8 et du 13 au 18 janvier, il fait doux. En plaine les températures minimales oscillent autour des 5 degrés et les maximales des 15 degrés. Le froid s’installe ensuite brusquement, du 19 au 26 et en fin de mois. Les gelées sont généralisées et parfois fortes la nuit jusqu’au matin. Les températures maximales restent inférieures à 5 degrés, sans dégel en montagne.
- Episode de neige: du 28 au 29, des chutes de neige, apportent 10 à 15 cm de neige au-dessus de 700m. d’altitude, de la montagne Noire aux monts de Lacaune. On observe jusqu’à 25 cm. de neige au sol sur les sommets des monts de Lacaune.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Sec et froid.

Les pressions sont supérieures à 1020 Hpa, avec un anticyclone qui progresse de l’Islande vers la France.
Dans un courant de Nord-Est frais et humide, le ciel est variable après dissipation des brouillards nocturnes.
Le vent est faible, modéré en montagne.
Les températures sont basses avec des gelées nocturnes souvent généralisées de plus en plus fortes.

  

Du 5 au 18 : Doux, passagèrement perturbé​.

Les pressions baissent rapidement et la région est soumise à un courant de Sud-Ouest assez rapide, en marge des dépressions qui se succèdent de l’Atlantique au nord de l’Europe. Du 9 au 12 les perturbations traversent notre département, donnant des pluies faibles à modérées.
Du 13 au 17 les pressions remontent, dans un flux qui revient au Sud dominant.
Les nuages dominent le ciel du 5 au 13, avec quelques journées grises et maussades. Ensuite jusqu’au 18 le temps s’améliore, malgré des grisailles nocturnes parfois denses et tenaces mais de belles éclaircies se développent l’après-midi.
Le vent de Sud-Est, avec des rafales d’Autan assez fortes, bascule temporairement au secteur Ouest faible à modéré au passage des perturbations.
Les températures sont douces sur la périodes mais reviennent à des valeurs de saison du 8 au 11.

  

Du 19 au 26 : Froid et sec.

Un vaste et puissant anticyclone s’installe durablement sur l’Irlande dirigeant un courant froid de Nord à Nord-Est passagèrement modéré.
La nébulosité est faible avec de belles périodes ensoleillées, malgré des passages nuageux qui deviennent plus nombreux le 25 et 26 janvier.
Le vent est faible en plaine mais il souffle modérément sur les hauteurs du Tarn.
Les températures chutent brutalement et fortement sous les valeurs de saison, avec le retour de gelées nocturnes généralisées et souvent fortes.

    

Du 27 au 31 : Perturbé et froid.​

Les pressions qui sont inférieures à 1010 Hpa remontent lentement jusqu’en fin de mois.
Dans un courant orienté au Sud, des précipitations d’abord faibles se renforcent au versant méditerranéen du Tarn. Un épisode de neige collante, qui tombe temporairement jusqu’à 300 m. d’altitude dans la vallée du Thoré, apporte jusqu’à 25 cm de neige sur les sommets des monts de Lacaune. En fin de mois le flux s’oriente au Nord-Ouest avec un temps très gris et humides et des précipitations sous forme de bruines.
La nébulosité reste très chargée, sous un ciel maussade, le soleil est souvent absent.
Les températures remontent brièvement le 28, puis chutent de nouveau en fin de mois, pour être nettement sous les valeurs de saison.
Le 31 janvier la températures est restée comprise entre 0 à +2 degrés la nuit et toute la journée sur la plaine Tarnaise.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Les brouillards sont souvent présents du 14 au 19 janvier sur la plaine Albigeoise et dans les vallées du Tarn et de l’Agout. Ils sont parfois denses, avec des visibilités inférieures à 200m. et déposent un peu de givre sur le sol par des températures négatives, mais finissent par se dissiper, en fin de matinée.
Orages : Aucun phénomène orageux n’est observé durant ce mois.
Phénomènes hivernaux : Des pluies verglaçantes sont observées en fin de nuit du 11 au 12 dans le secteur de Lacaune.

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2011

Caractère dominant du mois

Sec, doux et en léger manque de soleil.

  

Précipitations

La pluviométrie mensuelle présente un déficit généralisé, allant de 5 % dans le Sidobre à près de 40 % dans les Monts de Lacaune.
Les précipitations solides sont présentes les deux premiers et derniers jours du mois ainsi que le jeudi 17.

Malgré une pluviométrie décadaire allant crescendo de décades en décades, le compte mensuel n’est pas atteint !
Seules deux journées méritent le terme de pluvieuses en première décade, il s’agit du 3 et du 4 donnant tout au plus 8 mm le 4 à Anglès et 9 mm à Saint Pierre Trivisy.
La deuxième décade est un peu plus pluvieuse en période, sans que les précipitations quotidiennes dépassent les valeurs indiquées au paragraphe précédent. La troisième décade la plus pluvieuse en durée et en quantité ne renfloue pas à terme le déficit mensuel. A noter la journée du lundi 21 où nous avons relevé des valeurs en 24h proches de 20 mm dans la plaine du Tarn, le double en montagne avec la plus forte valeur relevé sur le mois dans la vallée du Thoré à Rouairoux : 55mm !
Sur Albi, en classement de mois de février les plus arrosés, ce mois de février se classe au 20ème rang sur les 35 derniers mois de février : 45 mm sur le mois, soit un manque de 27%. Le moins arrosé février 2008 avec ses 8 mm, le plus pluvieux février 1989 par ses 115 mm.
A Lacaune, le déficit mensuel est plus marqué : 83 mm sur le mois soit un manque de 39%. En classement de mois de février les plus arrosés, sur la même période d’étude (1977-2011), ce mois de février se classe en 27ème position.
Le moins arrosé février 2008 avec ses 27 mm, le plus pluvieux février 1996 par ses 247 mm.

2011-02.png  

  

Températures

La température moyenne mensuelle de manière générale termine le mois par une note positive : Plus de 1°C par rapport à la normale des Monts d’Alban aux Monts de Lacaune en passant par le Sidobre.
A noter durant la première décade, les fortes inversions de température où il a fait plus chaud en montagne qu’en plaine !

C’est la première quinzaine du mois qui a présenté la séquence de froid le plus intense, notamment du 1 au 3.
Journée sans dégel jusqu’en plaine le premier jour du mois. Le lendemain a vu la température la plus froide du mois : -8,5°C à Murat.
Du dimanche 6 au samedi 12 voit une période de fortes inversions de températures. Il n’a pas gelé une seule fois à Montredon Labessonnié alors qu’il a gelé 7 jours consécutifs à Gaillac ! C’est ainsi que le lundi 7 il a fait +10°C à Montredon Labessonnié mais -5°C à Montans !
Sur le mois, il n’a gelé que 4 jours à Alban,10 jours à Murat et 15 jours à Lacaune, dont 8 jours de suite du 06 au 13. A noter la grande douceur du lundi 7 après-midi où grâce à l’effet combiné de l’autan il a fait 21°C à Burlats, 20°C à Cunac.
En moyenne des températures minimales et maximales il a fait plus froid que la normale à Lacaune et un peu plus chaud que la moyenne à Albi.
La moyenne des moyennes est de 7,1°C à Albi. Ce mois se classe donc 14ème sur 35 en mois de février les plus chauds. 4,1°C à Lacaune soit 13ème sur 35 pour la même période.

  

Insolation

Malgré les deux premières décades où le soleil a été roi, la troisième décade perturbée fait plomber la moyenne : 105 heures cumulées sur le mois à Albi, soit un manque de 14% d’ensoleillement pour finir dans la normalité.

Très ensoleillé durant les deux premières décades dont trois jours consécutifs d’insolation continue du 7 au 9.
Ce mois de février se classe au 14ème rang sur 23 de mois de février les plus ensoleillés.
Février 98 garde sa médaille d’or avec ses 197 h, février 99 reste au plus bas avec ses 63 h.

  

Vent

Nord-Ouest gagnant... mais sans briller : Pas de vent fort supérieur aux 100 km/h.
Simplement un score de 16 jours de vent de nord-ouest versus 12 jours accordés au vent d’autan.
A noter l’influence de ce dernier sur la plus forte inversion de température observée le lundi 7 au matin.
Sinon le vent a soufflé le plus fort à Murat-Fraïsse le dimanche 27 à 85 km/h. L’autan s’est contenté d’un 72 km/h le mercredi 16 à Labruguière.

    

Faits marquants

- Pluies et bruines localement verglaçantes des deux premiers jours.
- Les épisodes de neige n’ont tapissé le sol qu’au-dessus de 900 - 1000 m d’altitude sans donner d’épaisseurs de neige au sol appréciables.
- Du 07 au 11 : Douceur remarquable où autan et soleil ont été maîtres du jeu.
- Le phénomène remarquable reste les inversions de température qui se sont produites durant cette période.
- Sur toutes nos stations météo mesurant le vent : Pas de vitesse maximale du vent instantané supérieure aux 100 km/h relevée.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Gris, froid et venté.

Durant ces quatre jours, le soleil fut absent, nuages bas et brumes furent nombreux.
De plus, le mercredi 2, le vent de nord-ouest souffla en rafales de 70 km/h dans la vallée du Thoré, sur le Causse de Labruguière ainsi que sur les points hauts de la Montagne Noire et des Monts de Lacaune.
Côté précipitations, elles furent modestes mais tombèrent sous forme de granules de glace mardi soir en plaine et jusqu’au mercredi 2 sous forme de pluies ou de bruines verglaçantes à Vaour, Réalmont, et aux Cammazes, Givre et neige au-dessus de 700 m d’altitude.
Le jeudi 3 et vendredi 4 : Beaucoup de bruines au menu avec un ersatz d’éclaircies fugaces vendredi après-midi sur Albi.
Il a fait le plus froid le 2 avec -3°C en plaine jusqu’à -8°C à Murat-Fraïsse.

  

Du 5 au 11 : Froid sec​.

Du froid sec anticyclonique avec des brouillards en plaine et de fortes inversions de températures.
Le tout avec une tendance à l’autan en fin de période.

  

Du 12 au 17 : Pluies, averses, neige​ !

Plusieurs passages faiblement perturbés successifs avec entrées maritimes de Méditerranée le dimanche 13 en relation avec le vent d’autan soufflant à 50, 60 km/h sur le Causse de Labruguière.
Le jeudi 16 reste une journée transitoire avant l’arrivée d’un retour d’est le vendredi 17 donnant de la neige au-dessus de 800 m tenant au sol au-dessus de 900/1000 m.

    

Le 18 : Interlude.​

Gris, brumeux avec brouillards le matin. Les éclaircies se profilent l’après-midi en premier par le Vaurais.

    

Du 19 au 22 : Pluie et vent de Nord-Ouest.

Pluies et averses s’en donnent à coeur-joie, notamment le lundi 21 où les cumuls en précipitations vont de 20 mm en plaine tarnais, 30 mm dans le Sidobre et jusqu’à 40 mm (Lacaune), voire 50 mm sur le Plateau d’Anglès (51 mm au Vintrou).
Et pour couronner le tout, le vent de nord-ouest souffle assez fort sur les crêtes cette même journée ainsi que le lendemain à plus de 70 km/h.

    

Du 23 au 25 : Maussade et humide​.

Le temps reste globalement gris et les nuages bas, portés le jeudi 24 par le vent d’ouest en plaine de nord-ouest modéré en montagne, apportent de la bruine en plaine avec quelques faibles pluies butant sur le versant au vent de la Montagne Noire et des Monts de Lacaune.
Le lendemain, le temps se met au sec et le ciel est temporairement dégagé le matin en montagne.

    

Du 26 au 28 : Froid, neige en montagne.

Samedi voit le passage d’une perturbation pluvieuse arrosant tout le Tarn l’après-midi jusqu’au soir.
En cours de nuit de samedi à dimanche le vent de nord-ouest se renforce, le temps se refroidit et un temps de giboulées se met en place.
Dimanche 27 et lundi 28 : Les giboulées se succèdent, portées par le fort vent de nord-ouest soufflant sur les plus hauts sommets tarnais.
La limite pluie-neige se situe vers 900 puis 500 m. Le sol blanchit au-dessus de 900 m sans donner toutefois d’épaisseur de neige notable au sol.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Brumes et brouillards ont été légions durant la première semaine.
Associés à de la pluie ou bruine verglaçante le mardi 01 au soir aux Cammazes et à Vaour.
Orages : Pas d’orages signalés malgré la présence de cumulonimbus le dimanche 27 et l’observation de grésil ce jour là à Cordes, Vabre et aux Cammazes.
Neige : Pas de hauteur de neige fraîche. Seulement la hauteur de neige totale du début du mois (du 01 au 06 ) provenant de l’épisode neigeux de fin janvier : 12 cm à Anglès, 5 cm à Lacaune et 3cm à Rouairoux ; notés le 01.

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2011

Caractère dominant du mois

Mois très arrosé partout et un peu plus chaud que la normale.

  

Précipitations

Mars 2011 fait le plein et très largement sur certains postes. L’excédent de pluie se situe entre 8 % dans l’Albigeois et 97 % dans le secteur de Lavaur.
Ces précipitations sont tombées principalement en deux vagues distinctes et déséquilibrées.
La première se situe entre le 12 et le 17, donnant une deuxième décade très arrosée et la seconde sur la fin du mois.

Même s’il présente des contrastes entre le nord et le sud du Tarn ce mois de mars est dans l’ensemble très arrosé. On note simplement une zone un peu sèche autour de Valence d’Albigeois avec seulement 56 millimètres d’eau recueillis.
Ailleurs l’excédent varie entre 8 % du coté d’Albi avec 68,1 mm et 316 % du coté de Rouairoux avec 408,2 mm. Certains postes, tel Lavaur, batte le record mensuel.
Ces pluies sont tombées en deux vagues principales.
La plus intense, entre le 12 et le 17, a eu pour conséquence des débordements de cours d’eau dans le sud et le sud-est du département, ainsi que des glissements de terrains.
Du 12 au 15 on a mesuré par exemple 393 millimètres à Labastide-Rouairoux, dont 150,9 au cours de la seule journée du 15.
Toute cette eau s’est retrouvée dans le Thoré qui est largement sorti de son lit.
La deuxième vague de pluie, beau coup moins marquée, se situe entre le 27 et le 31.
La neige a touché le Tarn une seule fois au cours de ce mois de mars, le 3. Elle n’a pas donné de quantité significative et n’a pas tenu au sol.

2011-03.png  

  

Températures

Elles se situent un peu au-dessus des valeurs habituelles, tant pour les maximales que pour les minimales. Les gelées ont été rares et peu intenses, ne descendant que très rarement sous les -3 degrés en montagne et -2 en plaine.

Les gelées ont été rares au cours de ce mois. Sur la plaine le thermomètre n’est pas souvent descendu sous le 0 degré. C’est arrivé 2 fois à l’aéroport de Castres et 6 fois dans l’albigeois.
En montagne le nombre de jours de gel varient entre 2 à Tanus et 11 à Lacaune.
De plus ces gelées n’ont pas été fortes.
La température la plus basse du mois a été relevée aux lacs des Montagnés sur la commune de Mazamet avec -3,5°C le 7.
Ces minimales ont connu une période très douce entre le 12 et le 19 mars du fait de la présence de l’Autan et une autre du 27 au 31 toujours à cause de l’Autan.
Les maximales, même si elles ont été plutôt douces, n’ont pas battu de record.
Elles n’ont jamais dépassé les 25 degrés puisque la température la plus élevée est de 24,2°C enregistrée à Burlats le 26.
Elles ont connu deux pics importants, d’abord le 11, puis entre le 23 et le 27 grâce cette fois à un ensoleillement très généreux durant ces journées.

  

Insolation

Le soleil s’est montré généreux, particulièrement au cours de la première décade. Au final on enregistre cinq heures de bonus par rapport à la valeur normale.

Le soleil a brillé 5 heures de plus qu’à l’habitude mais avec des contrastes. Il s’est montré généreux au cours de la première décade et plutôt absent la deuxième du fait des perturbations qui nous ont touché. La troisième décade est quant à elle normale.

  

Vent

C’est l’Autan qui a fait l’actualité principale de ce mois. Il s’est manifesté à trois reprises dans le Pays Castrais. Il a eu deux conséquences principales. Il a d’abord occasionné de nombreux dégâts les 11 et 12 mars, en soufflant jusqu’à 120 km/h sur le Causse de Labruguière. Il a ensuite amené de la douceur entre le 22 et le 26.
Le vent de nord-ouest a aussi soufflé mais de façon moins importante.
Il a atteint 77 km/h en pointes à Fraïsse-sur-Agoût le 17.

    

Faits marquants

- La neige s’est manifestée le 3 un peu partout mais n’a pas tenu au sol.
- Entre le 12 et 17, les pluies très abondantes tombées dans le sud et l’est du département ont occasionné de nombreuses inondations, notamment dans la vallée du Thoré mais aussi dans le Vaurais.
- Ces précipitations se sont parfois accompagnées d’orages et de chutes de grêle notamment le 16.
- A noter aussi le fort vent d’Autan qui a soufflé sur cette même période, parfois à plus de 110 km/h et qui a occasionné de nombreux dégâts aux bâtiments.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 11 : Maussade puis ensoleillé.

Les pressions sont élevées, autour de 1025 hPa. Un anticyclone est centré sur les Iles Britanniques et reste stationnaire avant de commencer à régresser à partir du 08.
La nébulosité est importante au cours des 3 premiers jours et c’est le 3 que se situe la seule chute de neige de ce mois de mars, qui ne tient d’ailleurs quasiment pas au sol. A partir du 4 le soleil domine.
Le vent d’ouest à nord-ouest est au programme des trois premiers jours. Il atteint des vitesses de 50 à 60 km/h des Monts de Lacaune au Ségala. Un vent faible et variable prend ensuite le relais avant l’arrivée en force de l’Autan le 11.
Les températures maximales sont plutôt froides jusqu’au 4 avant de remonter nettement.
Les minimales font quelques incursions sous le 0 degrés.

  

Du 12 au 18 : Beaucoup de pluie​.

Les pressions chutent brutalement et connaissent deux minima à 1000 hPa, un le 11 et un autre entre le 16 et le 17.
Le ciel est très nuageux et il pleut. C’est durant ces quelques jours que tombent la majorité des pluies sur le Tarn. La journée du 12 est très arrosée avec entre 10 et 20 mm en moyenne sur les zones de plaine et jusqu’à 120 mm dans la vallée du Thoré. Il pleut un peu moins le 13 mais du 14 au 16 de nouvelles pluies abondantes nous touchent ainsi que des orages dans le Lauragais et le Vaurais.
Des cours d’eau débordent dans le sud et le sud-est du département.
Le vent d’Autan souffle fort, à près de 120 km/h dans le Pays Castrais et 108 km/h dans le Ségala.
Il cause des dégâts, notamment autour du 12.
Les températures minimales sont douces et les maximales varient peu, comprises entre 10 et 12 sur le relief et 15 à 16 ailleurs.

  

Du 19 au 26 : Nuages puis soleil.

Les pressions remontent aussi brutalement qu’elles avaient chuté.
Elles atteignent 1030 hPa dès le 18, puis 1035 le 23 et le 24. Elles baissent ensuite régulièrement jusqu’au 27.
Le soleil envahit le Tarn hormis aux versants sud de nos montagnes où de temps à autre des nuages apportent de petites averses.
Le vent d’Autan fait à nouveau l’actualité. Il est toutefois moins fort qu’au cours de la période précédente. Il varie entre 60 et 80 km/h du pied de la Montagne Noire aux Monts d’Alban et beaucoup moins dans le Gaillacois et l’Albigeois.
Les températures bénéficient de l’effet réchauffant de l’Autan. Il n’y a pas de gelées durant ces quelques jours et les températures nocturnes restent assez douces.
Coté maximales c’est dans cette période que les valeurs les plus fortes sont enregistrées.

    

Du 27 au 31 : Gris et pluvieux.​

Les pressions affichent 1010 hPa le 27 avant de remonter jusqu’en fin de mois.
Les nuages sont de retour, porteurs de pluies faibles et localement un peu plus abondante en montagne.
Le vent d’ouest est de retour. Il dépasse parfois les 60 km/h sur les crêtes.
Les températures nocturnes sont douces et celles de la journée conformes aux valeurs de saison.

    

Phénomènes divers

Brouillard : On a surtout vu le brouillard en zone montagneuse, du fait des nuages de perturbation accrochant le relief.
Orages : Des orages ont accompagné les précipitations en milieu de mois.
Ils ont surtout touché la partie sud-ouest du département.
Grêle : De petites chutes de grêle ont été signalés le 16, notamment du coté de Puylaurens.​

   

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2011

Caractère dominant du mois

Peu de pluie, de la chaleur et du soleil… un avant-goût d’été.

  

Précipitations

Avec un seul épisode pluvieux significatif au cours du week-end de pâques, le département enregistre un déficit hydrique record ou proche des valeurs les plus sèches jamais relevées.

Comme l’illustrent les graphiques ci-dessus, la pluie a été la grande absente de ce mois d’avril.
Les seuls passages pluvieux significatifs se sont produits au cours du week-end de Pâques mais ne suffisent pas à combler le déficit hydrique des semaines précédentes… et suivantes.
En effet, au moment de la rédaction de ce bulletin, le mois de mai, bien entamé, s’annonce lui aussi très sec.
A Albi, avec 17 millimètres, avril 2011 est le plus sec depuis le début des mesures en 1977. Ce mois est également au 1er rang à Valence d’Albigeois et Montredon-Labessonnié depuis 1952.
Sur l’ensemble du Tarn, 2011 se situe entre le 1er et le 5ème rang des mois d’avril les plus secs, souvent derrière 1955.
On observe le rapport à la normale le plus bas, souvent inférieur à 10%, sur un grand quart nord-est du département.
Malgré les pluies excédentaires du mois de mars, le cumul des précipitations des 4 premiers mois de cette année est inférieur à la moyenne. Le déficit hydrique est d’environ 30% depuis le 1er janvier.
Avril 2011 n’a donc pas tenu ses promesses, puisqu’il est normalement, après mai, le mois le plus pluvieux de l’année sur la plaine tarnaise...

2011-04.png  

  

Températures

La moyenne se situe 3 à 4 degrés au-dessus des valeurs de saison et ce mois d’avril est aussi chaud qu’un mois de mai. Du 6 au 9, le mercure s’est approché des 30 degrés sur la plaine tarnaise.

Les températures ont largement contribué au caractère par moments estival de ce mois d’avril.
Par exemple, à Albi, les maximales ont presque toujours dépassé les 20 degrés, et ont même frôlé les 30 degrés du 6 au 9, ce qui est tôt dans la saison.
Les gelées nocturnes n’étaient pas d’actualité, excepté un petit 0 degré du côté de Fraïsse sur Agout le 13 au matin.
La moyenne mensuelle est équivalente à celle d’un mois de mai « classique », avec 15,4 degrés à Albi, 16,2 à Dourgne, 11,7 à Lacaune. Ces valeurs sont 3 à 4 degrés au-dessus des normales saisonnières.
Les températures minimales se situent entre le 1er et le 3ème rang des années les plus chaudes. Les maximales, quant à elles, placent 2011 en tête sur la plaine, à Albi ou à Dourgne, ou derrière 2007 à Lacaune.
Après février et mars, ce mois d’avril continue la série des mois présentant des températures supérieures aux normales... série qui semble se poursuivre avec le mois de mai en cours, à l’heure de la rédaction de ce bulletin.
Le premier quadrimestre de cette année 2011 est donc plutôt doux avec le mois de janvier pour seule faible « anomalie » froide. La moyenne de ces quatre mois se situe 1 à 2 degrés au-dessus des valeurs normales.

  

Insolation

Le soleil a illuminé le ciel albigeois pendant 271 heures, soit 90 heures de plus que la moyenne. Avril 2011 est au second rang des mois d’avril les plus ensoleillés, après 1997.

A Albi, avec 18 jours à plus de 10 heures d’ensoleillement, et 271 heures au total pour une moyenne de 182 heures, 2011 est au second rang des mois d’avril les plus lumineux, derrière 1997, depuis le début des mesures en 1989. A Toulouse, on retrouve à nouveau le printemps 1955 devant 1997 et 2011.

  

Vent

Les vents se sont partagés équitablement entre l’est et l’ouest, comme l’illustre la rose ci-contre.
L’Autan a soufflé 8 jours à plus de 60 km/h sur le Causse de Labruguière, pour une moyenne de 7 jours en avril, avec toutefois une période de plus forte intensité, du 18 au 22. Ce vendredi-là, l’Autan s’est déchaîné sur tout le département.
Ce mois d’avril n’a donc pas présenté de caractère exceptionnel… au moins pour le paramètre « vent ».

    

Faits marquants

- Epargné par le mauvais temps, le Tarn n’a pas connu de phénomènes remarquables.
- L’épisode de fort vent d’Autan, bien que classique en cette saison, a toutefois causé quelques dégâts sur l’ouest et le sud tarnais, en particulier lors de son paroxysme, le 22.
- En ce début de printemps, il reste bien sur à surveiller les conséquences du manque de précipitations, et de l’excès de chaleur et de soleil, au cours des prochains mois.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 19 : Chaud et sec.

Les conditions anticycloniques sont bien installées sur la France, ne laissant passer que deux perturbations très atténuées.
La pression atmosphérique commence à baisser à partir du 14 et le flux d’altitude s’oriente peu à peu au sud-ouest sur notre région.
La nébulosité est chargée le 3 et les 10-11 au passage des perturbations. Le reste du temps, le soleil brille très généreusement dans un ciel bien dégagé. Le bilan de ces deux premières décades est logiquement sec et très ensoleillé.
Le vent d’Autan souffle modérément en tout début de mois puis le vent d’ouest domine une bonne partie de la période, jusqu’au 16. L’Autan se lève à nouveau ensuite.
Les températures sont quasi estivales, surtout du 6 au 9 avec près de 30 degrés sur la plaine tarnaise, et très nettement au-dessus des moyennes de 2 à 3 degrés pour les minimales, de 4 à 5 degrés pour les maximales.

  

Du 20 au 30 : Un peu de pluie​.

En marge des dépressions circulant sur l’Espagne et la Méditerranée, la région est soumise à des flux de sud-est à nord-est passagèrement perturbés, surtout au cours du week-end de Pâques.
La nébulosité est temporairement plus importante du 23 au 27 mais le soleil nous accorde de belles journées du 20 au 22 et du 28 au 30.
Le vent de sud-est souffle fort jusqu’au 24, atteignant 90 à 100 km/h dans le domaine de l’Autan du 20 au 22, puis il reprend modérément en toute fin de mois. Entre temps, c’est un vent d’ouest faible à modéré qui s’installe.
Les températures restent comprises entre 20 et 25 degrés en plaine, et les nuits sont souvent douces. Même si les seules pluies significatives du mois tombent au cours de cette décade, une ambiance très agréable se maintient.

     

Phénomènes divers

Brouillard : La plaine tarnaise s’est réveillée sous le brouillard le 1er, conséquence des pluies de la fin du mois de mars. Les nuages bas ont réduit la visibilité sur les hauteurs des Monts de Lacaune au plateau d’Anglès, entre le 9 et le 12.
Du 24 au 26, le temps plus perturbé a favorisé la formation de brouillards locaux.
Orages : Le phénomène ne s’est beaucoup manifesté en ce printemps très clément.
Les pluies du 25 ont été accompagnées de coups de tonnerre, ainsi que les averses du 29 mais de façons très localisée, entre Paulinet et Villefranche d’Albigeois.
A Albi, on a observé un jour d’orage pour une moyenne de 2 jours.
Grêle : Les averses ont donné un peu de grêle le 25 sur l’albigeois et le Graulhetois, et le 29 du côté de Mazamet. Les intensités et diamètres des grêlons sont restés faibles.

   

Source : Météo France

   

   

    

MAI 2011

Caractère dominant du mois

Beau et chaud.

  

Précipitations

La vague de chaleur qui a débuté au mois d’avril n’a été interrompu que par des averses orageuses. Ces orages ont été assez actifs du Lauragais au Sidobre ainsi que sur le Salvagnacois le 30. La sécheresse s’intensifie au nord de la Rivière Tarn, elle se stabilise plus au sud.

Après un mois d’Avril exceptionnellement sec, nous attendions avec impatience les pluies traditionnelles de mai… Hélas, tout le monde n’a pas été servi avec le maintient d’un temps chaud et sec seulement interrompu à trois reprises sur l’ensemble du mois. Si les pluies du milieu de mois les  3 et 14 ont été assez uniformes avec 10 à 20 mm en plaine comme en montagne, celles du 3 et du 30-31 n’ont touché que la moitié sud-est du Tarn et l’extrême nord-ouest en fin de mois.
Il en découle un bilan très mitigé avec une aggravation assez marquée de cette sécheresse printanière du Gaillacois à l’Albigeois ainsi que sur le plateau Cordais ; avec seulement 30 mm sur le mois, le déficit est de 60% et atteint 70% depuis le mois d’Avril.
Du Sidobre au plateau d’Anglès en passant par le Pays Castrais, les pluies de mai sont normales mais concentrées en très peu de temps.
Par exemple à Montredon-Labessonnié il est tombé 116 mm dont 46 mm en 12h le 3 et 51 mm en 12h dans la nuit du 30 au 31 soit plus de 80% des pluies mensuelles en 24h !
Avec 49 mm en 2 mois à Albi, seul avril-mai 1982 a été plus sec depuis 1977 avec 46 mm de relevés.

2011-05.png  

  

Températures

Avec une moyenne record de 25°C en journée sur la plaine tarnaise c’est une ambiance estivale qui a régné sur notre département.
La douceur est moins marquée le matin après des nuits souvent étoilées.

Après la chaleur exceptionnelle d’Avril, beaucoup craignaient le retour du froid en mai… Il n’en a rien été avec la poursuite de la chaleur durant pratiquement tout le mois.
Le mercure dépasse régulièrement les 25 degrés en journée et la barre des 30 degrés est franchie ponctuellement les 11, 23, 25 et 29. Cette ambiance estivale est un atténuée par des matinées un peu fraîches après des nuits calmes et bien étoilées.
L’amplitude thermique est souvent très importante, dépassant les 20 degrés. Par exemple le dimanche 29, le jour se lève à Lautrec avec 6,8 petits degrés et, à la faveur d’un puissant soleil, on relève 31,9 en fin de journée soit plus de 25°C d’amplitude !
Faute de pluie pour les agriculteurs, le Tarn profite donc d’un temps particulièrement doux et nous sommes loin d’un risque de gelée tardive avec 5 degrés de minimum sur le Gaillacois et le Vaurais, 3 degrés le 16 sur les thermomètres de Lacaune et du Lac des Montagnés à Mazamet.
Sur le Lauragais ainsi qu’au pied de la Montagne Noire, le vent d’Autan a maintenu des températures nocturnes particulièrement élevées avec 18°C de minimum le 7 à Dourgne ; 17,7°C à Labruguière le 30.
Les températures maximales sont de 4°C supérieures à la normale, les minimales de 1°C. Malgré 17 jours chauds (>25°C) nous sommes loin du record absolu de chaleur pour un mois de mai avec 35,5°C enregistré le 31/05/1994 à Lavaur.

  

Insolation

Avec plus de 9 h par jour de présence en moyenne sur le mois, le soleil à brillé autant qu’en avril. L’excédent en insolation est de plus de 50 h.
Heureux sont les producteurs d’énergie photovoltaïque...

Avec 280h de présence, le soleil fut l’attraction principale de ce mois, brillant à de nombreuse reprises du matin jusqu’au soir.
L’excédent est de plus de 50h par rapport à la moyenne. Le soleil aura donc brillé autant que lors d’un mois de juillet normal !

  

Vent

Le mois débute avec un vent d’Autan très présent, soufflant les 1 et 2 puis du 5 au 9 avec des rafales dépassant les 80 km/h dans son domaine, jusqu’à 100 km/h sur le Causse de Labruguière. Ensuite, le vent reste assez faible dominé par un régime de brises thermiques, descendant les vallées le matin et les remontant l’après-midi. Le vent de nord-ouest souffle un peu en fin de mois, sans excès.

    

Faits marquants

- Le fait le plus remarquable est l’absence de perturbation océanique durant ce mois traditionnellement le plus pluvieux de l’année. Les seuls passages pluvieux significatifs ont découlé d’une dégradation orageuse typiquement estivale… au mois de mai !
- Ces orages ont donné localement de fortes pluies entre 40 et 50 mm en quelques heures.
- Le vent d’Autan n’a pas été très fréquent mais il a soufflé fort du 5 au 9 avec des pointes dépassant les 100 km/h sur le Causse de Labruguière le 7.
- La sécheresse devient inquiétante du Ségala au Gaillacois nécessitant les premières mesures de restriction d’irrigation notamment sur le bassin du Cérou.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Dégradation orageuse.

Les pressions atmosphériques sont dépressionnaires et après un début de mois bien ensoleillé le temps se gâte assez rapidement avec l’arrivée d’averses orageuses le 3.
Les pluies touchent une large moitié sud-est du Tarn, elles sont localement abondantes avec 51,9mm de relevés à Puylaurens, 30 à Castres et 45 à Montredon-Labessonnié.
Le vent d’Autan souffle dans son domaine durant les deux premiers jours du mois avant de céder le 3 au moment des orages.
Les températures restent douces pour la saison, supérieures à 20 degrés en plaine.

  

Du 4 au 12 : Sec et chaud​.

Les pressions atmosphériques sont dépressionnaires et après un début de mois bien ensoleillé le temps se gâte assez rapidement avec l’arrivée d’averses orageuses le 3.
Les pluies touchent une large moitié sud-est du Tarn, elles sont localement abondantes avec 51,9 mm de relevés à Puylaurens, 30 à Castres et 45 à Montredon-Labessonnié.
Le vent d’Autan souffle dans son domaine durant les deux premiers jours du mois avant de céder le 3 au moment des orages.
Les températures restent douces pour la saison, supérieures à 20 degrés en plaine.

  

Du 13 au 16 : Pluvieux, et un peu frais.

Le temps se gâte avec l’arrivée de pluies d’origine océanique.
Les précipitations sont généralisées apportant les premières pluies significatives sur l’ensemble du Tarn depuis… le mois de Mars !!
La lame d’eau moyenne est comprise entre 15 et 30 mm limitant ainsi un peu la sécheresse en cours...
Le vent est faible en plaine, de nord-ouest en montagne.
Les températures, sont en nette baisse, passant en dessous des normales saisonnières.
Les nuits sont même froides avec 3 à 6 degrés au lever du jour le 16 avec le retour d’un ciel dégagé.

    

Du 17 au 29 : Estival.​

L’Anticyclone des Açores s’installe au large des côtes atlantiques.
Dans un courant faible d’Ouest, le soleil domine largement et les températures grimpent, flirtant avec les 30°C en plaine.
A noter quelques averses orageuses le 21 localisées sur le plateau d’Anglès et la vallée du Thoré.

    

Du 30 au 31 : Pluies orageuses​ !

Dans un courrant chaud de sud-ouest, une dégradation orageuse s’organise pour la fin du mois.
Les pluies sont abondantes des Monts d’Alban à la Montagne Noire avec 30 à 50 mm mais la sécheresse s’aggrave sur le plateau Cordais ne recevant que 5 à 10 litres d’eau par mètre carré.
Les températures baissent et le mois se termine dans une petite fraîcheur agréable.

  

Phénomènes divers

Brouillard : Très peu de brouillard ce mois-ci.
Orages : Les 3 passages pluvieux du mois ont été instables et des orages ont éclatés les 3, 13, 14 et 30 mai. Ainsi que localement le 21.
Grêle : Les orages sont restés modérés et le grêle n’a pas fait de dégât significatif à notre connaissance.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2011

Caractère dominant du mois

Sec, léger manque de soleil avec des températures très changeantes, passant par des séquences froides et chaudes.

  

Précipitations

Le cumul mensuel fait apparaître un déficit pluviométrique généralisé, la zone la plus touchée étant située au nord de la rivière Tarn, de la Grésigne au Ségala. La quasi-normalité, il faut aller la chercher sur l’extrême sud du département, de la Montagne Noire à la haute vallée du Thoré.

Poursuite en juin d’un état de manque d’eau déjà crucial en mai et chronique depuis avril.
Les séquences pluvieuses ont donné des quantités très irrégulièrement réparties, notamment durant les cinq jours d’orages.
La plus forte pluie de 36 mm tombée en 24 h. sur le mois a eu lieu le 03 à Labastide Rouairoux sous orage.
C’est durant la première décade qu’il a plu le plus, donnant même à Lacaune un léger excédent de 1% par rapport à la moyenne de 43 mm.
La seconde fut pratiquement sèche et la troisième, soumise aux aléas des pluies orageuses des 28 et 29, a été contre-productive... en mm !
Ce qui donne un déficit pluviométrique mensuel variant de 10 à 80 % du sud au nord du département.
Le manque d’eau est révélé par le cumul pluviométrique depuis le 01 janvier : 238 mm à Albi soit un manque de 38%. Cela se retrouve en bilan hydrologique où le cumul des pluies depuis le 01 septembre 2010 à Albi présente également un déficit de 28 %. Ce mois de juin se classe au 9ème rang des mois de juin les plus secs à Albi depuis 1977. Lacaune, pour la même période, se classe au 16ème rang.

2011-06.png  

  

Températures

Par des hauts et des bas les deux tiers du mois et une petit pic de de chaleur en dernière décade, ce mois de juin se classe comme légèrement plus chaud que la normale.

Ce qu’il faut retenir: Il a fait le plus froid le premier jour du mois : 3,5°C relevés à Murat-Fraïsse, 6,5°C à Montels et à Labastide Rouairoux.
Il n’y eut que deux jours, le dimanche 26 suivi du lundi 27 où les températures ont dépassé les 35°C : Il a fait 37,7°C à Castanet, 31°C au lac les Montagnès. Dans le Sidobre, il a fait près de 30°C. A noter les 9 jours de températures chaudes (température supérieure aux 30°C) à Florentin, 6 jours à Burlats.
La température minimale la plus chaude a eu lieu entre ces deux journées, la température nocturne n’est pas descendue en dessous de 22°C à Montredon Labessonnié.
Cela donne au niveau départemental et en moyenne des températures minimales un écart légèrement positif par rapport à la normale ; Excepté les secteurs du Vaurais, Lautrecois et la haute vallée du Thoré où le déficit s’échelonne de 0,5 à un peu plus de 1°C par rapport à la normalité.
Nous trouvons également un écart globalement positif en moyenne des températures maximales ; Excepté l’extrême Est du département englobant les Monts de Lacaune et la haute vallée du Thoré : Manque allant jusqu’à 1°C, voire plus du côté de Murat sur Vèbre.
En moyenne des températures moyennes, cela donne un bilan contrasté allant de -0,5 à +0,5°C par rapport à la normale.
Par ses 19,2°C, cela classe Albi au 13ième rang sur 31 depuis 1981 en valeur croissante, le mois de juin le plus froid demeure 1992 (17,2°C), le plus chaud juin 2003 (25°C). A Lacaune, la moyenne des moyennes est de 15,1°C. Cela classe ce poste au 12ème rang sur 31, le mois le plus froid reste juin 87 (13,6°C), le plus chaud juin 2003 (20,9°C).

  

Insolation

L’ensoleillement du mois présente un léger manque de soleil, causé essentiellement en première décade où le manque a atteint les 50%. La deuxième, légèrement au-dessus de la moyenne et la troisième décade excédentaire n’ont pu inverser à temps la tendance.

La première décade se classe au 2ème rang, comme très sombre décade, derrière juin 1992.
La 2ème se trouve dans la moyenne et il faut attendre la 3ème pour voir un bon ensoleillement, notamment du 24 au 27 et le 30. Classant ce mois (214 heures) en valeurs croissantes 6ème sur 23 depuis 1989.

  

Vent

Le vent d'Ouest à Nord-Ouest a dominé le devant de la scène durant tout le mois, étant cause principale des périodes de rafraîchissement du temps.
Nous avons compté 12 jours de rafales de vent supérieures aux 60 km/h pour cette direction contre seulement 2 jours d’autan fort les 22 et 27 sur le Causse de Labruguière.
La pointe maximale du vent sur le mois a été de 90 km/h, par vent de nord-ouest, le premier jour du mois à Murat-Fraïsse !

    

Faits marquants

- Les cinq jours d’orages dont celui du 21, jour de la fête de la musique.
- Ces orages n’ont pas été à la hauteur de nos espérances quant aux précipitations attendues pour les apports aux débits des rivières, remplissage des barrages, aide à l’irrigation et atténuation de l’état actuel de sécheresse dans le Tarn.
- Les deux jours de fortes chaleurs du dimanche 26 au lundi 27 avec une nuit chaude intercalée où souffla un petit vent d’autan.
- C’est l’influence atlantique qui a prévalu sur le Tarn, l’autan s’est fait tout discret.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 2 : Maussade et frais.

Ce mois de juin débute sous une fraîcheur atypique. De plus la pluie s’invite de manière faible mais insistante.
Et pour couronner le tout, le vent de nord-ouest souffle en rafales sur les hauteurs.

  

Du 3 au 8 : Agité !

Le temps devient instable, donnant des averses par vent de nord-ouest soufflant en rafales de 60 km/h sur les plus hautes cimes. Trois journées retiennent plus particulièrement notre attention : Les 3 , 4 et 7 où les orages ont donné.
Côté températures, elles retrouvent leur norme les 5 et 6, grâce à quelques souffles d’autan, en dépassant de peu la barre des 25°C, cela avant de replonger en dessous de la normalité.

  

Du 9 au 10 : Frais pour la saison.

Le jeudi 9 est une journée ensoleillée.
Le lendemain, la bruine revient suivie d’averses éparses l’après-midi. Par vent de nord-ouest modéré, la sensation de fraîcheur est de nouveau ressentie.

    

Du 11 au 15 : Mitigé !​

Si les journée des 11, 12 , 14 et 15 demeurent potables par l’absence d’eau et un soleil perçant parmi les nuages, il n’en est pas de même de la du lundi 13 qui voit le retour des pluies, débutant le matin et se poursuivant jusqu’en début d’après-midi sous forme d’averses.
Le vent d’ouest à nord-ouest est dominant et les températures restent en deçà des valeurs nominales. Le 14, il s’essouffle et il ne subsiste que quelques brises le 15.

    

Du 16 au 18 : Retour des précipitations.

Le temps demeure frais et instable le jeudi 16 donnant des ondées très localisées par vent d’ouest. Le vendredi 17, le ciel devient nuageux, donnant dans un premier temps quelques gouttes, l’autan empêchant les pluies d’affecter notre département. Cependant celui-ci tombe le soir, suivi d’un  petit coup de vent d’ouest et le passage en fin de nuit et matinée du samedi 18 d’une zone faiblement pluvieuse.
L’après-midi du 18, il ne subsiste plus que quelques averses. Le temps se refroidit alors nettement par le vent de nord-ouest soutenu en montagne.

    

Du 19 au 20 : Frémissements de l'été​.

Le temps se remet au sec tout en ayant un avant–goût de l’été. Les nuages demeurent prédominants du Ségala aux Monts de Lacaune alors que le temps ensoleillé est de mise en plaine.
Lundi 20, le soleil règne en maître.
Les températures sont carrément estivales, franchissant la barre des 30°C en plaine.

        

Du 21 au 23 : Peu de pluies.​

Coups de tonnerre et pluies orageuses accompagnent la fête de la musique tard dans la nuit, pluies décidément très irrégulièrement réparties. Le mercredi 22 : Pluies et bruines prennent le relais toujours en quantité faibles mais rafraîchissant l’atmosphère. Cela d’autant plus qu’il souffle un vent de nord-ouest.
Dernières pluies résiduelles jeudi 23 en matinée.

    

Du 24 au 27 : Petite vague de chaleur​ !

Le soleil donne, chaque jour un peu plus, faisant du dimanche 26 et lundi 27 des journées quasi caniculaires avec en prime du vent d’autan soufflant dès dimanche après-midi.

    

Du 28 au 30 : Très fluctuant, avec orages​.

Grâce au vent d’ouest, la chaleur est devenue supportable ce mardi 28 avec passage en prime d’une zone pluvio-orageuse dans la nuit de mardi à mercredi ; arrosant très inégalement le Tarn. Mercredi 29, la fraîcheur est de mise sous nuages bas et vent de nord-ouest soutenu sur le relief ; L’après-midi, le temps devient instable. Le soleil revient en force le dernier jour du mois après dissipation en début de matinée des plaques de strato-cumulus traînant aux abords du relief. A noter les rafales de 60 km/h dans la vallée du Thoré ainsi que sur les points hauts du relief.

    

Phénomènes divers

Brouillard : De la plaine au versant nord de notre relief. A noter les 3 jours dans le Sidobre et les 5 jours dans les Monts d’Alban.
Orages : C’est à Cordes que le tonnerre a retenti le plus de fois, sans apporter d’eau conséquente : 5 jours !
Grêle : Aucune chute de grêle ou de grésil signalée sur nos postes bénévoles du Réseau Climatologique d’État.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2011

Caractère dominant du mois

Ce mois de juillet restera comme un mois maussade, souvent perturbé et frais, assez loin des mois de juillet habituels.

  

Précipitations

Elles sont très abondantes aussi bien en plaine qu’en montagne. Le sud du département est particulièrement arrosé et à Albi-Le Séquestre c’est le troisième mois de juillet le plus pluvieux depuis le début des mesures en 1977, après 1992 et 1996.

Après une première décade quasiment sèche le ciel ouvre les vannes à partir du 12 juillet au soir avec un orage, le seul du mois en de nombreuses régions.
On note trois séquences pluvieuses principales, du 12 au 13, puis du 16 au 20 et enfin du 24 au 26.
La répartition spatiale de ces précipitations est assez inégale.
Les secteurs de la Montagne Noire et du plateau d’Anglès sont très arrosés avec plus de 200 mm aux Cammazes.
Il pleut aussi beaucoup du Ségala aux Monts d’Alban et aux Monts de Lacaune.
L’albigeois, le graulhetois et la région de Castres sont aussi très arrosés, avec par exemple 101 mm à Castanet et 107.7 à Dourgne.
Le Gaillacois et le Vaurais, même s’ils voient tomber un peu moins de pluie, sont très excédentaires avec souvent plus 80 mm.
C’est, une fois n’est pas coutume, dans la haute vallée du Thoré et aux versants sud des Monts de Lacaune que l’on trouve les postes les plus secs avec 58 mm à Fraïssesur-Agoût et 64 à Labastide-Rouairoux.

2011-07.png  

  

Températures

Ce mois de juillet est globalement frais malgré une première décade estivale.

Juillet 2011 est un mois frais.
Du 1 au 12, les maximales dépassent à plusieurs reprises les 30 degrés en plaine, avec un pic à 36,7 °C le 11 à Burlats, valeur la plus élevée du mois sur le Tarn.
Toujours sur cette période, les minimales sont assez fraîches et c’est le premier jour du mois que l’on enregistre les valeurs les plus basses sur la plaine, avec par exemple 7,9° C à Cadalen.
Le 13 on note une baisse de plus de 10 degrés pratiquement partout suite à l’orage de la veille avec des maximales guère supérieures à 20°C.
L’ambiance se réchauffe un peu vers le 16 avec à nouveau des températures proches des valeurs estivales.
Du 18 au 25 nous vivons un épisode particulièrement frais, avec des minimales la plupart du temps inférieures à 15°C sur la plaine et 10°C en montagne. Le 24 au matin il ne fait pas plus de 6,2°C à Fraïsse-sur-Agoût, valeur la plus froide du mois sur le département, et 10 °C à Florentin.
A partir du 26 les maximales commencent à grimper de façon régulière.
Elles terminent le mois au niveau des valeurs de saison.
Les minimales ne suivent pas la même pente et connaissent une nouvelle faiblesse, notamment sur la plaine entre le 29 et le 31.​

  

Insolation

Le soleil s’est montré plutôt chiche avec les tarnais. On l’a surtout vu en première décade et sur les tous derniers jours du mois.

Avec un peu plus de 230 h d’ensoleillement ce mois de juillet présente un déficit de plus de 10% par rapport à la normale.
C’est surtout du 16 au 28 que le manque est le plus criant mais on note aussi des journées très peu ensoleillées le 3, 6 et 7, ainsi que le 13 juillet.

  

Vent

Le vent d’Autan s’est montré très discret au cours de ce mois. Il a soufflé le 3 puis le 11 et le 12. Ce dernier jour il a atteint 75 km/h à l’aéroport de Castres-Mazamet.
C’est donc le vent d’ouest à nord-ouest qui a soufflé le plus souvent et qui nous a amené ce temps souvent frais et perturbé.
C’est sur les hauteurs des Monts de Lacaune qu’il s’est montré le plus fort avec près de 90 km/h le 19 à la station de Fraïsse-sur-Agoût.

    

Faits marquants

- Ce mois de juillet restera dans les mémoires comme un mois très maussade, notamment pour les vacanciers.
- Du point de vue météorologique, on retiendra surtout l’orage du 12 qui s’est montré particulièrement fort au pied et sur la Montagne Noire. Il a en effet donné d’importants cumuls de précipitations sur ces secteurs et des chutes de grêle, notamment vers Mazamet et Arfons.
- Au cours de cet épisode orageux les services de secours ont été fortement sollicités, suite à des dégâts occasionnés aux biens.
- Toujours du coté de la Montagne Noire on retiendra aussi un fort cumul de pluies mensuel avec des valeurs comprises entre 130 et 200 mm.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 12 : Estival.

Les pressions commencent à baisser en début de mois avant de devenir très faiblement anticyclonique.
Elles chutent le dernier jour de la période.
Dans un courant d’ouest puis sud-ouest, ne circulent que des perturbations atténuées, avant l’arrivée le 12 au soir d’un épisode orageux marqué, donnant des pluies abondantes et un peu de grêle sur le sud Tarn.
La nébulosité est changeante avec des journées assez lumineuse mais aussi trois jours très nuageux.
Le vent d’ouest souffle la plupart du temps. Il se montre assez marqué en montagne. L’Autan se manifeste en fin de période avant les orages.
Les températures sont souvent estivales et conformes à la saison.
Elles connaissent une petite faiblesse le 1 du coté des minimales et le 3 au niveau des maximales.

  

Du 13 au 16 : Frais, puis normal​.

Les pressions remontent pour se stabiliser au-dessus de 1020 hPa.
Dans un courant d’ouest un épisode pluvieux affecte le Tarn le 13, puis un temps sec et assez bien ensoleillé s’installe avant une dégradation à compter du 16 en soirée.
La nébulosité est forte le premier jour, puis le ciel devient beaucoup plus lumineux.
Le vent de secteur ouest reste sensible, en particulier sur les zones d’altitude.
Les températures passent par un minimum le 13 avant de remonter à près de 30 degrés sur la plaine le 16.

  

Du 17 au 25 : Maussade et frais.

Les pressions baissent le 17. Elles remontent le lendemain puis s’effondrent le 19 jusqu’à 1005 hPa, valeur la plus basse du mois. Elles deviennent ensuite anticycloniques jusqu’au 25.
Dans un courant d’ouest à nord-ouest de nombreuses perturbations affectent notre département en apportant souvent des pluies.
La nébulosité est chargée et l’insolation s’en trouve très réduite.
Le vent est assez marqué, toujours de secteur ouest à nord-ouest. Il rafraîchit l’atmosphère.
Les températures sont basses et ne dépassent que rarement les 20 degrés sur la plaine.

    

Du 26 au 31 : Vers du mieux !​

Les pressions remontent et sont presque toujours supérieures à 1015 hPa.
Dans un courant de sud-ouest peu marqué les perturbations évitent le Tarn.
La nébulosité est de plus en plus faible au fil des jours.
Le vent d’ouest à nord-ouest reste d’actualité. Il est modéré dans les vallées et un peu plus marqué en zone montagneuse.
Les températures repartent à la hausse pour terminer le mois au niveau des valeurs de saison.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Rien à signaler à ce chapitre.
Orages : On gardera surtout en mémoire l’orage du 12 juillet au soir qui a touché l’ensemble du département et occasionné des dégâts dans les secteurs de Mazamet et d’Arfons où la grêle s’est abattue.
Grêle : On la trouve le 12 au soir au pied de la Montagne Noire. La taille des grêlons est de 3 cm environ.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2011

Caractère dominant du mois

Mois estival, chaud et sec.

  

Précipitations

Mis à part la journée du 7 faiblement pluvieuse, les pluies du mois se sont essentiellement produites sous forme d’averses orageuses.
Les quantités sont faibles excepté sur le Ségala-Carmausin touché par un violent orage le 31.

Le ciel est resté clément durant les 30 premiers jours du mois avec seulement quelques averses orageuses les 6 et 26 août.
Ces pluies limitent un peu la sécheresse mais le bilan global est un mois sec avec des cumuls mensuels souvent nettement inférieurs aux normales saisonnières.
Seul le Ségala-Carmausin enregistre des bilans excédentaires essentiellement dus à un violent orage le 31 au soir où de très fortes pluies ont été observées en quelques heures avec 70 mm à Trévien et certainement plus de 100 à 120 mm sur Carmaux et ses communes limitrophes.
La grêle s’est aussi mêlée à la pluie provoquant de nombreux dégâts matériels.
Lé déficit en pluviométrie est souvent supérieur à 50%, jusqu’à 80% dans le pays Castrais ou le Lautrecois.
Les vacanciers les plus « chanceux » auront choisi les seconde et troisième semaines d’Août pour visiter notre beau département avec un temps quasi sec sous un soleil généreux.

2011-08.png  

  

Températures

La chaleur est de retour mais il faut attendre la seconde moitié du mois pour observer la période la plus chaude avec une courte période caniculaire les 20 et 21.

La chaleur est de retour après une dernière quinzaine de juillet particulièrement fraîche mais il faut attendre la seconde quinzaine du mois d’Août pour vivre la première vague de très forte chaleur de l’année avec une alerte canicule les 20 et 21. Durant cette période, la barre des 40 degrés est localement atteinte sur la plaine Gaillacoise avec des nuits très douces dans le pays Castrais où le vent d’Autan souffle modérément.
Les températures maximales sont en très nette hausse avec une moyenne de 30 degrés en plaine soit 4 degrés de plus qu’en juillet ! L’écart est un peu plus réduit en ce qui concerne les températures minimales avec des nuits qui se rallongent souvent dépourvues de nuages.
La nuit la plus froide du mois a lieu le 28 avec des températures en plaine inférieures à 10 degrés. Sur Lacaune, le thermomètre affiche au lever du jour 6 petits degrés.
Le nombre de jours très chauds (où le mercure dépasse les 30°C) s’élève à 16 sur Albi dont 11 après le 15 Août ce qui est assez remarquable.
Nous restons tout de même très loin des records de chaleur de 2003 où nous avions observé 25 jours très chauds.

  

Insolation

Un mois d’Août chaud et sec s’accorde logiquement avec un ensoleillement important. Sur Albi l’insolation quotidienne dépasse les 10 h à 13 reprises et le cumul mensuel s’élève à 267 h contre une normale de 256 h.

Le soleil brille généreusement dès le 1er du mois mais il faut attendre la seconde décade pour observer plusieurs jours consécutifs d’insolation quasi continue. Avec 266 h de présence sur la plaine albigeoise, le soleil aura brillé 10 h de plus que la moyenne, 36 h de plus qu’en juillet...

  

Vent

Le vent d’Ouest et l’Autan, les deux Grand vents dominants du département ont régulièrement alterné dans le ciel tarnais. En effet, l’Autan s’est fait ressentir à 9 reprise mais il est resté modéré, plafonnant entre 60 et 70 km/h.
Le reste du temps, c’est un vent d’Ouest à nord-ouest souvent issu de brises thermiques qui a soufflé faiblement. A Albi, la vitesse moyenne du vent a été de 7 km/h ce mois-ci.

    

Faits marquants

- Ce mois d’Août contient tous les ingrédients classiques d’un mois d’été tarnais. Le tonnerre se fait fréquemment entendre et le soleil fait grimper la température jusqu’au déclenchement d’une vigilance « orange » canicule les 20 et 21. Le mercure flirte avec les 40 degrés en journée et l’Autan  maintient la chaleur le soir avec 29°C à 2h du matin à Castres dans la nuit du 20 au 21.
- Il a fallu attendre le dernier jour pour observer l’orage le plus fort du mois. En effet, le 31 à 18h un orage violent accompagné de grêle éclate sur le Ségala-Carmausin. Avec localement plus de 100 mm en 2 heures, les dégâts sont importants notamment sur Carmaux et Monestiés.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Estival.

La chaleur est de retour avec un soleil généreux le 1er.
Dans un courant de sud à sud-est, des nuages instables envahissent le département et des averses orageuses se déclenchent les 2 et 3 puis les 5 et 6.
Les pluies sont plus conséquentes le 6 et les températures baissent faute de soleil.
Le vent d’Autan souffle durant les deux premiers jours avec des pointes dépassant les 80 km/h dans le pays castrais le 2 avant de baisser d’intensité et de laisser la place au vent d’ouest le 6.
Les températures franchissent fréquemment les 30 degrés en journée et les nuits sont très douces sous l’effet de l’Autan avec des minimales parfois supérieures à 20 degrés.

  

Du 7 au 9 : Perturbé​.

Les pressions atmosphériques sont en baisse avec le passage d’une perturbation océanique sur la région.
Dans un courant d’ouest puis de nord-ouest le ciel est souvent couvert avec de faibles précipitations généralisées.
Le vent de nord-ouest est modéré avec des rafales proches de 60 km/h sur les sommets des Monts de Lacaune.
Les températures, sont en baisse sous les nuages, restant sous les 20 degrés en montagne.

  

Du 10 au 15 : Beau temps.

Un temps sec et bien ensoleillé s’installe. Il fait un peu frais au lever du jour mais le soleil généreux fait grimper le mercure jusqu’à 30 degrés sur la plaine.
De rares averses abordent le sud du Tarn les 13 et 14 avec un peu de tonnerre sur l’extrême sud-est.

    

Du 16 au 25 : Très chaud.​

Dans un courant de sud, de l’air chaud et sec remonte d’Espagne. L’atmosphère se réchauffe et l’ambiance devient orageuse le 18 avant une nouvelle poussée d’air particulièrement chaud du 20 au 22.
Le vent d’Autan souffle par intermittence et maintient des températures très chaudes en première partie de nuit dans son domaine.
Les températures sont rapidement très chaudes pour devenir caniculaires les 20 et 21.

    

Du 26 au 31 : Orages d'été​ !

La vague de chaleur se termine par quelques averses orageuses les 25-26 puis le temps sec et ensoleillé est de retour jusqu’à la fin du mois avec une atmosphère qui se réchauffe progressivement.
Un violent orage se déclenche le 31 au soir sur le Carmausin provoquant de gros dégâts matériels.
Le mois se termine avec un peu d’Autan sans excès.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Les brumes et brouillards sont rares en cette saison. On a pu en observer dans les fonds de vallées le 28.
Orages : Le tonnerre s’est fait entendre à 10 reprises ce mois-ci soit un jour sur 3 mais c’est en toute fin de mois, le 31 au soir, que les orages ont été les plus violents avec plus de 300 impacts autour de la commune de Carmaux.
Grêle : La grêle a fait de gros dégâts matériels le 31 sur le Carmausin avec des grêlons observés de 2 à 5 cm de diamètre.

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2011

Caractère dominant du mois

Chaud, sec et ensoleillé.

  

Précipitations

Peu nombreuses, en seulement trois vagues à caractère instable. Cela donne une répartition très irrégulière et au final un déficit global. Excepté deux régions: Le Ségala et l’ouest de la Montagne Noire ayant connu de fortes pluies orageuses le samedi 03.

A Albi, le cumul mensuel n’est que de 30 mm à comparer avec les 88 mm de juillet ! Au final, le déficit mensuel de ce mois est de 48 % à Albi.
A Lacaune, le cumul est de 25 mm sur le mois, accusant un déficit de 74% par rapport à la moyenne qui est de 96 mm. Statistiquement parlant, nous avons moins d’une chance sur cinq pour retrouver un mois de septembre aussi sec.
Il se classe 6ème sur 51 en mois de septembre les plus secs depuis 1961.
C’est la troisième décade qui pose problème, ne donnant pratiquement pas d’eau sur ces deux postes.
Deux zones d’exception, le Ségala et l’ouest de la Montagne Noire, où les valeurs mensuelles ont approché ou dépassé la normalité : 
- Tanus : 69 mm dont 52 mm la seule journée du samedi 3 ; pour une moyenne des dix dernières années de 58 mm.
- Dourgne : 93 mm qui se met à… 6 mm de la normalité, à savoir 99 mm !

2011-09.png  

  

Températures

C’est le deuxième mois consécutif ayant fait mieux que le mois de juillet : 1°C de plus à Albi qu’en juillet en moyenne des températures.
De même un gain de 3°C de plus que la normale de ce mois aussi bien en moyenne des minimales et des maximales, situation vérifiée en plaine et en montagne!

Que cela soit en températures minimales ou maximales, ces températures du mois ont été pratiquement toujours au-dessus de la norme donnant ainsi 23 jours de « chaud » cumulés ; Ce ne sont que les courtes épisodes de rafraîchissement du temps (7 jours de « froid » cumulés sur le mois) après les pluies orageuses qui ont tempéré cette montée arithmétique !
Ce qui est remarquable c’est la caractéristique de ce mois « Exceptionnellement chaud » en plaine qui se retrouve également vérifiée en montagne, le classant de la même façon en deuxième position de mois de septembre le plus chaud derrière 1987 !
Quelques valeurs : 20,5°C à Lavaur, deuxième mois de septembre le plus chaud derrière 1987 (21,3°C) depuis les relevés de 1985.
17,6°C à Lacaune, le classant également deuxième derrière 1987 (17,9°C) depuis les relevés de 1961.
Quelques records du jour au Séquestre, notamment 4 en températures maximales.
Le 10 : 32,7°C et du 26 au 28 où elles franchissent de nouveau la barre des 30°C.
Quant aux minimales, 3 nuits « chaudes » ont précédé les pluies orageuses.
A noter également les 22°C à Dourgne, le 28 au matin.

  

Insolation

L’ensoleillement du mois est excédentaire après une première décade plutôt sombre et une deuxième décade plus éclairée. C’est grâce à la dernière semaine, sans nuage, qui permet de dépasser la norme du mois et de placer celui-ci 5ème sur 23 en mois de septembre les plus ensoleillés depuis 1989.

Malgré une première décade faiblement déficitaire en ensoleillement et une seconde légèrement excédentaire ; C’est la troisième décade remarquablement brillante qui permet au cumul du mois 237 heures, de finir sur une note positive : 22 heures de soleil de plus que la normale !

  

Vent

De même, pas de rafales de vent fort supérieures aux 60 km/h mesurées en plaine.
Seul le quart sud-est du Tarn en est affecté : 3 jours dans la vallée du Thoré, 5 jours sur les sommets des Monts de Lacaune et 9 jours à Labruguière. Sur ce dernier site, l’autan l’emporte Versus le vent d’ouest : 8 à 1.
Néanmoins, c’est le vent de nord-ouest qui souffle le plus fort dans le Tarn, à 94 km/h, le lundi 19 à Murat-Fraïsse.

    

Faits marquants

- Fortes pluies orageuses le 03 au soir sur le Ségala donnant 52 mm de pluies à Tanus en moins de 5 heure de temps.
- La dernière semaine de septembre pratiquement sèche partout excepté sur la partie haute de nos relief du sud avec soleil imposant et autan en fin de mois. De quoi faire rêver les juillettistes 2011 !
- Par contre le manque d’eau est évident, chronique depuis le printemps dernier : La sécheresse au niveau des sols rivalise avec la situation hydrologique de l’été 2003.
- Pas de vent fort supérieur aux 100 km/h enregistré sur nos capteurs.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Chaud, puis orageux.

Les deux premiers jours débutent sous le soleil avec un vent d’autan qui souffle modérément. A noter la venue de nuages bas sur le versant méditerranéen de notre relief.
Le samedi 03, la chaleur devient étouffante et lourde malgré l’orientation du vent à l’ouest et des averses se produisent en début d’après-midi.
L’orage menace le soir et des pluies diluviennes s’abattent sur le Ségala donnant 52 mm de pluies à Tanus en moins de 5 heure de temps.

  

Du 4 au 5 : Frais et plus calme​.

Le temps se calme un peu au point de vue précipitations : Celles-ci ont lieu sous forme de petites pluies le matin et d’averses l’après-midi.
Le lundi 5, il ne tombe plus que quelques gouttes et l’atmosphère se refroidit nettement par le vent de nord-ouest.
Le vent souffle en rafales de 50 km/h du côté de Murat sur Vèbre ainsi que dans la vallée du Thoré.

  

Du 6 au 15 : Pratiquement sec.

Si nous exceptons le temps couvert et humide du jeudi 8 qui a donné de la bruine en plaine et les quelques nuages bas et brouillards du 09 au matin.
La sensation de fraîcheur est de mise par le vent de nord-ouest dominant, soutenu sur les sommets de la Montagne Noire et des Monts de Lacaune.
Cependant, il y eut une petite tentative d’incursion du vent d’autan du 09 au 11 se limitant toutefois aux 80 km/h le samedi 10 sur le causse de Labruguière et apportant son lot de nuages et d’humidité sur le versant sud des Monts de Lacaune.

    

Du 16 au 19 : Chaud, puis orageux.​

Deux journées orageuses bien marquées : les 16 et 17 : Au temps chaud et lourd de la journée du 16 se lie l’après-midi un temps instable avec orage nocturne sur le Ségala.
Le samedi 17, nombreuses averses parfois associés à des orages l’après-midi, plus ciblés de la Grésigne, Réalmontais, Sidobre.
Les 18 et 19, le temps est aux averses, au vent de nord-ouest et à la fraîcheur, garantie le lundi 19 par des températures restant en deçà des 20°C en plaine.

    

Du 20 au 23 : Retour au calme.

Par vent faible, les conditions anticycloniques se reconstituent se traduisant le 20 par de minces couches de brouillard de plaine se dissipant rapidement.
Le soleil brille sans soucis malgré un ciel voilé le mercredi 21. Les températures remontent pour être de saison.

    

Le 24 : Dernière journée instable​.

Ciel tourmenté le matin par des nuages élevés donnant des ondées éparses.
L’après-midi par la montée des températures, le temps devient instable et des averses se produisent le soir et la nuit suivante de la Montagne Noire et des Monts de Lacaune au niveau des zones frontalières de l’Aude et de l’Hérault.

        

Du 25 au 30 : L'été, le retour !

Le soleil donne sans relâche et par petit vent d’autan en fin de mois, les températures sont dignes de celles d’un plein mois d’été en… ce début d’automne !

    

Phénomènes divers

Brouillard : Trois jours essentiellement : Le vendredi 9 en plaine, le dimanche 25, plutôt sous forme de bancs de brouillard et surtout la journée du mardi 20 où ils ont été plus nombreux.
Orages : La journée du samedi 3 au soir reste la plus tonitruante.
Le vendredi 16 des orages éclatent le soir sur le Ségala (Valdériès, Valence d’Albigeois) ; le samedi 17 dans l’après-midi dans la Grésigne ainsi que du Réalmontais au Sidobre.
Orage faible signalé le dimanche 18 à Couffouleux.
Grêle : Aucune chute de grêle relevée par nos observateurs du Réseau Climatologique du Tarn.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2011

Caractère dominant du mois

Octobre 2011 est sec, chaud et ensoleillé.

  

Précipitations

Les deux premières décades sont presque totalement sèches et ce n'est que le 23 que des pluies franches arrivent. Le déficit ressort à 37 %.

Sur la plaine c’est sec pratiquement partout jusqu’au 19 où l’on enregistre les premières faibles pluies. Ce n’est guère mieux en montagne avec une seule journée pluvieuse le 9.
Le 23 une première perturbation nous touche. Les pluies sont abondantes coté Méditerranée mais donnent aussi des cumuls significatifs ailleurs.
Une deuxième perturbation, porteuse de nouvelles pluies soutenues aux flancs sud du relief, affecte le Tarn le 27.
Au final le bilan des pluies est très contrasté. Il tombe près de 300 mm du coté de Murat-sur-Vébre, 254 mm à Labastide-Rouairoux et 94 mm à Anglès.
Sur le reste du département les cumuls se situent entre 30 mm dans le Gaillacois et 50 mm dans le Ségala.

2011-10.png  

  

Températures

Coté températures c'est un mois chaud.
C'est surtout sensible au niveau des maximales, qui avec 22°C de moyenne, se situent 3°C au-dessus des normales.

Si ce n’est pas le mois d’octobre le plus chaud que nous ayons connu, c’est un mois très doux.
Avec 15,5 degrés de température moyenne sur Albi ce mois d’octobre 2011 se situe 1,3°C au-dessus de la normale.
Le début de mois est chaud avec des maximales qui dépassent fréquemment les 30 °C en plaine les premiers jours. On relève par exemple 33°C à Burlats le 2 et 32°C à Florentin. Ce même jour il fait 28,6°C à Tanus et 27,5°C à Lacaune. Les températures connaissent une petite faiblesse le 8 et le 9 au passage d’une perturbation atténuée. Elles remontent ensuite pour flirter avec les 30 degrés le 11 puis 25 jusqu’au 18 octobre. A partir du 19 les thermomètres sont orientées à la baisse. Le minimum est atteint le 21 avec des gelées pratiquement partout. La température la plus basse du mois est mesurée au poste de Mazamet les Montagnès le 21 au matin avec -3,5°C. Ce même jour il fait -2,2°C à Gaillac.
Jusqu’en fin de mois les maximales se calent autour de 20°C sur la plaine, excepté le 28 où il ne fait que 15 degrés.

  

Insolation

Enfin c'est un mois très ensoleillé avec un excédent de 40 %. Il faut remonter à 1989 pour trouver un mois d'octobre aussi lumineux.

La rareté des épisodes perturbés fait le bonheur des amateurs de soleil. Ce dernier s’est montré très généreux et a brillé 83 heures de plus qu’à l’accoutumée.
Cette valeur met ce mois d’octobre 2011 au niveau d’un mois de juin.

  

Vent

Le vent d’ouest à nord-ouest a soufflé à plusieurs reprises au cours de mois. Il atteint 60 km/h à 70 km/h en pointes sur les hauteurs des Monts de Lacaune.
L’Autan s’est manifesté, principalement en fin de mois. Sur la dernière décade il a soufflé presque tous les jours. Il est la resté sous les 100 km/h, mais a néanmoins occasionné de nombreux dégâts, en particulier sur la végétation, déjà fragilisée par la sécheresse.

    

Faits marquants

- Des précipitations abondantes d’origine méditerranéenne et un épisode de vent d’Autan marqué, tels sont les faits importants de ce mois.
- Le 24 et le 25, puis le 27 et le 28 il pleut abondamment dans la vallée du Thoré et aux flancs sud des Monts de Lacaune.
- Au cours de ces deux épisodes il tombe près de 300 millimètres à la station automatique de Fraïsse-sur-Agoût et à autour de 250 millimètres à Labastide-Rouairoux.
- L’Autan, quant à lui, souffle au cours de la dernière décade et même s’il ne dépasse pas les 100 km/h il occasionne de nombreux dégâts aux bâtiments et à la végétation.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 8 : Sec et chaud.

Les pressions sont très élevées, toujours supérieures à 1020 hPa.
Les perturbations sont rejetées au nord de la France et le temps reste sec.
Le ciel est souvent dégagé et le département bénéficie d’un ensoleillement généreux.
Le vent est généralement faible, excepté sur le relief où il souffle de temps en temps du nord-ouest entre 40 et 50 km/h.
Les températures partent à un niveau très élevé, supérieure à 30 degrés sur la plaine les premiers jours.
Elles baissent ensuite autour de 25, toujours sur la plaine, avant de chuter nettement entre le 7 et le 8.

  

Du 9 au 20 : A peine perturbé puis à nouveau sec​.

Les pressions remontent et passent par un maximum le 10 à 1030 hPa. Elles se stabilisent ensuite autour de 1025 jusqu’au 18, avant de baisser.
Une perturbation très atténuée touche le Tarn le 09 et donne un peu de pluie, principalement en montagne.
Le calme revient très vite et le soleil reprend ses droits pour briller jusqu’au 19.
Le vent est généralement faible, de tendance est, avec de temps à autre des bouffées d’Autan au pied de la Montagne Noire.
Les températures sont à nouveau chaudes, se situant entre 25 et 28 degrés sur les zones de plaine avant de baisser nettement à partir du 19.

  

Du 21 au 31 : Autan et pluie.

Les pressions sont à la baisse et atteignent leur minimum du mois entre le 24 et le 25 à 997 hPa. Elles font ensuite le yoyo jusqu’en fin de mois.
Le Tarn connaît deux passages perturbés importants le 24 et le 25 puis le 27 et le 28. C’est sur ces deux périodes que tombent la majorité des pluies de ce mois d’octobre.
Le 27 notamment les précipitations sont très abondantes dans le secteur de Murat-sur-Vèbre avec plus de 110 mm recueillis en 24 heures.
Le vent d’Autan souffle huit jours durant, seulement interrompu le 25 par un bref épisode de vent d’ouest. Il frôle les 100 km/h le 27 sur le Causse de Labruguière.
Les températures restent d’un bon niveau, grâce à l’Autan. Il fait souvent près de 20 degrés en plaine et souvent plus de 15 en montagne.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Quelques bancs de brouillards ont été signalés en montagne, notamment dans le secteur d’Anglès, mais le vent d’Autan récurrent a limité leur présence.
Orages et grêle : Rien à signaler à ce chapitre.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2011

Caractère dominant du mois

Autan et douceur.

  

Précipitations

La sécheresse se poursuit sur la plaine tarnaise mais les pluies méditerranéennes ont été abondantes le long de la frontière Héraultaise, seul secteur excédentaire ce mois-ci.

C’est un nouveau mois sec qui s’est produit sur la plaine tarnaise accentuant le déficit pluviométrique présent depuis le début de l’année.
En effet il faut se déplacer sur l’extrême sud-est tarnais pour observer des pluies significatives essentiellement dues aux perturbations méditerranéennes remontant sur les contreforts du massif-Central.
Le gradient spatial des précipitations est très resserré ; le cumuls mensuel passant de 350 mm à Murat-sur-Vèbre à 123 à Lacaune et seulement 34 à Vabre !
Les pluies se résument essentiellement à trois journées ; les 3, 4 et 5, représentant souvent 80 à 90% du cumul mensuel.
Le long de la frontière héraultaise, les épisodes de pluies d’origine méditerranéenne se sont succédés du 23 octobre au 21 novembre avec 5 épisodes distincts durant chacun 2 à 3 jours. Le cumul de précipitation à la station de Murat-Fraisse s’élève à 650 mm en un mois glissant.

2011-11.png  

  

Températures

Une douceur exceptionnelle a régné une bonne partie du mois, il faut attendre le dernière semaine pour voir un temps gris et frais durer plusieurs jours. Au bilan, novembre 2011 restera dans les annales comme le plus doux depuis le début des mesures sur la plupart des postes tarnais.

La douceur déjà présente en octobre s’est poursuivie durant le mois de novembre. En effet le vent de nord-ouest a répondu absent et c’est l’Autan qui a apporté une grande douceur méditerranéenne sur la région.
Les températures sont dignes d’un mois d’octobre sans aucune gelées sous abri en plaine. Les températures sont aussi très élevées pour la saison en montagne : avec 12,7°C de température maximale moyenne les lacaunais ont vécu un mois de novembre normal, si ils habitaient à Albi !
Le vent d’Autan a permis aux températures nocturnes de rester particulièrement douces et, malgré une baisse des températures à partir du 23, la moyenne des températures minimales observées est la plus haute depuis l’ouverture de la station en 1976.
En journée les températures dépassent fréquemment les 15 degrés. La seule petite vague de fraîcheur se produit sous la grisaille persistante du 25 au 28 où le mercure reste sous les 10 degrés en plaine alors qu’il frise les 15 degrés à Lacaune sous le soleil !

  

Insolation

C’est en milieu de mois que le soleil a brillé le plus généreusement alors que la grisaille fut fréquentes en début et fin de mois. Le cumul d’insolation est normal avec 93 h à Albi.

Novembre n’est pas un mois traditionnellement bien ensoleillé.
Cela s’est confirmé en début et fin de mois avec de nombreuses journée sans soleil.
La douceur et l’Autan ont tout de même permis au soleil de briller généreusement en milieu de mois. Le bilan global est normal avec 93 h d’insolation dont 48 h lors de la seconde décade.

  

Vent

Les perturbations océaniques ont été absentes ce mois et c’est uniquement le vent d’Autan qui a soufflé. Il atteint son paroxysme le 3 avec des rafales dépassant les 100 à 110 km/h dans son domaine.
Du 9 au 22, l’Autan souffle quasiment sans discontinuer avec 13 jours d’Autan fort à Labruguière en 14 j !

    

Faits marquants

- Deux faits marquants ce mois-ci assez liés avec un vent d’Autan très présent soufflant 2 jours sur 3 dans le pays Castrais et deux épisodes de pluies méditerranéennes apportant 100 à 150 mm sur l’extrême sud-est tarnais.
- Les températures sont restées exceptionnellement douces toujours grâce au vent d’Autan et l’absence de perturbation de nord-ouest.
- Le contraste des précipitations sur le département est remarquable avec 10 fois moins de pluie de relevée entre Castres et Murat-sur-Vèbre distant de moins de 50 km à vol d’oiseau !

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Autan et pluies méditerranéennes.

Dans un courant particulièrement doux de sud-ouest en altitude, le vent d’Autan se lève et se renforce pour devenir fort les 3 et 4.
Le ciel se couvre et la pluie envahit le département avec des cumuls assez importants du 3 au 5 voire très abondants le long de la frontière héraultaise.

  

Du 7 au 9 : Accalmie​.

Le vent faiblit et les pluies s’estompent.
Les températures nocturnes restent particulièrement douces pour la saison mais des brouillards se forment et restent assez tenaces limitant la hausse des températures en journée.

  

Du 10 au 21 : Autan persistant.

Le vent d’Autan est de retour et il va se maintenir durant une douzaine de jours consécutifs ce qui est assez rare.
Les températures sont particulièrement douces pour la saison avec des pointes dépassant les 20 degrés en plaine.
Les pluies circulent au nord de la région mis à part sur les versants sud des monts de Lacaune où des pluies méditerranéennes sont parfois abondantes notamment les 19 et 20 avec plus de 100 mm en 48 h à Murat-sur-Vèbre.

    

Du 22 au 30 : Grisailles automnales...​

Les pressions atmosphériques sont en hausse progressive et la situation se stabilise avec un temps anticyclonique de saison.
Les pluies ne sont plus au programme et ce sont les brumes et brouillards qui prennent le relais sur l’ensemble de la plaine tarnaise.
Les grisailles sont parfois persistantes et les températures sont en baisse sur la plaine alors qu’elles restent très douces en montagne sous le soleil.
Le vent est généralement faible, l’Autan fait une courte apparition les 28-29 dans son domaine mais il reste assez faible.

     

Phénomènes divers

Brouillard : Les brouillards ont profité d’une accalmie du vent d’Autan en fin de mois pour recouvrir la plaine tarnaise.
Ils sont présents du 23 au 30 tout les matins se dissipant plus ou moins rapidement en journée.
Orages : Un seul orage observé ce mois-ci le 3 de faible activité.
Grêle : Pas de grêle signalée ce qui est normal en cette saison.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2011

Caractère dominant du mois

Doux, perturbé et venté.

  

Précipitations

Après 4 mois consécutifs déficitaires, ce mois de décembre rompt avec cet état de fait. Excepté le Vaurais en léger manque, le reste du Tarn fait son plein d’eau. La zone la plus arrosée demeure le secteur de la haute vallée du Thoré dont Rouairoux en est la capitale !

Les pluies océaniques se sont pratiquement également réparties durant les trois décades.
La neige s’est invitée en montagne du 16 au 19, de manière anecdotique le jeudi 29.
Quelques statistiques. Pour la même période de référence 1977-2011 soit 35 mois de décembre étudiés.
Les mêmes extrêmes ressortent à savoir que le mois de décembre 1981 demeure le plus arrosé (180mm à Albi, 210 mm à Montredon Labessonnié et 439 mm à Lacaune) ;
Le moins arrosé, le mois de décembre 1989 (15 mm à Albi, 9 mm à Montredon Labessonnié et 20 mm à Lacaune).
Au classement. Albi, 74 mm, se classe 13ème sur 35 de mois de décembre les plus arrosés. Montredon Labessonnié, 178 mm, se classe 4ième sur 35.
Lacaune, 249 mm, se classe 9ème.
A noter le léger déficit à Lavaur par ses 56 mm sur le mois pour une moyenne de 64 mm.
Seules journées consécutives les 30 et 31 présentant des valeurs supérieures aux 30mm en 24h.
Cumuls en deux jours :
Anglès : 69 mm, Vabre: 68 mm,
Rouairoux : 118 mm soit un peu plus de la moitié de la moyenne mensuelle qui est de 209 mm !

2011-12.png  

  

Températures

La douceur du mois confirme la tendance de l’année: Les minimales se situent près de 2°C au-dessus des valeurs habituelles. Aussi, les gelées sont plutôt faibles et assez rares !

C’est le cinquième mois consécutifs où la douceur s’impose malgré quelques tentatives d’entrée d’hiver en seconde moitié de ce mois de décembre :
Du 17 au 19 par l’unique épisode neigeux conséquent en montagne et du 25 au 28 par des conditions anticycloniques d’hiver, par vent de nord-ouest.
Le premier jour du mois donne le ton où par vent d’autan, les températures dépassent les 20°C dans le Sidobre: 21,2°C à Burlats. Par la suite, la douceur est générée par le vent d’ouest dominant.
Quant au gel sous abri, il reste limité le 19 et à 4 jours d’affilés du 25 au 28, après la douceur nocturne du 21 au 22 où il a fait 11°C à Dourgne.
Il a fait le plus froid sur le mois le 19 au matin à Trévien et à Murat-Fraïsse : -4°C. Enfin, le nombre de jours de gel se résume à 10 jours de gel aux Cammazes, 9 à Lacaune et 5 à Lavaur et à Montans.
Que cela soit en moyenne des températures minimales ou maximales, ce mois de décembre 2011 présente un bilan thermométrique excédentaire.
Au final, en moyenne des températures moyennes, en prenant la même période de référence 1977-2011 à Albi et Lacaune, cela donne :
7,7°C à Albi, classant ce poste 6ème sur les 35 derniers mois de décembre les plus chauds.
1989 demeure le plus chaud (9,6°C), le plus froid 2005 (2,3°C).
4,7°C à Lacaune, classant ce poste au même rang qu’Albi.
1989 reste également le plus chaud (6,1°C) alors que le mois de décembre le plus froid de se trouve être 1980 (-0,6°C).

  

Insolation

Les précipitations dominant la scène, la durée d’ensoleillement accuse le coup : Les deux premières décades ont été sombres et en manque de soleil. Seule la troisième décade voit un ensoleillement plus élevé que la moyenne. Ce qui n’empêche pas au final avec ses 71 heures de soleil cumulées d’afficher un manque de 17%.

A Albi, par ses 71 heures de soleil cumulées, ce mois de décembre se classe 6ème sur les 23 derniers mois de décembre les moins ensoleillés depuis 1989.
Le moins ensoleillé reste décembre 2002 par ses 57 heures de soleil et le plus lumineux décembre 1991 avec ses 137 heures.

  

Vent

Le vent d’ouest à nord-ouest a dominé largement le vent d’autan.
Ce dernier s’est contenté de quatre jours de présence dont un seul, le premier du mois, où les rafales ont été les plus fortes : 68 km/h à Labruguière.
C’est le 16, tempête Joachim oblige, où le vent a soufflé le plus fort. Rafales généralement voisines des 90 km/h jusqu’en plaine, atteignant les 100 km/h à Labastide Rouairoux et topant les 137km/h à Murat/Fraïsse.

    

Faits marquants

- La douceur du premier jour du mois avec près de 20°C observé du Lautrecois au Castrais.
- La tempête Joachim qui a frappé l’Ouest de la France le vendredi 16 et qui s’est traduite dans le Tarn par une pression mer de 999 hPa et des rafales approchant les 140 km/h sur les plus hautes cimes des Monts de Lacaune.
- Peu de neige: Elle s’est manifestée uniquement du 17 au 20 puis en fin de mois de manière épisodique ; Sans donner de quantités importantes : 3 cm de hauteur maximale mesurée à Anglès et à Lacaune.
- Le fort cumul de précipitations les deux derniers jours de l’année à Rouairoux : 118 mm !

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 2 : Nuageux, mais sec.

Si nous exceptons les quelques gouttes tombées ici où là. A noter la grande douceur du 01 : Plus de 20°C localement dans le Castrais.

  

Du 3 au 7 : Pluvieux et venté​.

Ce n’est qu’à partir du 03 que les perturbations atlantiques arrivent dans le Tarn, portées par le vent d’ouest à nord-ouest ; pratiquement du 5 mm en plaine et du 15 mm voire plus certains jours en montagne.
A noter également les rafales de vent de nord-ouest supérieures aux 90 km/h enregistrées au-dessus de 1000 m. Il en découle une absence de gelées et un relative douceur, les températures baissent pour pratiquement se normaliser avec les valeurs de saison au point de vue maximales.

  

Du 8 au 11 : Sec et doux par vent faible.

Se concrétisant jeudi par un ciel simplement couvert toute la journée, suivi de trois jours où les brouillards matinaux formés en plaine se font plus rares le week-end. Le soleil se faisant de fait bien présent les après-midi.

    

Le 12 : Petite incursion pluvieuse.​

Après les petites pluies nocturnes, établissement en journée d’un ciel de traîne avec averses et vent fort de nord-ouest en montagne. Températures de saison.

    

Le 13 : Journée de transition.

Douceur sous un ciel voilé et petit autan en prime. Temps très agréable du Lautrecois au Castrais par des températures maximales légèrement supérieures aux 15°C.

    

Du 14 au 22 : Pluies, neige et vent​.

Cela débute par des perturbations classiques d’ouest donnant uniquement de la pluie. Le 17 : Aperçu dans le Tarn de la tempête nommée « Joachim » ayant sévi sur la France.
Le Tarn n’est pas en reste car le vent d’ouest souffle fort l’après-midi à plus de 80 km/h sur les collines et approchant les 140 km/h à Murat !
Du 17 au 20 : Net refroidissement par vent de nord-ouest soutenu sur les plus hauts sommets avec apparition de la neige. Les sols blanchissent par la neige du 17 au 20 avec une limite pluie neige s’abaissant au plus à 500 m le 18. C’est à cette date là que nous observons l’épaisseur de neige la plus forte : 4 cm à Brassac, 3 cm à Lacaune. Les deux derniers jours de la période, un redoux s’amorce avec retour de pluies et de bruines faibles le 22 et dernières rafales de vent d’ouest à nord-ouest supérieures aux 60 km/h de la vallée du Thoré aux Monts de Lacaune.

    

Du 23 au 27 : Vers un temps froid et sec​.

Les brouillards sont nombreux le vendredi 23 au matin et le ciel peu généreux en trouées de ciel bleu. Samedi 24, les éclaircies se développent enfin mais la sensation de fraîcheur persiste tout au long de la journée par le vent de nord-ouest soufflant assez fort en montagne.
De Noël au mardi 27 nous avons droit à un froid sec avec des gelées au petit jour voisines des -3°C visibles au sol par les gelées blanches.

    

Du 28 au 31 : Neige, deuxième tour​.

A la froidure du lever du jour succède une journée où le ciel se voile de plus en plus avec arrivée de pluie et de bruine en soirée du 28. Le vent prend la relève le jeudi 29 avec net refroidissement : La limite pluie-neige se situant vers 800 m au lever du jour, donnant 2 cm sur les cols situés vers 1000 m d’altitude. Le redoux a lieu rapidement le 30 par une limite pluie-neige remontant l’après-midi autour de 1200 m d’altitude.
Le dernier jour de l’année, bon arrosage dans la douceur et un vent d’ouest modéré à assez fort : 70 à 80 km/h à Murat/Fraïsse.

    

Phénomènes divers

Brouillard : En effet, par la venue incessante des perturbations atlantiques, le versant au vent du relief est généralement accroché par des nuages bas, donnant des visibilités réduites pour un observateur in-situ.
Où pour cette personne, être dans un nuage s’apparente à se trouver dans... le brouillard ! 18 jours de brouillard à St Pierre Trivisy, 9 à Vaour et 5 à Rabastens.
Orages et Grêle : Si ce n’est des averses de grésil le samedi 17 et dimanche 18 à Vabre, uniquement le 18 aux Cammazes.

   

Source : Météo France