Citation du jour :   Quand il pleut à la Saint-Philippe, le pauvre n'a pas besoin du riche   
Radar de pluie
   
 
Satellite

Phase de lune

La Lune

Actu météo

Pub

Petit message personnel :
Mon ami démarre son entreprise, et je tenais à lui faire un peu de pub.
N'hésitez pas à visiter son site :

16h27fr.png

Calendrier
Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Visites

 74663 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

JANVIER 2017

Caractère dominant du mois

Les conditions anticycloniques dominent et font de janvier 2017 un mois hivernal par ses températures, mais sec et relativement ensoleillé.

  

Précipitations

Malgré deux épisodes perturbés, en milieu et fin de mois, les précipitations sont nettement déficitaires. Seuls le relief pyrénéen et le sud du Tarn ont été plus arrosés que la normale.

Sans être aussi exceptionnel que le mois précédent, janvier 2017 reste très sec sur une large moitié nord-ouest de la région : avec seulement 4 jours de pluies significatives, les 19.5 mm reçus à Montauban ne représentent que 35% du cumul normal de janvier.
En revanche, le flux perturbé de nord-ouest en milieu de mois a accumulé les nuages sur les Pyrénées, apportant beaucoup de neige en montagne et un bilan hydrique normal ou légèrement excédentaire sur le piémont.
En fin de mois, un épisode orageux méditerranéen a copieusement arrosé le sud du Tarn et de l'Aveyron : 182 mm sont tombés le 27 à Labastide-Rouairoux !

2017-01.png  

  

Températures

Sans atteindre de valeurs extrêmes, les températures se situent le plus souvent deux à trois degrés en dessous des normales de janvier.

Avec une température moyenne inférieure de 2 à 3 degrés aux normales, ce mois de janvier est le plus froid depuis 1992 à Auch, Blagnac ou Montauban, et depuis 1987 à Albi, Tarbes ou St Girons.
En début de mois, brouillards et nuages bas empêchent le réchauffement diurne. Du 5 au 8 ou du 17 au 21, en atmosphère plus sèche, le soleil ne peut compenser le fort refroidissement des longues nuits claires.
On recense ainsi 5 à 6 nuits gélives de plus que la normale, et le thermomètre s'abaisse en dessous de -5°C plus d'un jour sur trois à Caylus (82), un sur deux à Montbazens (12). Les températures les plus basses sont enregistrées le 19 au matin, avec des minimales s'échelonnant de -6 à -13°C sur la moitié nord de la région, pour les stations d'altitude inférieure à 500m.
Cependant les journées sans dégel sont rares, le 4 quelques stations ne dépassent pas 0°C, le 18 les températures restent nettement négatives au pied des Pyrénées.
Ces deux vagues de froid sont séparées par une période perturbée nettement plus douce du 8 au 16, en particulier pour les minimales : il fait 9 à 10°C du Gers au Tarn à l'aube du 12, mais à peine 3°C de plus l'après-midi.
Ce n'est qu'en fin de mois que l'orientation du flux au sud apporte des températures presque printanières, avec des maximales de 15 à 18°C.

2017-01-1.png   2017-01-2.png

  

Insolation

L'ensoleillement est excédentaire sur le nord de la région et en altitude, mais très proche de la normale sur les plaines du sud souvent encombrées de nuages bas.

Le soleil a gratifié le nord de la région de 30 à 40% d'heures supplémentaires, alors que la durée d'insolation est normale ou légèrement excédentaire sur les plaines du sud. Les fréquentes situations à brouillards et nuages bas, entraînent des variations locales importantes avec l'altitude, mais aussi en plaine: 95h de soleil pour Auch (+2%), 101h pour Blagnac (+10%), mais 123h pour Montauban (+40%).

  

Vent

Avec des conditions souvent anticycloniques, janvier 2017 est un mois plutôt calme. La station de Blagnac relève ainsi 21 jours de vent inférieur à 36 km/h, contre 14 en moyenne.
Durant la période perturbée en milieu de mois, la région est restée en marge des dépressions qui circulaient plus au nord.
La tempête Egon a cependant occasionné des vents à plus de 90 km/h sur les monts de Lacaune et l'Aveyron dans la nuit du 12 au 13.
Les vents d'ouest à nord-ouest sont majoritaires mais c'est du sud-est qu'est venu le vent le plus fort : plus de 120 km/h le 27 en pays castrais, 90 km/h dépassés du Lauragais jusqu'au nord du Lot et de l'Aveyron.

    

Faits marquants

- Températures hivernales.
Janvier 2017 est en valeur moyenne le mois de janvier le plus froid depuis 25 ans, sauf sur l'Aveyron et le Lot où il est dépassé par janvier 2010.
Sans atteindre les valeurs extrêmes de 1985 ou 1987, le froid s'est montré particulièrement vif lors des nuits claires. On enregistre 15 à 25 jours avec gelée sous abri pour les stations de plaine, dont 5 à 10 en dessous de -5°C. Le 18 est une journée sans dégel au pied des Pyrénées, le thermomètre ne dépasse pas -4°C à Campistrous (65). La nuit suivante est la plus froide du mois : il fait -10°C à Ste Anne (32) ou Souillac (46), -11°C à St Antonin (82), -12°C à Luchon (31), -13°C à Montbazens (12), et, plus en altitude, -16.9°C à Nasbinals (12) !
- Autan et fortes pluies le 27.
Un puissant flux de sud souffle en altitude sur la région, tandis qu'une perturbation s'installe en Méditerranée. Un fort vent d'Autan se met en place. Son intensité n'est pas exceptionnelle sur son domaine de prédilection (97 km/h à St Félix-Lauragais), mais des rafales supérieures à 90 km/h sont enregistrées hors de sa zone d'influence habituelle : 97 km/h à Gourdon (46), 102 km/h à Montlaur (12), 112 km/h à Millau (12).
Il s'accompagne d'orages très pluvieux, apportant un déluge sur les Monts de Lacaune et la Montagne Noire : 110mm en 24h à Fraïsse-Murat, 182 mm à Labastide-Rouairoux !

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 8 : Froid et gris.

Un anticyclone centré sur l'est du pays maintient sur la région un temps calme mais humide et froid.
Jusqu'au 4, la grisaille se montre souvent tenace en plaine, où les températures ne dépassent guère 2 à 3 °C dans la journée, alors que le thermomètre affiche jusqu'à 10°C au pied des Pyrénées. Du 4 au 8, sous un ciel plus dégagé, les nuits deviennent de plus en plus froides, les fortes gelées sont généralisées le 6 et le 7.

   

Du 9 au 16 : Perturbé mais plus doux​.

Dans un flux d'ouest à nord-ouest, les perturbations circulent sur la région et viennent buter sur les Pyrénées, qui reçoivent d'abondantes précipitations, alors que le nord de la région reste plus épargné après le 13. La neige s'abaisse parfois jusqu'à basse altitude mais épargne la plaine. Les 
températures minimales regagnent 13 à 15 degrés en quatre jours, le radoucissement diurne est moins spectaculaire et plus éphémère. Un vent d'ouest à nord-ouest souvent modéré, voire fort sur l'Aveyron et le relief sud du Tarn, relativise ce redoux.

   

Du 17 au 26 : Froidure​.

L'anticyclone revient dans une atmosphère plus sèche qu'en début de mois. Les journées sont bien ensoleillées, mais les nuits sont glaciales, en particulier celle du 18 au 19 où le thermomètre s'abaisse partout en dessous de -5°C, et en dessous de -10°C dans les vallées pyrénéennes et sur l'ensemble de l'Aveyron.

   

Du 27 au 31 : Régime d'Autan.

Le flux s'oriente au sud en altitude.
Le temps se radoucit mais devient agité le 27, avec un épisode de vent fort sur les Pyrénées et dans le domaine de l'Autan. Venus de Méditerranée, des orages très pluvieux arrosent le Tarn, la crue de la rivière cause des dégâts jusqu'en Haute-Garonne le 28. Ce mois de janvier bien hivernal se conclut cependant sur un avant-goût de printemps, avec un vent plus sage et des températures qui atteignent 15 à 19°C sous le soleil le 31.

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2017

Caractère dominant du mois

Février 2017 est caractérisé par des températures qui ont atteint un niveau printanier en milieu de mois et par plusieurs épisodes de vent violent.

  

Précipitations

Les pluies sont abondantes de la Montagne Noire au Larzac, et assez proches de la normale ailleurs, avec cependant un léger déficit en Haute-Garonne et dans le nord de l'Aveyron.

Les pluies sont réparties en plusieurs épisodes perturbés qui ont apporté un bon arrosage, d'une part, en début de mois sur le Lot et, d'autre part, en milieu de mois sur le sud du Massif central. Les autres régions sont mois arrosées, avec même un léger déficit pluviométrique sur le nord de l'Aveyron et un déficit plus marqué dans les plaines haut-garonnaises.
L'épisode pluvieux le plus intense se produit du 11 au 14 février, avec un cumul de 200 mm sur le causse du Larzac et de 300 mm sur la Monts de Lacaune. Sur l'ensemble du mois, le cumul des pluies atteint 382 mm à Labastide-Rouairoux (81), soit 2 fois et demi la normale.

2017-02.png  

  

Températures

La douceur est particulièrement marquée en milieu de mois, avec des valeurs proches de 20°C l'après-midi, et les températures moyennes sont supérieures à la normale de 2 à 3 degrés.

Ce dernier mois de l'hiver météorologique est marqué par des températures bien douces. La première décade se situe dans des valeurs de saison, avec de rares gelées nocturnes près du relief.
Puis jusqu'en fin de mois, la douceur a très largement dominé, y compris pendant la nuit. Ainsi, la valeur la plus basse relevée la nuit du 12 au 13 février est de 13°C à Montauban et Albi, soit la la température minimale la plus élevée jamais relevée à cette période de l'année pour ces 2 stations !
Quant aux températures maximales, elles sont aussi beaucoup plus élevées que la normale, avec un écart de l'ordre de 3 degrés sur la quasi-totalité de la région. Les valeurs les plus élevée sont observées dans un premier temps en milieu de mois : 19°C à Valence (82) et 21°C à Maubourguet (65) le 15 février, puis 19°C à Brie (09) et 20°C à Saint-Géry (46) le 17 février. Une nouvelle période particulièrement douce est ensuite observée les 22 et 23 février, avec par exemple 20°C à Entraygues (12) et Rouairoux (81), 21°C à Mirepoix (09). Rien d'étonnant avec de telles valeurs de voir un peu partout des arbres en fleurs dès la fin de ce mois de février 2017 !

2017-02-1.png   2017-02-2.png

  

Insolation

Le milieu du mois a bénéficié de belles journées ensoleillées, mais sur l'ensemble de février, le cumul atteint des valeurs normales, avec un petit excédent de la Bigorre à l'Armagnac.

Malgré les belles journée ensoleillées du milieu et de la fin du mois, le cumul de l'ensoleillement atteint un niveau assez moyen, à cause des journées bien grises et perturbées du début du mois. Avec 130 à 140 heures de soleil, c'est le piémont pyrénéen qui tire le mieux son épingle du jeu. En revanche, le sud du Massif Central est défavorisé, avec par exemple seulement 112 heures de soleil à Millau, soit un déficit de 12% par rapport à la normale.

  

Vent

Les épisodes de vent fort sont très nombreux, avec par exemple 8 journées au cours desquelles le vent a dépassé les 60 km/h à Toulouse.
Au début du mois, au passage de 2 dépressions tempétueuses, "Leiv" le 4 et "Marcel" le 5, les rafales d'ouest atteignent 107 km/h à Millau (12) et 121 km/h à Campistrous (65).
Puis les 12 et 13 février une tempête de vent d'autan à périmètre très élargi sévit pendant 48 heures sur une grande partie de la région. On relève des vitesses de 106 km/h à Toulouse et 120 km/h dans la région de Mazamet (81). Phénomène plus rare, des rafales de 112 km/h ont été mesurées à Gourdon dans le Lot et 115 km/h à Mauroux dans le Gers.

    

Faits marquants

- Bourrasques début février.
Le 4 février, une dépression très creuse traverse la France de la Vendée à la Lorraine et un front pluvieux balaye la région en fin de nuit et début de matinée. A son passage, les rafales de vent d'ouest atteignent 80 à 90 km/h dans les plaines et plus de 100 km/h sur le piémont pyrénéen avec par exemple 105 km/h à Saint-Girons et 109 km/h à Tarbes.
Le lendemain, au passage d'une nouvelle dépression, les giboulées se succèdent, accompagnées de fortes bourrasques, de 90 à 100 km/h en plaine et jusqu'à 107 km/h à Millau.
- Tempête 12 et 13 février.
Une dépression s'installe pour 48 heures sur le nord du Portugal et un flux de sud-est très rapide affecte la France. Le vent souffle en tempête sur une grande partie de la région, avec des pointes qui dépassent à plusieurs reprises les 100 km/h. Les rafales atteignent 115 km/h sur le Lot et le Gers et 120 km/h dans le Tarn et l'Aveyron.
- Bilan de l'hiver.
L'hiver météorologique 2016/2017 est caractérisé par des températures un peu plus douces que la normale et surtout par des précipitations très faibles. Excepté sur l'extrême sud du Massif central, le déficit pluviométrique est très marqué, souvent supérieur à 40%, et même supérieur à 50% en plaine toulousaine et sur le nord de l'Aveyron.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Perturbé.

Après une journée douce sous un soleil voilé, le temps se dégrade nettement les jours suivants, avec une succession de passages pluvieux. Ces pluies sont accompagnées de violentes bourrasques de vent d'ouest à nord-ouest, au passage de 2 dépressions tempétueuses les 4 et 5 février. Les vents les plus violents sont observés sur le piémont pyrénéen et en montagne, avec des pointes autour de 120 km/h. Puis le vent faiblit les 2 jours suivants, mais les nuages dominent et ils donnent de faibles pluies ou bruines par moments, dans une ambiance très douce.

   

Du 8 au 11 : Fraîcheur​.

Avec l'orientation du vent au secteur nord en altitude, le temps se refroidit et la neige tombe temporairement jusque dans les vallées le 8 février. Puis un temps plus calme s'établit, avec quelques gelées matinales et un ciel partagé entre nuages et éclaircies.

   

Du 12 au 14 : Doux et venté​.

Une dépression se creuse au nord du Portugal et le vent de sud-est souffle en violentes rafales pendant 48 heures sur toute la région, dépassant souvent les 100 km/h au-delà  de la sphère d'influence habituelle du vent d'autan, puisque des rafales de 110 à 120 km/h sont observées sur tout le Massif Central. Associé à ce courant de sud-est, des pluies très abondantes affectent la Montagne Noire, les Monts de Lacaune et le Causse du Larzac, alors que les précipitations sont plus dispersées et beaucoup plus faibles sur le reste de la région.
Le 14, le vent se calme et les pluies s'estompent progressivement.

   

Du 15 au 28 : Belle douceur.

Des conditions anticycloniques s'installent durablement et le temps est partout très agréable, avec quelques nuages ou des bancs de brouillard au petit matin, puis beaucoup de soleil en journée. Les températures sont printanières, souvent proches de 20°C au coeur de l'après-midi. Peu à peu, l'anticyclone perd de sa puissance et une perturbation atténuée apporte quelques ondées le 24 février, puis une perturbation plus active donne des pluies suivies d'averses pour le dernier jour du mois.

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2017

Caractère dominant du mois

Mars 2017 est un mois de contrastes, alternant des perturbations actives, bien venteuses et pluvieuses voire neigeuses, avec des journées ensoleillées et remarquablement douces.

  

Précipitations

L'arrosage généreux sur la moitié nord-est a permis de rattraper les déficits cumulés au fil des derniers mois. Au sud, malgré des cumuls proches de la moyenne, les sols restent plutôt secs.

Les précipitations de ce mois de mars 2017 sont à la fois plus fréquentes et plus soutenues que la normale, en particulier sur le Tarn et L'Aveyron qui ont connu 4 à 7 jours avec des cumuls supérieurs à 10mm, alors que la moyenne se situe entre 1 et 2 jours. Le bilan mensuel est donc largement excédentaire sur la moitié nord-est de la région, Aubrac excepté, dans des proportions comprises entre deux et trois fois la normale. Plus au sud, le cumul est plus habituel, et ne suffit pas toujours à compenser le déficit des mois antérieurs, notamment sur le Gers, où les sols restent secs.
Les valeurs quotidiennes ont parfois atteint des valeurs remarquables, comme à Montauban où les 59 mm du 31 sont un record absolu pour un mois de mars depuis 1865 !

2017-03.png  

  

Températures

La douceur est remarquable, aussi bien pour les températures maximales que minimales : très peu de gelées sous abri ont été relevées dans les plaines de la région.

Moins marquée qu'en février, la douceur reste de mise en ce mois de mars 2017. L'écart aux normales est quasi nul sur les Pyrénées, compris entre 1 et 2 °C sur une large zone centrale, et souvent supérieur à 2.5°C sur le Lot et l'Aveyron. Il est plus marqué sur les températures maximales que sur les minimales.
Pas de période particulièrement chaude ou froide, l'évolution des températures est rythmée par le défilé des perturbations. Les journées remarquablement douces sont souvent suivies d'un refroidissement brutal, comme celle du 11, où les maximales, comprises entre 20 et 28°C, perdent 10 à 12°C le lendemain !
Le ciel souvent couvert a limité les gelées nocturnes, quasi inexistantes en plaine, mais la neige s'est abaissée à deux reprises à basse altitude sur le Massif Central et les Pyrénées, voire jusqu'en plaine avec des flocons observés jusqu'à Albi le 6.

2017-03-1.png   2017-03-2.png

  

Insolation

Le soleil n'a brillé que par intermittence, malgré de belles journées ensoleillées du 14 au 18. Le cumul mensuel est proche des valeurs normales au sud, légèrement déficitaire au nord.

Entre les passages perturbés, et les périodes anticycloniques propices aux brouillards et nuages bas, il valait mieux prendre de la hauteur pour profiter du soleil : la durée d'insolation atteint 222h à Aston (65) à 1781m d'altitude, mais moins de 140h à Le Houga (32). Malgré une troisième décade favorable, le déficit atteint 10 à 15% du Lot au Gers, les valeurs se rapprochent de la normale en allant vers le sud, et sont très légèrement excédentaires sur le piémont.

  

Vent

Avec deux épisodes tempétueux, l'un de sud-est le 3, l'autre de nord-ouest le 6, ce mois de mars 2017 pourrait sembler bien agité. Mais il a également connu des périodes anticycloniques, où le vent reste faible. Au final, le nombre de jours avec rafales supérieures à 60 km/h est assez proche de la normale, sauf sur le piémont pyrénéen, plus ventilé que d'habitude. Et le nombre de jours où le vent a dépassé 36 km/h est, lui, nettement inférieur à la normale, excepté là encore prés des Pyrénées.

    

Faits marquants

- Vent d'autan violent le 3, fortes précipitations le 4.
A l'approche d'une perturbation très active, un vent d'Autan violent s'installe du Lauragais à l'Aveyron, avec des rafales qui dépassent 110 km/h. Dans les Pyrénées, le vent de sud déferle dans les vallées bien orientées (98 km/h à Luchon). La perturbation traverse la région la nuit suivante, elle apporte un arrosage conséquent associé à un refroidissement important : une neige collante tombe à basse altitude de l'Ariège à l'Aveyron, 15 à 20 cm sont relevés au-dessus de 600m sur la Montagne Noire. Autour d'un axe Cahors-Albi, les cumuls de précipitations en 24h dépassent souvent 50 mm (87 mm à St Germain (46), 73.5 mm à St Antonin (82), 104 mm à Angles (81)).
- Tempête "Zeus" le 6.
Une dépression très creuse traverse la France de la Bretagne aux Alpes.
Sur la région, les rafales supérieures à 100 km/h n'épargnent aucun département, elles dépassent 110 km/h de l'Ariège au Lot et à l'Aveyron, 120 km/h à Millau (12), 130 km/h à Fraïsse-Murat (81).
- Pluies orageuses le 31.
Le mois se conclut par une journée très douce le 30, suivie d'une dégradation orageuse le 31. Les rafales de vent restent modérées, mais l'arrosage est encore important, notamment dans le secteur de Montauban où l'on relève 60 mm de pluie.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Temps très agité.

Les deux premiers jours, les perturbations ne font qu'effleurer la région, mais leur défilé reprend avec vigueur dès le 3 : un épisode de vent d'Autan violent (110 km/h dépassés du Lauragais à l'Aveyron) précède l'arrivée de précipitations importantes le 4, en particulier sur la moitié nord-est de la région. Le refroidissement associé se traduit par des chutes de neige à très basse altitude sur le Massif Central et dans une moindre mesure sur les Pyrénées. La perturbation suivante, le 5, est moins virulente, mais le lendemain c'est la tempête Zeus qui balaie la région avec des rafales de 90 à 110 km/h généralisées. La bordure est et le piémont pyrénéen sont à nouveau très arrosés le 7.

   

Du 8 au 20 : Plus calme avec de belles journées.

Le retour de conditions anticycloniques calme le jeu, mais l'humidité résiduelle engendre beaucoup de grisaille en plaine.
Soleil et douceur progressent cependant par le sud, et culminent le 11, où le thermomètre affiche 25°C sur le Massif Central, 26 à 28°C au pied des Pyrénées ! Petite douche froide le lendemain avec le passage d'une perturbation peu active, qui se bloque sur les Pyrénées le 13, puis retour au calme jusqu'au 20 dans une atmosphère qui s'assèche progressivement.

   

Du 21 au 25 : Instable et frais​.

Une zone dépressionnaire installée sur la péninsule ibérique fait circuler, d'abord sur l'ouest puis sur le flanc méditerranéen, des pluies parfois orageuses et mêlées de grésil ou de grêle, ou accompagnées de chutes de neige à basse altitude sur le relief.

   

Du 26 au 31 : Du soleil avant les orages.

Le soleil prend sa revanche, et après un ultime coup d'Autan le 27, un temps calme et doux s'installe jusqu'au 30, mais le mois s'achève sous les grondements d'orages très pluvieux, qui portent le cumul mensuel des précipitations jusqu'au double de la normale sur le nord de la région.

   

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2017

Caractère dominant du mois

Ce mois d'avril est marqué par une longue période anticyclonique qui a permis un ensoleillement remarquable et une sécheresse généralisée sur l'ensemble du territoire.

  

Précipitations

Elles sont très rares, avec souvent trois semaines consécutives sans pluie en plaine, et un cumul déficitaire de 50 à 80% par rapport à la normale d'avril.

Les précipitations se font surtout remarquer par leur absence : beaucoup de stations de plaine n'enregistrent que trois jours avec pluies significatives, en tout début et fin de mois. Le relief est plus souvent arrosé, mais les cumuls de 40 à 70 mm enregistrés ne représentent que la moitié de la normale. En plaine le déficit atteint 60 à 80%. Il faut remonter à 1982 pour trouver un mois d'avril plus sec que celui-ci dans le Gers.
A cette absence de pluie s'associent un ensoleillement important et des températures diurnes élevées, ce qui amplifie l'assèchement des sols. Alors que le bon arrosage de mars avait rétabli la situation presque partout, fin avril la sécheresse des sols est généralisée.

2017-04.png  

  

Températures

Avril 2017 est un mois de contrastes, alternant journées très douces et nuits très froides, et parfois l'inverse, pour un résultat global plutôt doux en plaine, plutôt frais en montagne.

Moyennée sur le mois, la température est proche de la normale, avec un écart de -1 à 0°C en montagne, 0 à 2°C en plaine.
Mais on retiendra surtout le contraste entre des journées presque estivales en début de mois, et des nuits fortement gélives en fin de mois : les 25°C sont dépassés à Auch le 8 et le 9, mais le 20 et le 21 on y relève -2°C sous abri, et -6°C à 10 cm au-dessus du sol.
Les moyennes des températures minimales sont donc inférieures aux normales, tandis que celles des maximales sont nettement excédentaires.
Mais le mois connaît aussi des journées maussades, comme le 15 et surtout le 26 où la température ne dépasse pas 10 °C sur l'ensemble de la Haute-Garonne, et une partie du Gers et du Tarn.
Certaines nuits sont douces : minimales de 12°C le 11 en Tarn-et-Garonne.
Le yo-yo des températures s'est parfois montré brutal : la température maximale à Villefranche-de-Rouergue passe ainsi de 25°C le 24, à 18°C le 25, puis moins de 7°C le 26 !
De quoi donner raison au proverbe : "En avril, ne te découvre pas d'un fil !"

2017-04-1.png   2017-04-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé très largement sur toute la région. Le cumul d'ensoleillement le place au deuxième rang des mois d'avril les plus ensoleillés après celui de 1997.

La durée d'insolation est comprise entre 240 h au pied des Pyrénées, et 280 h à Toulouse, soit 40 à 50% de plus que la moyenne. Avril 2017 n'atteint pas les valeurs record de 1997, mais se situe au 2e rang à Blagnac, Auch ou Saint-Girons, et au 3e rang, derrière 2011, à Montauban, Gourdon, Albi ou Millau. Du 6 au 24, le soleil a brillé sans entrave sur toute la région quasiment tous les jours, avec simplement une petite parenthèse nuageuse le 11 puis le 15 et le 16.

  

Vent

Avec la prédominance de conditions anticycloniques, le vent est resté très modéré durant ce mois d'avril : en dehors du premier et du dernier jour du mois, aucune rafale ne dépasse 60 km/h en plaine. Le secteur nord-ouest à nord domine largement, le vent d'Autan ne s'est manifesté qu'à deux ou trois reprises, en restant très timide.
Ce n'est qu'en toute fin de mois que le vent s'est montré réellement virulent : une ligne orageuse a balayé la région d'ouest en est dans l'après-midi du 30, et occasionné des rafales entre 70 et 90 km/h.

    

Faits marquants

- Sécheresse prolongée.
La persistance de conditions anticycloniques a tenu la région à l'écart des perturbations et donc des précipitations durant la majeure partie du mois. La région compte ainsi 19 journées sans aucune pluie significative (apportant plus de 1mm d'eau). Onze stations n'ont enregistré que trois jours de pluie dans le mois : le 1er, le 25 et le 30, soit plus de trois semaines consécutives sans pluie !
- Fortes gelées nocturnes.
En milieu de mois, le flux toujours anticyclonique s'oriente au nord-est et nous envoie de l'air continental très sec. Transparence de l'atmosphère et absence de vent favorisent le refroidissement nocturne. Des gelées sous abri parfois marquées sont observées du 19 au 21, puis à nouveau le 28 et le 29 : -3.3°C à Monteils (12), -4°C à Ste Anne (32). Les vignobles et vergers, dont la végétation avait pris de l'avance suite à un hiver doux, subissent un fort préjudice.
- Orages le 30 avril.
En matinée, un vent d'Autan modéré souffle sur la région , il bascule brusquement à l'ouest l'après-midi, tandis qu'une ligne orageuse balaie la moitié nord de la région. Les rafales atteignent 80 à 90 km/h, et jusqu'à 101 km/h à St Félix-Lauragais. Tarn et Aveyron reçoivent des cumuls de pluie appréciables, de 20 à 40 mm, plus au sud l'arrosage reste parcimonieux.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Frais et instable.

Le début du mois est marqué par un temps frais et assez perturbé avec quelques périodes ensoleillées, mais aussi de nombreux passages nuageux et des averses éparses, plus nombreuses sur le relief, avec des chutes de neige qui s'abaissent temporairement jusque vers 1000 mètres le 2 avril.

   

Du 5 au 14 : Ensoleillé et très doux​.

Un puissant anticyclone s'installe durablement sur la France et le temps est très ensoleillé sur la région, les températures atteignent un niveau élevé pour la saison, dépassant souvent les 25°C du 8 au 10 en plaine. Mais l'atmosphère devient instable le 9, quelques averses se déclenchent sur les Pyrénées, le 10 des orages éclatent aux abords du Massif central. Du 11 au 14 le soleil domine à nouveau dans une ambiance légèrement rafraîchie.

   

Du 15 au 24 : Nuages, puis soleil radieux​.

Une perturbation atténuée apporte de petites ondées dans la soirée du 15 et la température se rafraîchit.
Les jours suivants, le temps très ensoleillé se rétablit et de l'air continental très sec envahit peu à peu la région. Les journées sont assez douces mais les nuits sont glaciales du 19 au 22 avril, avec de fortes gelées qui causent de gros dégâts dans les vignobles et les vergers. Puis peu à peu les températures nocturnes se radoucissent et les après-midi deviennent très agréables, avec des valeurs autour de 25°C l'après-midi du 22 au 24.

   

Du 25 au 30 : Frais et perturbé.

Une perturbation aborde la région dans la journée du 25, accompagnée de pluies bien marquées dans la nuit et suivie d'un temps instable et froid pour la saison. La neige s'abaisse jusqu'à très basse altitude le 26 et la température ne dépasse guère les 10°C dans les plaines. Ce temps instable perdure jusqu'à la fin du mois et un passage orageux très actif traverse la région le dimanche 30 avril, avec de violentes bourrasques qui dépassent par endroits les 100 km/h.

   

Source : Météo France

   

   

   

MAI 2017

Caractère dominant du mois

Mai 2017 est un mois plutot bien arrosé, chaud et ensoleillé. En bref, un avant goût d'été avec des orages marqués et des températures élevées pour la saison.

  

Précipitations

L'arrosage a été globalement abondant sur la région, mais s'est produit le plus souvent sous forme de pluies orageuses.
Une relative sécheresse perdure sur le relief.

La région a été plutôt bien arrosée durant ce mois habituellement déjà assez humide.
Les cumuls de précipitations varient fortement d'un département à l'autre en raison du caractère le plus souvent orageux de ces pluies. La plaine toulousaine voit son cumul de précipitations atteindre ainsi une fois et demi la normale, alors qu'il atteint ponctuellement seulement 60 à 70% sur le sud de l'Aveyron. Les Pyrénées sont également relativement peu arrosées, à la fois en terme de cumuls et de journées de pluie.
Les épisodes pluvio-orageux se sont succédé à intervalles réguliers durant le mois, avec notamment un gros épisode le 30.

2017-05.png  

  

Températures

Les températures sont montées crescendo durant le mois, avec un pic de chaleur entre le 25 et le 28.
En moyenne, elles sont nettement supérieures aux normales.

Ce mois de mai a été très chaud, les températures moyennes sont supérieures de 1,5 à 2 degrés aux normales de saison selon les endroits. Nous ne sommes pas au niveau du record pour ce paramètre, mais souvent au 3 ou 4ème rang depuis 30 ans. Les températures maximales sont quand à elles souvent supérieures de 2 à 3 degrés aux normales saisonnières.
Les minimales sont un peu plus raisonnables et s'écartent moins des moyennes de saison.
La première décade du mois est plutôt conforme à la normale, avec une pointe de fraîcheur le 1 et le 2.
Un premier pic de chaleur se produit durant la 2ème décade, avec déjà souvent entre 28 et 30 degrés au meilleur de la journée du 16 et du 17.
Après une baisse des thermomètres du 18 au 20, la chaleur revient pour la fin du mois, en particulier du 24 au 28. On atteint lors de cette période des températures de plein été, 30 à 32 degrés, localement 33 degrés le 27.
A noter également des températures minimales remarquablement élevées le 28 et le 29 (quelques records mensuels), avec plus de 18 degrés à Luchon, Gourdon, Toulouse, ou Auch.

2017-05-1.png   2017-05-2.png

  

Insolation

Le soleil a été généreux sur l'ensemble de la région malgré les pluies conséquentes.

Sans être tout à fait exceptionnelle, la durée d'ensoleillement mensuelle est assez nettement supérieure aux normales de saison sur l'ensemble de la région: cet excédent varie de 5/10 % sur le Lot, et jusqu'à 20/30 % sur les Hautes Pyrénées.
La durée d'ensoleillement atteint par exemple 240 heures à Toulouse, soit une trentaine d'heures de plus que la normale. Quelques journées connaissent toutefois un ensoleillement quasi nul, le 02, le 23, ou le 30.

  

Vent

Les flux de sud à sud-ouest fréquents ont occasionné quelques épisodes de vent d'autan sur son domaine, assez nombreux sur le midi toulousain. 
Toutefois, les épisodes de vent violent sont rares sur l'ensemble de la région : on peut tout au plus noter la journée du 05 avec 105 km/h de vent d'autan à Castres, 100 km/h à St Félix-Lauragais.
On enregistre une rafale maximale "modeste" de 123 km/h au pic du midi le 12.

    

Faits marquants

- Des orages forts.
Des intempéries se sont produites, sur la Haute Garonne en particulier, les 11, 22 et 30 : le 11, dans un flux de sud-ouest instable, sous orages, on observe des grêlons de 12 mm à la Grâce dieu, et des cumuls de pluie atteignant les 43 mm à St Félix-Lauragais.
Le 22, ce sont 43 mm qui tombent au Lherm sous averses. Le 30, un important épisode orageux nécessitant une vigilance orange touche le sud de la région mais surtout l'agglomération toulousaine, avec jusqu'à 40 mm à Francazal, 29 mm en 1h à Muret, une école est évacuée vers Pibrac.
- Chaleur inhabituelle en deuxième partie de mois.
La région connaît déjà un premier pic de chaleur du 15 au 17, avec des températures proches de 30 degrés en plaine.
Du 24 au 28, le mercure s'envole à nouveau, ponctuellement plus de 32 à 33 degrés l'après-midi.
Mais ce sont les températures minimales sur cette période qui sont les plus remarquables, des records mensuels sont battus, avec plus de 18 degrés en fin de nuit à Luchon, Gourdon, Toulouse, ou Auch les 28 et 29.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 9 : Un peu de fraîcheur et quelques passages perturbés.

Un temps bien frais pour la saison par flux de nord-ouest est présent sur la région du 01 au 02.
L'arrosage est modéré sur l'épisode. 
Amélioration provisoire ensuite les 03 et 04 avec une légère hausse des champs de pression. Temps sec et ciel variable, passagèrement nuageux. Un vent d'autan soutenu sur son domaine en journée souffle le 05, une perturbation pluvio-instable traverse la région en soirée et s'évacue le lendemain.
Du 07 au 09, installation de conditions plus stables, le temps est bien ensoleillé.

   

Du 10 au 14 : Orageux​.

Un flux de sud-ouest instable est en place sur la région: le ciel est variable, avec ponctuellement de fortes averses orageuses et de la grêle, temps lourd et températures supérieures aux normales de saison.

   

Du 15 au 17 : Un avant goût d'été​.

Beau temps généralisé, premier pic de chaleur le 16, avec des températures maximales proches de 30 degrés. Quelques ondées orageuses se produisent en toute fin de période.

   

Du 18 au 22 : Temps chaotique​.

Le 18, un front froid pluvieux actif traverse la région, prenant en début d'épisode un caractère orageux : l'arrosage est localement copieux sur le Tarn et le Tarn-et-Garonne.
Forte baisse du mercure à cette occasion en l'espace de quelques heures. Un temps frais et faiblement perturbé d'ouest s'accompagne de quelques averses et d'un ciel variable du 19 au 20. Belle amélioration le 21 avant une nouvelle forte dégradation orageuse le 22 donnant ponctuellement de très fortes averses.

   

Du 23 au 31 : Soleil, chaleur, puis orages.

Situation anticyclonique avec un temps de plus en plus chaud du 23 au 24. Les températures sont très élevées, dépassant la barre des 30 degrés le 25. Le flux bascule ensuite au sud-ouest en altitude, le vent d'autan s'invite, le temps reste beau et très chaud pour la saison avec quelques averses en montagne. Le temps est ensuite très instable dès le 30 avec de très fortes averses observées, une amélioration se dessine le 31.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2017

Caractère dominant du mois

Ce mois de juin se caractérise avant tout par ses températures très élevées, de jour comme de nuit. Avec 2 à 4 °C de plus que la normale, c'est le 2e mois de juin le plus chaud derrière 2003.

  

Précipitations

Essentiellement orageuses, les précipitations sont très hétérogènes, largement excédentaires sur le tiers nord de la région et dans une moindre mesure sur les Pyrénées, nettement déficitaires ailleurs.

L'arrosage est très inégal dans le temps et dans l'espace : l'Aubrac, le Rouergue, l'est du Lot ont reçu jusqu'au double de leur cumul habituel (208 mm à Laguiole), alors que de la Bigorre au Tarn, le déficit atteint de 30 à 50% (25 mm à Lahas (32).
Ce sont en effet les orages de début et fin de mois qui ont apporté l'essentiel des précipitations : 65 mm à Villeneuve (12) le 3, 54 mm le 27 !
Entre les deux s'étend une longue période de sécheresse : jusqu'à 23 jours consécutifs sans pluie significative à Montans (81). Au 26 juin, la sécheresse des sols est généralisée sur la région, et sévère du Gers à l'Aveyron. 5 jours plus tard, la situation est rétablie sur la moitié nord mais reste préoccupante de la Lomagne gersoise à la vallée de la Save..

2017-06.png  

  

Températures

Après un début de mois un peu frais, les températures s'élèvent graduellement pour atteindre des valeurs caniculaires du 19 au 22. Le retour des orages en fin de mois ramène une fraîcheur marquée.

Juin 2017 commence et finit dans la fraîcheur, mais connaît dans l'intervalle des températures très élevées. Certaines stations enregistrent jusqu'à 7 journées avec plus de 35 °C.
La température moyenne se situe le plus souvent entre 2.5 et 3.5 °C au-dessus de la normale, mais la surchauffe se limite à 2 °C sur les Pyrénées. Ces valeurs placent le cru 2017 au 2e rang des mois de juin les plus chauds, loin cependant derrière juin 2003.
En moyenne l'écart est plus sensible sur les températures diurnes, et pourtant c'est sur les minimales que des records mensuels plus que trentenaires sont tombés au fil du mois : 20.9 °C à St Girons (09)le 13, 22.1 à Blagnac (31) le 19, 24.3 à Peyrusse-Grande (32) le 22.
Côté maximales, plus de 20 stations enregistrent 38°C ou plus le 22, mais les records de 2003 sont rarement dépassés.
Tout ceci ne doit pas faire oublier les journées franchement frisquettes en début et fin de mois, notamment le 4 où le thermomètre n'affiche pas plus de 15 °C à Beaucaire (32), et le 30, journée la plus froide du mois sur la moitié nord-est de la région, avec des maximales voisines de 12 °C sur les plateaux aveyronnais.

2017-06-1.png   2017-06-2.png

  

Insolation

Le soleil s'est montré un peu plus souvent que la moyenne en ce mois de juin 2017, l'excédent atteint presque 20% sur un axe Auch-Toulouse.

Juin 2017 est légèrement plus ensoleillé que la normale, seule la station de Campistrous (65) enregistre un léger déficit.
La durée d'insolation est comprise entre 189 h à St Girons (09), et 262 h à Millau (12),soit un excédent d'environ 10% dans les deux cas. Le bonus atteint presque 39 h (+20%) à Auch, malgré des entrées de nuages océaniques récurrentes.
La deuxième décade est particulièrement ensoleillée sur l'ensemble de la région.

  

Vent

Les vents d'ouest à nord-ouest dominent durant ce mois de juin 2017.
Hors situations orageuses, ils restent modérés, n'atteignant pas 60 km/h en plaine. La journée du 6 est un peu plus agitée, avec 70 km/h enregistrés à Toulouse-Francazal, et 74 km/h relevés à Lunegarde (46).
Un épisode d'Autan modéré s'est manifesté du 18 au 19 (76 km/h à Saint-Félix-Lauragais (31), 83 km/h à Castres (81)).
Les orages de la fin du mois se sont accompagnés de rafales nettement plus virulentes, en particulier le 27 : 83 km/h à Caylus (82), 109 km/h à Villefranche de Rouergue (12) et à Pamiers (09), 127 km/h près de la Montagne Noire.

    

Faits marquants

- Canicule du 19 au 22.
Le bon ensoleillement de la 2ème décade, lors des longues journées précédant le solstice, a abouti à la survenue d'un épisode caniculaire, inhabituel avant même l'arrivée officielle de l'été.
Avec des températures maximales dépassant presque partout 37 °C en plaine le 22, les records mensuels absolus de 2003 ont alors été souvent approchés, parfois égalés, mais rarement dépassés : en 2003, la température avait dépassé 40°C sur de nombreuses stations du Gers au Lot, alors que cette année on n'atteint "que" 39,9 °C à Montans (81), nouveau record pour un mois de juin pour cette station (39,1 en 2003).
Cet épisode caniculaire précoce prend fin brusquement le 23 : une couche de nuages bas océaniques couvre toute la région, le vent d'ouest se renforce et les températures de l'après-midi perdent jusqu'à 15 degrés par rapport à la veille !
- Orages du 27.
Les températures dépassent à nouveau 30 °C le 27, mais l'atmosphère est devenue instable, de forts orages se déclenchent en soirée. Les rafales de vent dépassent localement 100 km/h, les pluies sont intenses du Frontonnais au Rouergue, dix stations du Lot et de l'Aveyron enregistrent plus de 50 mm. La grêle touche le vignoble du Frontonnais, déjà mis à mal par les gelées d'avril.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Instable et frais.

Le mois commence, avec des températures agréables atteignant 25 à 30 °C l'après-midi, et quelques orages cantonnés au relief. Mais le 3, l'ambiance change, les orages défilent sur la région et arrosent copieusement le Rouergue (65 mm à Villeneuve (12)), les températures chutent nettement, il neige sur les Pyrénées au-dessus de 2300 m.
Après une journée très maussade le 4, le soleil reprend petit à petit l'avantage et l'atmosphère se réchauffe doucement.

   

Du 8 au 22 : Le thermomètre s'emballe​.

Une première bouffée d'air chaud gagne la région par le sud-ouest le 8, les 30 °C sont dépassés. Des orages éclatent la nuit suivante et ils laissent pas mal d'humidité derrière eux le lendemain. Mais des conditions anticycloniques s'installent à partir du 10 et le temps devient de plus en plus estival, même si des entrées de nuages océaniques tempèrent l'ardeur du soleil certains jours. La hausse des températures se poursuit inexorablement : les 35 °C sont dépassés localement le 11 puis le 13. Les orages isolés qui éclatent du 13 au 15 ne rafraîchissent pas l'atmosphère, et à partir du 17 le soleil règne en maître durant ces journées très longues à l'approche du solstice. La chaleur devient caniculaire, avec des températures qui restent souvent supérieures à 20 °C la nuit, et qui culminent entre 36 et 39 °C l'après-midi du 22.
Quelques orages éclatent sur le relief.

   

Du 23 au 30 : Orages et fraîcheur.

Le 23, toute la région s'isole sous une couverture de nuages bas donnant quelques gouttes, et l'air redevient respirable, avec des maximales s'échelonnant de 23 à 26 °C d'ouest en est. Du 24 au 26, le soleil parvient à percer l'après-midi et les températures regagnent quelques degrés, mais les orages deviennent plus fréquents. Le 27, le thermomètre affiche encore 30 à 34°C sur la moitié est de la région.
Portés par un flux de sud-ouest, des orages très actifs balaient la région, accompagnés de fortes rafales de vent, et de pluies intenses mêlées de grêle du Frontonnais au Rouergue. Les averses orageuses restent au menu des jours suivants et le mois se conclut dans une fraîcheur automnale.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2017

Caractère dominant du mois

Ce mois de juillet est caractérisé par un ensoleillement très faible et par des précipitations inégalement réparties, avec des températures qui ont beaucoup varié au fil des semaines.

  

Précipitations

Les pluies sont liées à des épisodes orageux assez fréquents. Le cumul mensuel fait apparaître une moyenne régionale proche de la normale qui cache des contrastes marqués.

Les pluies de ce mois de juillet sont essentiellement dues à des épisodes orageux qui ont affecté la région à plusieurs reprises. La première vague orageuse importante a donné des pluies localement abondantes dans la nuit du 8 au 9 juillet sur le sud de la région, notamment en Ariège et Haute-Garonne. Puis dans la soirée du 19 juillet, les orages ont affecté l'ensemble de la région, avec des pluies diluviennes sur un axe Bigorre, plaine toulousaine et Quercy, parfois accompagnées de chutes de grêle.
Sur l'ensemble du mois, les pluies sont nettement déficitaires sur les Pyrénées, ainsi que sur l'ouest du Lot, le nord du Tarn et l'Aveyron, mais souvent excédentaires sur le reste de la région.

2017-07.png  

  

Températures

La moyenne des températures est légèrement au-dessus de la normale, mais le mois est marqué par une alternance de coups de chaleur et de périodes plus fraîches.

Les fluctuations de la température ont dominé ce mois de juillet, avec une succession de périodes fraîches et de coups de chaleur.
Le premier jour du mois, la température ne dépasse pas 16°C près du relief et elle plafonne autour de 20°C dans les plaines de toute la région. Puis le 4 juillet les 35°C sont atteints en de nombreuses localités et le 7, jour le plus chaud du mois, on relève jusqu'à 38°C à Lavaur (81) et 39,7 à Bioule (82) !
Après une période de fraîcheur autour du 10 juillet, la température remonte entre 32 et 35°C du 16 au 18, avant de s'effondrer autour de 22°C le 20 juillet au meilleur de la journée. Puis cette fraîcheur perdure quelques jours, avant un nouveau pic de chaleur le 29 juillet : 35°C à Albi, Monteils (12), Saint-Antonin (82); l'Isle-Jourdain (32) et au Mas d'Azil (09).
Sur l'ensemble du mois, les températures maximales sont en moyenne très proches de la normale. En revanche, avec un ciel souvent très nuageux tout au long de la nuit, les températures minimales sont restées douces et plus élevées que les valeurs normales de juillet, avec un excédent compris entre 1 et 2 degrés.

2017-07-1.png   2017-07-2.png

  

Insolation

Le déficit d'ensoleillement est très important, puisqu'il atteint 20 à 25%.
Plusieurs journées grises en font le mois de juillet le moins ensoleillé des 30 dernières années.

Alors que juillet est traditionnellement le mois le plus ensoleillé de l'année, ce cru 2017 déroge aux règles habituelles. Avec un cumul d'ensoleillement souvent compris entre 150 et 200 heures, il se situe sur la majeure partie du territoire très au-dessous de la normale, avec un déficit de 20 à 25%. Seul le sud de l'Aveyron a connu un ensoleillement plus généreux, très proche de la normale.

  

Vent

Le vent d'ouest a soufflé souvent tout au long de ce mois de juillet 2017, avec par moments de bonnes rafales dans les plaines de Gascogne et sur les hauteurs du Massif Central en début et fin de mois, ainsi qu'au passage des orages du 19 juillet (85 km/h à Toulouse et 99 km/h à Montrédon-Labessonnié dans le Tarn.
Le vent d'autan a soufflé moins souvent, mais des pointes de 70 km/h sont mesurées le 18 juillet entre Toulouse et le seuil de Naurouze, puis proches 100 km/h le dernier jour du mois au pied de la Montagne Noire.

    

Faits marquants

- Vague orageuse du 19 juillet.
Après une journée très chaude, avec des températures qui atteignent 30 à 33°C sur une grande partie du territoire, de gros orages se déclenchent en soirée sur la Bigorre, avant de gagner la plaine toulousaine dans la soirée et l'ensemble de la région dans la nuit. Ces orages ont donné localement des chutes de grêle notamment dans les Haute-Pyrénées, le Tarn-et-Garonne et le Lot, ainsi que des pluies intenses : 40 mm à Lombez (32) et Saint-Lys (31), 65 mm à Vaour (81) et 80 mm à Comiac dans le nord du Lot !
- Période fraîche du 20 au 26.
Après cette vague orageuse, la température a chuté très nettement et le 20 juillet elle atteignait seulement 19°C à Rodez, 20°C sur le piémont pyrénéen, 22°C à Auch et Toulouse, 23°C à Albi. Ces valeurs très basses pour la saison ont perduré plusieurs jours, atteignant au mieux 23 à 25°C jusqu'au 26 juillet.
Cette période fraîche et très nuageuse au coeur de l'été est assez inhabituelle, d'autant que la fin juillet est en moyenne la période la plus chaude de l'été.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Fraîcheur.

Le début du mois se déroule sous les nuages, avec des averses et de la neige au-dessus de 2400 mètres.
La fraîcheur est très marquée, avec des températures inférieures à 20°C le 1er juillet et autour de 25°C le 2 jours suivants.

   

Du 4 au 7 : Chaleur​.

Le soleil est de retour et à la faveur d'un léger flux de sud la chaleur gagne toute la région, avec un pic de 35 à 39°C le 7 juillet.

   

Du 8 au 19 : Orages​.

Au passage d'une goutte froide qui remonte de l'Espagne, le temps est très orageux du 8 au 10, avec localement des pluies intenses et partout des températures en baisse sensible. Puis le temps se calme les jours suivant mais le vent de nord-ouest apporte de nombreux nuages et les températures sont fraîches pour la saison. Puis un anticyclone gagne toute la France et un temps estival s'installe provisoirement à partir de la mi-juillet avec un soleil radieux et des températures supérieures à 30°C. Mais dès le 17 quelques orages éclatent en montagne et le 19 une vague orageuse très active gagne toute la région dans la soirée et la nuit, avec des pluies diluviennes et de fortes rafales de vent.

   

Du 20 au 26 : Bien nuageux.

Le temps est maussade et très frais tout au long de cette période, avec des nuages abondants et quelques bruines en matinée, puis des averses localement orageuses sur le relief les après-midi. Le vent d'ouest souffle assez fort et les températures sont douces la nuit mais bien fraîches en journée, souvent comprises entre 22 et 25° degrés.

   

Du 27 au 31 : Plus chaud.

Le temps perturbé se décale vers le nord du pays, mais les nuages océaniques sont souvent épais en début de matinée, avec un peu de bruine. Le soleil est plus généreux l'après-midi et la température retrouve un niveau estival, avec même un pic de chaleur le 29 juillet, 
suivi d'un temps instable, avec quelques ondées orageuses pour la fin du mois.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2017

Caractère dominant du mois

Août 2017 est un mois globalement chaud mais très contrasté, avec des températures en dents de scie, et des précipitations essentiellement orageuses, très inégalement réparties.

  

Précipitations

Les fréquents orages qui ont traversé la région ont privilégié un axe Bigorre-Aubrac, où les cumuls sont largement excédentaires. Ailleurs, l'arrosage reste nettement déficitaire.

A l'échelle de la région, août 2017 est à peine moins arrosé que la moyenne. Mais cette apparente normalité masque de forts contrastes : l'axe Bigorre-Aubrac enregistre des cumuls largement excédentaires, (jusqu'au double de la normale à Laissac (12)), tombés principalement durant la nuit du 30 au 31.
De part et d'autre de cet axe, l'arrosage est déficitaire de 30 à 60 %, et jusqu'à 80 % sur les Causses aveyronnais. Cette répartition des pluies étant presque inverse de celle de juin, l'indice d'humidité des sols redevient assez proche de la normale à la fin août, sauf en bordure du Languedoc.

2017-08.png  

  

Températures

Août 2017 a alterné journées estivales, voire caniculaires, et périodes bien fraîches. Au final, il se place parmi les dix mois d'août les plus chauds des 50 dernières années.

Excepté sur les Pyrénées, la température moyenne est supérieure à la normale, avec un écart souvent voisin de 1°C. Sans être exceptionnel, août 2017 se place ainsi dans le top 10 des mois d'août les plus chauds de ces cinquante dernières années.
Les journées chaudes sont plus nombreuses qu'à l'accoutumée (19 jours à plus de 30°C à Albi, soit 7 de plus que la normale, 5 jours à plus de 35 °C à Castelsarrasin (82), pour une normale de 3). Elles se concentrent surtout en dernière décade, où la chaleur prend un caractère caniculaire, en particulier dans le Tarn, qui compte 4 journées avec plus de 35°C, et deux nuits à plus de 21°C.
Ces journées estivales compensent ainsi la période très automnale du 8 au 11, où le thermomètre évolue en plaine entre 8 à 10°C le matin et à peine 20°C l'après-midi , où la neige tombée le 9 au refuge du Maupas (2430 m) tient pendant 3 jours, et où la température reste négative au Pic du Midi durant toute la journée du 10.

2017-08-1.png   2017-08-2.png

  

Insolation

Malgré une première décade assez grise, la durée d'insolation est finalement proche de la normale, déficitaire de 5 à 10% au pied des Pyrénées, légèrement excédentaire ailleurs.

Avec une alternance de passages perturbés et de périodes plus anticycloniques, l'ensoleillement de ce mois d'août 2017 est assez proche de la normale. Les nuages se sont attardés davantage sur le nord de la région, ainsi qu'au pied des Pyrénées, en particulier en première décade. En revanche, la plaine et le sud du Massif Central ont bénéficié d'un petit bonus. L'excédent atteint 10% à Millau.

  

Vent

Ce mois d'août 2017 est globalement assez tranquille : les stations de plaine enregistrent au maximum deux jours avec des rafales supérieures à 60 km/h, et souvent aucun.
Mais ces dépassements de seuil, souvent liés à des orages, n'ont pas été anodins : le 27, 89 km/h sont enregistrés à Castelsarrasin (82), 98 km/h à Cos (09) ; le 30, les 90 km/h sont à nouveau dépassés à Puycelsi (81) et Cornus (12).
En dehors des orages, ce n'était pas non plus le calme plat : le vent a soufflé assez fort près d'un jour sur deux à Blagnac, et les rafales d'Autan ont dépassé 70 km/h à plusieurs reprises du Lauragais aux Causses Aveyronnais.

    

Faits marquants

- Forte chaleur du 21 au 29.
Après des températures très automnales autour du 10, l'été prend une belle revanche en dernière décade. En plaine, les maximales restent supérieures à 30°C durant 9 jours consécutifs, et certaines stations enregistrent 4 à 5 jours à plus de 35°C. La journée la plus chaude est souvent celle du 22, où l'on approche localement les 39°C, mais la chaleur devient caniculaire le 27 et le 28, avec des minimales supérieures à 21°C.
- Orages en fin de mois.
De fréquents orages ont émaillé ce mois d'août, mais ceux de la nuit du 30 au 31 se distinguent par les cumuls conséquents apportés des Hautes-Pyrénées à l'Aveyron. Sur l'Aubrac, l'arrosage est diluvien, dépassant 50 mm sur une large zone ; 3 stations ont enregistré plus de 90 mm, le record étant détenu par Aurelle-Verlac avec 103.6 mm !
- Bilan de l'été 2017.
Avec une température moyenne supérieure de 1 à 2°C à la normale, juin, juillet et août constituent le 2e été le plus chaud à Blagnac, Albi et Auch, loin derrière le mémorable été 2003. A Gourdon, Montauban, Tarbes, St Girons ou Millau, l'été 2015 était un peu plus chaud.
Côté précipitations, c'est un mois plus ordinaire, avec des cumuls souvent proches de la moyenne.
Une sécheresse prononcée persiste cependant sur les Causses aveyronnais, tandis que des excédents de 20 à 40% sont relevés ponctuellement des Hautes Pyrénées à l'Aubrac et à l'est du Lot.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Chaud et parfois orageux.

Le flux de sud-ouest bien établi en altitude apporte de l'air chaud sur la région. Les nuages limitent parfois la hausse des températures, en particulier au pied des Pyrénées, mais du 2 au 4 le thermomètre grimpe sous le soleil, les 37°C sont dépassés le 2 sur le Tarn et l'Aveyron. Jusqu'au 5 les orages sont rares et limités au relief, mais dans la nuit du 5 au 6, ils arrosent très copieusement les massifs frontaliers des Pyrénées ( 50 à 70 mm de pluie relevés dans les refuges) avant de gagner la plaine puis le sud du Massif Central. Une nouvelle offensive apporte 20 à 30 mm d'eau dans la nuit du 7 au 8 du Frontonnais à l'Aubrac.

   

Du 8 au 11 : Avant-goût d'automne​.

Le 8, le flux s'oriente au nord-ouest, et un temps gris, humide et froid envahit la région. Les températures sont dignes d'un mois d'octobre, souvent inférieures à 10°C le matin, et ne dépassant pas 20°C l'après-midi.

   

Du 12 au 21 : Variable​.

Le retour du soleil le 12 amorce un lent réchauffement de l'atmosphère, qui retrouve des températures estivales le 14, avant une dégradation orageuse dans la nuit.
Les jours suivants alternent passages faiblement perturbés et moments plus agréables. Le ciel se dégage à partir du 19, les températures diurnes remontent, mais les nuits sont très fraîches (5 à 6°C le 20 en Aveyron).

   

Du 22 au 31 : Chaleur et orages.

Le flux d'altitude s'oriente à nouveau au sud-ouest, et un épisode de fortes chaleurs débute, ponctué d'orages parfois forts. Les maximales sont d'emblée très élevées (35 à 38°C le 22), et, après un bref répit le 23 suite à une nuit orageuse, elles le restent jusqu'au 30. La chaleur devient caniculaire le 27 et 28, lorsque les températures ne s'abaissent pas en dessous de 21 voire 22°C durant la nuit.
L'épisode se conclut brutalement dans la nuit du 30 au 31 par des orages très pluvieux, et le mois se termine dans la fraîcheur.

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2017

Caractère dominant du mois

Septembre 2017 est un mois résolument frais, peu ensoleillé, et plutôt sec.
On note toutefois un nombre relativement important de jours de pluie.

  

Précipitations

Les cumuls de pluie sont conformes aux normales saisonnières sur la partie ouest de la région, déficitaires sur le Tarn, l'Aveyron et le relief des Pyrénées.

Sur l'ensemble de la région, septembre 2017 est un mois plutôt sec.
Cette sécheresse est surtout marquée sur les départements du Tarn et de l'Aveyron, où le déficit pluviométrique est proche de 20 à 30 % de la normale. Il est ponctuellement beaucoup plus marqué en s'approchant des zones de climat méditerranéen, il atteint par exemple 75% à Millau, plus de 80% à Cornus. Plus à l'ouest et sur l'Ariège, l'arrosage est grosso modo conforme aux moyennes saisonnières.
Le nombre de jours de pluie au seuil de 1 mm est partout relativement élevé, voisins de 14 à 15 jours sur le Lot, 13 à 14 sur l'Ariège, 8 à 10 en plaine toulousaine.
C'est souvent 4 à 6 jours de plus que la normale.

2017-09.png  

  

Températures

Une fraîcheur notable s'est installée durant ce mois :les températures moyennes sont inférieures de 1 à 2 degrés aux normales.

En raison d'un ensoleillement souvent faible pour la saison, septembre 2017 est un mois frais : avec un déficit par rapport aux normales de 1.5 à 2°C, il s'agit du mois de Septembre le plus "froid" depuis 2001 sur les stations de Montauban, Albi, Gourdon, Toulouse, et Millau. La fraîcheur est moins remarquable sur les stations du piémont pyrénéen, St-Girons et Tarbes, où le précédent est plus récent (2015). Elle s'observe surtout sur les températures maximales en journée, et plus encore sur le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Lot et 
l'Aveyron, où le déficit pour ce paramètre atteint ponctuellement plus de 3°C. La barre des 30°C n'est que très rarement franchie, très localement le 5 sur l'est de la région (31°C à Pamiers ou Puylaurens), ainsi que le 24 (31°C à L'Isle- Jourdain). Les 5 premiers jours de septembre connaissent des températures de saison ou légèrement supérieures aux normales. La fraîcheur s'installe ensuite du 6 au 20 inclus : ainsi sur la station de Toulouse-Blagnac, hormis le 13 du mois, le thermomètre ne dépasse plus les 25°C l'après-midi, avec notamment un minimum le 17 (16°C de maximum ce jour là), et pas plus de 20°C du 14 au 18. Du 21 au 30, le mercure est plus conforme aux normales de saison, avec toutefois des hauts et des bas, ponctuellement des maximales de 30°C le 24, et seulement de 14 à 18°C le 30.

2017-09-1.png   2017-09-2.png

  

Insolation

Il est nettement déficitaire sur la région, en particulier en allant vers le Lot et l'Aveyron.
Plus au sud, ce manque de soleil est moins prononcé.

C'est sans doute l'un des points les plus sensibles de ce mois: on constate un déficit général de la durée d'ensoleillement sur l'ensemble de la région par rapport aux normales: il atteint 5 à 10 % soit une quinzaine d'heure en plaine toulousaine, mais plus de 25% à Albi, soit 45 heures environ, et il atteint quasiment 30% à Gourdon soit une soixantaine d'heures. Sur ces deux dernières stations, il s'agit respectivement des mois de Septembre les plus gris depuis 1998 et 1995.

  

Vent

C'est souvent un vent d'ouest à nord ouest qui a dominé sur la période, accompagnant les nombreux épisodes plus ou moins perturbés.
Les jours de vent d'autan sont rares sur le domaine où il souffle habituellement, et ne donnent lieu qu'à quelques rafales de l'ordre de 30/40 km/h de la région castraise au Tarn et Garonne.
D'ailleurs de manière générale, on ne relève que très peu de périodes de vent fort, tout juste 78 km/h le 11 à Montlaur (12) par vent de nord ouest, 69 km/h à Toulouse Blagnac, 120 km/h au Pic du midi.
Le vent est également soutenu le 14 avec quelques rafales proches de 60/70 km/h sur l'ensemble de la région.

    

Faits marquants

Ce mois de Septembre 2017 a été relativement pauvre en intempéries.
On peut retenir en revanche que septembre 2017 est sur plusieurs stations le plus frais depuis 2001. A noter que les mois de septembre 1995 et 1996 sont encore plus frais que 2001 et 2017. Ce "crû" 2017 est également le moins ensoleillé depuis 1995 à Gourdon, et depuis 1998 à Albi.
On peut noter le petit coup de froid le 15 du mois avec une petite couche de neige tombée sur la montagne ariégeoise au dessus de 1800 m.
Des températures minimales assez froides sont également enregistrées le 20, avec 1.2 °C à Rodez, 1.8°C à Luchon, 4.3°C à Lavaur, 5.5°C à Montauban. On n'enregistre ni coups de vent particulièrement forts, ni orages violents sur la période.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 5 : Du frais vers le chaud.

En début de période, la région est soumis à un flux de nord ouest assez soutenu, dans lequel circulent ou se développent des averses. La fraîcheur est de mise, quelques flocons blanchissent les sommets le 2 au dessus de 2500 m. Les températures remontent le 4 et le 5, 
revenant à des niveaux plus conformes aux normales de saison.

   

Du 6 au 13 : Variable​.

Le temps est mitigé du 6 au 8, avec des passages nuageux nombreux dans le flux de nord ouest, empêchant le mercure de bien progresser en journée. Une perturbation marquée traverse la région le 9 dans un flux d'ouest rapide : le 10, quelques averses s'attardent, le relief est blanchi temporairement au dessus de 2000 m d'altitude. Des pluies sont encore présentes le 11, essentiellement sur le piémont pyrénéen. Une amélioration se dessine le 12, suivie le 13 d'une belle journée avec remontée d'air chaud et températures en forte hausse.

   

Du 14 au 18 : Perturbé​.

Une nouvelle dégradation peu active balaie la région le 14, occasionnant une nette baisse du mercure. Le 15 et le 16, un ciel très nuageux s'accompagne ponctuellement de bonnes averses, notamment sur le relief ou le nord du département, la fraîcheur demeure très marquée. Le 17, une énième perturbation circule, apportant pluies et ciel couvert, elle est suivi le 18 par un ciel de traîne porteurs de nouvelles ondées n'épargnant aucun département.

   

Du 19 au 24 : Plutôt beau​.

De rares averses touchent l'Aveyron le 19, mais la tendance est à l'amélioration. Celle-ci se confirme le 20 après une matinée très fraîche. C'est ensuite un temps ensoleillé et doux, voire chaud l'après-midi qui domine du 21 au 24, avec un peu d'instabilité sur les 
Pyrénées.

   

Du 25 au 30 : Changeant.

Un front pluvio-instable traverse la région le 25, avec des pluies ou des averses orageuses. Le beau temps revient du 26 au 29, les températures un peu fraîches le 26 remontent ensuite pour atteindre un niveau estival sous un soleil généreux. La pluie fait partout son 
retour le 30, les températures baissent brutalement.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2017

Caractère dominant du mois

Ce mois d'octobre se caractérise par de longues périodes anticycloniques qui ont accentué la sécheresse des sols sur la majeure partie de la région, avec des températures souvent bien chaudes pour la saison.

  

Précipitations

Les pluies sont rares, avec un déficit qui atteint 70 à 80% sur la quasi-totalité du territoire. Seuls les versants méditerranéens du Massif Central ont un cumul proche de la normale.

Les pluies sont rares tout au long de ce mois d'octobre, avec un cumul très faible en de nombreuses contrées de la région. Il n'est tombé par exemple que 10 mm à Montauban (82) alors que la normale est de 60 mm et seulement 11 mm à Entraygues (12) pour une normale de 110 mm !
Le déficit se situe le plus souvent entre 70 et 80% sur une très grande partie du territoire, y compris sur le piémont pyrénéen. Seuls les versants méditerranéens du Massif central approchent la normale du mois, avec un épisode cévenol qui a donné localement plus de 100 mm les 18 et 19 octobre des Monts de Lacaune au sud de l'Aveyron.

2017-10.png  

  

Températures

Les températures moyennes sont plus chaudes que la normale sur l'ensemble de la région, avec un écart faible pour les minimales, mais qui atteint 2 à 3 degrés pour les maximales.

Les températures nocturnes sont en moyenne un peu au-dessus des normales, avec cependant des valeurs assez basses en début de mois, puis à nouveau vers la fin du mois, avec l'apparition des premières gelées sous abri : -1°C à Muret (31), -3°C à Bioule (82) et -4°C à Rodez le 31 octobre à l'aube.
Quant aux températures maximales, elles se situent très au-dessus de la norme avec un écart souvent compris entre 2 et 3 degrés. Vers le milieu du mois, plusieurs journées très chaudes sont observées, notamment le 13, avec 28°C à Toulouse, 29°C à Auch et 31°C à Tournay (65). Puis le 16, on relève à nouveau des valeurs estivales : 29°C à Anglars (46) et 31°C à Luchon (31).
Après une période assortie de températures plus conformes aux valeurs de saison, une nouvelle poussée chaude se propage à partir du 24 octobre et un pic de chaleur est atteint le 26 octobre : 27°C en Aveyron et 28 à 29°C à l'intérieur d'un triangle Toulouse-Pamiers-Tarbes.

2017-10-1.png   2017-10-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé plus souvent que d'habitude au mois d'octobre, avec un excédent de 20 à 30% en général, jusqu'à 50% dans la région de Millau.

Le cumul de l'ensoleillement atteint partout un très bon niveau, avec un excédent de 20 à 30% et même 50% dans la région de Millau, où le soleil a brillé pendant 200 heures, soit tout près du record de 2009 (207 heures de soleil pour le mois d'octobre).
La plus belle période se situe du 7 au 17 octobre, avec un ciel tout bleu pendant 11 jours consécutifs au-dessus des Pyrénées et sur le piémont.

  

Vent

Avec la présence de conditions anticycloniques très fréquentes, le vent est généralement resté faible au cours de ce mois d'octobre, avec une dominante sud-est assez marquée, qui explique aussi le bon niveau des températures.
C'est dans la période du 16 au 19 octobre que le vent a soufflé le plus fort, avec des rafales de 60 à 70 km/h dans le domaine de l'autan, et de 80 à 90 km/h sur les hauteurs du sud du Massif central, de la Montagne Noire aux Monts d'Aubrac.

    

Faits marquants

- Épisode cévenol.
Le 18 octobre, le vent du sud se renforce en altitude et un temps perturbé s'établit de la Méditerranée vers le sud du Massif Central. Les pluies prennent de l'ampleur dans la nuit. Puis le lendemain, alors qu'une dépression se creuse dans les parages des Baléares, de fortes pluies orageuses se déclenchent de la Montagne Noire au Causse du Larzac. Le cumul de pluie en 48 heures atteint 91 mm à Labastide-Rouairoux (81), 110 mm à Cornus (12) et 163 mm à Fraisse-Murat (81).
Ces valeurs constituent par ailleurs, à peu de chose près, le cumul mensuel pour ce secteur géographique.
- Chaleur tardive.
Les températures relevées vers la fin du mois sont exceptionnelles pour cette période de l'année. Avec des valeurs de 27 à 29°C les 25 et 26 octobre au coeur de l'après-midi, des records absolus sont battus en de nombreuses localités pour une dernière décade du mois d'octobre. Il n'avait jamais fait aussi chaud aussi tard dans la saison depuis le début des mesures à Tarbes, Albi et Toulouse.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 9 : Variable.

Le début du mois est marqué par le passage de perturbations peu actives qui donnent un peu de pluie ou bruine, essentiellement sur le nord de la région. Les températures sont douces de jour comme de nuit et le vent d'ouest souffle modérément. Puis les 4 et 5 octobre, un temps calme s'établit avec des brouillards matinaux suivis d'un temps ensoleillé et très doux.
Les jours suivants, le flux s'oriente au nord-ouest et des perturbations moribondes traversent la région, avec alternance de passages nuageux et de belles éclaircies, dans une ambiance rafraîchie.

   

Du 9 au 17 : Beau et chaud​.

Un puissant anticyclone vient se positionner de l'Europe centrale à la France et il apporte un temps très stable. Après la dissipation de quelques nappes de brouillard, le soleil s'installe dans un ciel souvent tout bleu. A la faveur d'un vent de secteur sud à sud-est, les 
températures deviennent chaudes l'après-midi, avec des pointes autour de 30°C près des Pyrénées.

   

Du 18 au 22 : Perturbé​.

Le vent du sud se renforce et il apporte un temps perturbé sur le sud du Tarn et de l'Aveyron, avec des pluies abondantes, ainsi que sur les versants espagnols des Pyrénées et près des crêtes frontières. Sur le reste de la région, le ciel est simplement voilé. Puis à partir du 20 octobre, un flux océanique permet à des perturbations atténuées de donner quelques gouttes de pluie, dans une atmosphère plus fraîche.

   

Du 23 au 26 : Coup de chaud​.

Des conditions anticycloniques sont de retour et la température repart à la hausse, sous un soleil radieux.
Les températures deviennent estivales le 25 et le 26 octobre, avec localement des valeurs de 28 à 30°C !

   

Du 27 au 31 : Nuages et fraîcheur.

Un courant perturbé gagne la région, avec beaucoup de nuages, qui apportent quelques petites pluies ou bruines dans une atmosphère rafraîchie. Le vent de nord-ouest se renforce et il accentue la fraîcheur : température maximale autour de 15°C en fin de mois.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2017

Caractère dominant du mois

Ce mois de novembre est caractérisé par la présence prépondérante de conditions anticycloniques qui ont favorisé un temps souvent ensoleillé, très sec et assez froid.

  

Précipitations

Les pluies sont rares et peu abondantes, avec un déficit qui dépasse parfois les 50% sur une large bande centrale du territoire de Midi-Pyrénées.

Les précipitations sont très nettement inférieures à la normale sur la quasi-totalité de la région, avec un déficit plus prononcé sur la partie centrale de Midi-Pyrénées. Il est ainsi tombé seulement 23 mm à Albi, 21 mm à Millau, 18 mm à Toulouse et 15 mm à Lauzerte (82) sur l'ensemble du mois. Le déficit atteint 50 à 70% en de nombreuses localités du Massif central et dans les plaines de la région. En revanche, aux abords des Pyrénées, les pluies sont plus proches de la normale, avec même un excédent sur le Cagire et sur le piémont 
ariégeois. Il est par exemple tombé 110 mm à Cos (09) et 136 mm à Arbas (31), soit un excédent de 30%.

2017-11.png  

  

Températures

Malgré quelques journées bien douces autour du 20 novembre, c'est la fraîcheur qui a dominé avec des gelées fréquentes en milieu et en fin de mois.

Les températures moyennes sont inférieures à la normale, avec un écart plus marqué pour les températures minimales, dû à des nuits gélives assez fréquentes, en particulier au cours de la longue période anticyclonique du 13 au 21 novembre. Les nuits les plus froides sont observées en milieu et en fin de mois, avec par exemple -2°C à Auch (32) et Pamiers (09) et -3°C à Gourdon (46) et Albi (81) le 15 novembre au lever du jour. Le lendemain, les gelées sont encore plus fortes, avec -4°C à Souillac (46) et -5°C à Rodez (12). Puis en fin de mois, les 27 et 28 novembre, de nombreuses gelées (entre -2 et -5°C) sont observées sur l'ensemble de la région.
Quant aux températures de l'après-midi, elles ont connu de fortes fluctuations, avec des valeurs autour de 20°C en début de mois (pointes de 23°C à Bioule (82) et 24°C à Tournay (65) le 1er novembre), puis des valeurs très basses en milieu de mois, et à nouveau très douces après le 20 novembre : 21 à 24°C du 21 au 23 novembre en Bigorre et Quercy.
Mais dans les derniers jours du mois, le froid est arrivé, avec un maximum de seulement 2 à 4°C sur les contreforts du Massif central et 5 à 8°C dans les plaines pour les deux derniers jours du mois.

2017-11-1.png   2017-11-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé très largement, avec partout un excédent très important, souvent supérieur à 30%, malgré des matinées souvent encombrées par des brouillards plus ou moins tenaces.

Les conditions anticycloniques qui ont dominé en milieu de mois ont permis de profiter de bien belles journées ensoleillées, avec notamment une succession de 9 journées de ciel bleu (en dehors de certaines plaines prises par la grisaille) du 14 au 22 novembre. Le cumul mensuel est nettement supérieur à la normale, avec un excédent de l'ordre de 25 à 30% sur la majeure partie de la région, jusqu'à 40% dans le Gers.

  

Vent

Le vent n'a pas soufflé très fort au cours de ce mois de novembre, du fait de la présence de conditions anticycloniques durables. C'est le vent de nord-ouest qui a dominé largement, avec quelques rafales plus marquées sur le sud du Massif central. Le 6 novembre, des
pointes à 87 km/h à Fraisse-Murat (81) et 97 km/h à Millau (12) sont mesurées dans l'après-midi. Puis à nouveau le 12 novembre, des rafales de 100 km/h sont relevées sur le plateau du Larzac et sur la Montagne Noire. En plaine, le vent a soufflé jusqu'à 88 km/h à Saint-Félix-Lauragais (31) dans la soirée du 12 novembre.

    

Faits marquants

- Pollution de l'air.
Du 18 au 21 novembre, un puissant anticyclone centré sur le sud-ouest de la France a favorisé la formation de brouillards souvent très épais sur le Midi toulousain. Avec une inversion de température très marquée (air froid bloqué au ras du sol et air plus chaud en altitude) ces brouillards ont localement persisté toute la journée.
L'absence de vent, conjugué à ce "couvercle thermique", a conduit à un dépassement du seuil d'alerte de la concentration en particules dans l'atmosphère, d'où des mesures de limitation de la vitesse automobile engagées pendant 4 jours consécutifs par les préfectures de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne.
- Bilan de l'automne.
Malgré un temps frais et maussade au début du mois de septembre, cet automne 2017 laisse une impression agréable, avec un mois d'octobre chaud et ensoleillé, puis un mois de novembre certes plus frais, mais aussi très sec. Le déficit pluviométrique atteint 30 à 50% sur la région, et même près de 70% dans les vallées de l'Aveyron. La moyenne globale des températures est très proche de la normale et l'ensoleillement est partout excédentaire.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Belle douceur.

Le début du mois est marqué par un temps très doux, avec un soleil généreux et un léger vent d'autan.
Les températures atteignent ou dépassent souvent les 20°C l'après-midi.
Puis le 4 novembre, la douceur est encore d'actualité, mais le temps se dégrade avec des pluies instables qui remontent d'Espagne et affectent tout le sud de la région.

   

Du 5 au 12 : Frais et perturbé​.

Dans un flux de secteur nord, le temps est maussade, avec plusieurs passages pluvieux et des températures très fraîches. En montagne, les perturbations apportent de la neige, temporairement à basse altitude, notamment le 5 novembre, puis à nouveau les 8 et 9 novembre. Le vent de nord-ouest souffle assez fort et les températures sont basses, avec des valeurs de 10 à 12°C l'après-midi.

   

Du 13 au 21 : Anticyclonique.

Les hautes pressions s'installent durablement sur la France et notre région bénéficie d'un temps calme, avec de bons moments ensoleillées en début de période. Puis à partir du 15 novembre, les brouillards et nuages bas sont fréquents et ils tardent à se lever dans les plaines et les vallées fluviales, alors que le soleil brille du matin au soir sur le relief. Les gelées nocturnes sont parfois fortes, puis les températures de l'après-midi sont contrastées : très douces près du relief, mais froides dans les vallées prisonnières des grisailles persistantes.

   

Du 22 au 24 : Douceur​.

L'anticyclone se décale vers la Méditerranée et un flux de sud apporte un temps très doux et bien ensoleillé, avec un petit souffle de vent d'autan. La température atteint 18 à 20°C l'après-midi.

   

Du 25 au 30 : Plus froid.

Une perturbation pluvieuse balaye la région le 25 novembre puis les jours suivants le temps est instable et nettement plus froid. A la faveur d'éclaircies nocturnes, les gelées sont de retour, plus généralisées les 27 et 28 novembre. Dans l'après-midi, sous un ciel partagé entre nuages et éclaircies, avec quelques averses, la température a du mal à dépasser les 10°C.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2017

Caractère dominant du mois

Décembre 2017 se caractérise par un temps souvent perturbé, avec pour conséquence un déficit de soleil, et des précipitations excédentaires, surtout sur le relief.

  

Précipitations

Les cumuls, compris entre 70 mm (Causses aveyronnais, Lomagne) et 250 mm (Aubrac), sont supérieurs à la normale, mais ne compensent pas complètement le déficit de 2017.

Le cumul de précipitations est supérieur à la normale sur la quasi totalité de la région.
L'excédent n'est que de 10 à 20% de Trie-sur-Baïse (65) à Savenès (82), et presque nul sur la bordure méditerranéenne du Tarn et de l'Aveyron.
Ailleurs il dépasse généralement 40 %, atteint localement 60% sur les Pyrénées, 80% à 90% sur le Massif Central. C'est la fréquence des précipitations qui induit ce bon arrosage : il a plu 3 à 5 jours de plus que d'habitude sur la moitié nord, 5 à 8 sur la moitié sud, et jusqu'à 10 sur le piémont. Certaines journées ont été particulièrement arrosées : le 10 sur le Lot et l'Aveyron (20 à 50 mm), les Hautes-Pyrénées (40 à 50 mm), puis le 27, avec 20 à 30 mm sur le piémont, 30 à 40 mm sur le Donezan ariégeois.

2017-11.png  

  

Températures

Évolution atypique avec un début de mois froid et une douceur remarquable les derniers jours. Les écarts se compensent en plaine mais le relief, enregistre un déficit de 1 à 3 degrés.

Décembre 2017 débute par un coup de froid et se termine dans la douceur. Au final, la température moyenne est très proche de la normale en plaine, mais il manque 1 à 2°C sur le Massif Central, 2 à 4°C sur les Pyrénées.
En plaine et sur le piémont pyrénéen, le ciel souvent gris même en conditions anticycloniques limite l'amplitude thermique. Les nuits gélives sont moins fréquentes qu'à l'accoutumée (6 à Toulouse pour une moyenne de 8), et la fraîcheur très relative de ce mois de décembre est plus marquée sur les températures maximales que sur les minimales. Cependant, le défilé de perturbations bouscule parfois l'évolution classique des températures, et l'on relève à plusieurs reprises des valeurs plus basses en fin de journée qu'en fin de nuit.
A l'inverse, il gèle plus souvent que d'habitude dans les vallées pyrénéennes et sur le Massif Central, en particulier en Aveyron où l'on compte 18 à 21 jours de gel pour une normale de 13 à 15.
Paradoxalement, le nombre de fortes gelées (en dessous de -5°C) est inférieur à la moyenne : 1 à 2 dans le Lot, 1 à 4 en Aveyron, 5 à 7 dans les vallées pyrénéennes. La douceur remarquable mais pas exceptionnelle de fin de mois et les coups de foehn ponctuels sur les Pyrénées n'ont pas réussi à combler le déficit.

2017-11-1.png   2017-11-2.png

  

Insolation

Le soleil s'est peu montré au cours du mois. La 2e décade, très perturbée, est particulièrement sombre mais les conditions anticycloniques ont aussi apporté de la grisaille.

Entre grisaille anticyclonique et perturbations pluvieuses, le soleil a souvent brillé par son absence. Avec moins de 60h d'insolation dans le mois, le déficit atteint ainsi 30% à Albi (81) ou Campistrous (65). Ailleurs il est compris entre 10 et 25%, mais Millau, Toulouse et Auch obtiennent quasiment leur quota habituel. La deuxième décade est particulièrement grise, apportant au mieux 20 heures de soleil à Auch, et seulement 9 à Albi.

  

Vent

Les vents d'ouest à nord-ouest dominent et sont souvent soutenus, notamment du 8 au 15 et du 27 au 31. Trois épisodes plus intenses donnent des vents très forts : la tempête "Ana" se manifeste dans la nuit du 10 au 11 par un vent de sud violent sur les Pyrénées, déferlant à plus de 100 km/h dans les vallées bien orientées. Avec "Bruno" le 27, les rafales atteignent 112 km/h sur l'aérodrome de Francazal (31). Puis l'approche de "Carmen" le 31 engendre des pointes proches de 90 km/h en soirée sur la bordure ouest de la région.
Rien d'exceptionnel cependant pour un mois de décembre, le nombre de jours avec vents forts est proche de la normale.

    

Faits marquants

- "Bruno" se fâche le 27.
Après "Ana" qui avait surtout affecté les Pyrénées le 10, la tempête "Bruno" sévit plus largement et plus fort le 27. Les rafales dépassent 100 km/h de la Bigorre et la Lomagne jusqu'au Lauragais. Il neige jusqu'à 600 m d'altitude en Aveyron, 500 m en Ariège et 300 m en Comminges.
Les quantités sont importantes sur les Pyrénées (50 à 60 cm en Haute Bigorre). De plus le tonnerre gronde et des chutes de grêle sont signalées de la Lomagne au Lauragais.
- Bilan de l'année 2017 : douce et ensoleillée.
Avec une température moyenne dépassant la normale de plus de 3 degrés sur une grande partie de la région, 2017 se classe dans le top 10 des années les plus chaudes depuis le début des mesures. Après un mois de janvier assez froid, les moyennes mensuelles sont supérieures aux normales de février à août, ainsi qu'en octobre. L'ensoleillement est presque partout excédentaire, le bonus de 200 à 300 heures équivalant à un 13e mois. Le cumul de précipitations est proche de la normale, légèrement excédentaire sur le relief, mais il reste déficitaire sur la Lomagne et l'est de l'Aveyron.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Temps hivernal.

Un froid humide s'installe sur la région pour la semaine. Le 1 et le 2, d'abondantes chutes de neige tombent sur les Pyrénées jusqu'en vallées, le Massif Central blanchit et des flocons voltigent jusqu'en plaine. La nuit suivante, les températures deviennent glaciales dans les vallées pyrénéennes (-15°C à Bazus-Aure (65)), et le reste de la région n'est pas épargné avec -3 à -6 °C en plaine, -8 à -11 °C sur les hauteurs lotoises et aveyronnaises.
Le froid persiste jusqu'au matin du 7, avec des gelées moins intenses mais toujours marquées, et une évolution diurne souvent contrariée par une grisaille tenace : pas plus de 3,4°C à Castelsarrasin (82) le 6.

   

Du 7 au 18 : Perturbé mais radouci​.

Une perturbation traverse le département le 7, apportant un air plus doux. Elle inaugure un défilé d'épisodes plus ou moins actifs. Le plus virulent, associé à la tempête "Ana", donne de fortes chutes de neige le 11 sur les Pyrénées, des rafales de vent qui déferlent dans 
les vallées, et 10 cm de neige sur l'Aubrac. Durant cette période les températures fluctuent autour des normales de saison.

   

Du 19 au 25 : Plus ensoleillé.

Un puissant anticyclone s'installe sur le pays, donnant un ensoleillement très contrasté d'un jour à l'autre et d'un endroit à l'autre, avec des brouillards fréquents, parfois un peu de crachin, mais aussi de belles journées, surtout en montagne. Les températures, un peu fraîches en début de période, se radoucissent au fil des jours, et Noël se passe au balcon dans les Hautes-Pyrénées, avec 16,2 °C à Bazus-Aure.

   

Du 26 au 31 : Très agité​.

Le temps se gâte le 26, et surtout le 27 au passage de la tempête "Bruno" : rafales de vent dépassant 110 km/h, précipitations abondantes et orageuses, neigeuses à basse altitude, parfois accompagnées de grêle. Le temps reste perturbé jusqu'au 29 puis s'améliore en se radoucissant remarquablement : 18,2°C à Mirande (32) le 30, 18°C à Souillac (46) le 31, plus de 20°C dans les vallées pyrénéennes sous l'action d'un vent de sud qui se renforce, annonçant l'approche de la tempête "Carmen".

   

Source : Météo France